Crédits : Luis Torres / AFP

Des balançoires roses ont été installées dimanche 28 juillet le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique par un couple d’enseignants américains, pour permettre aux enfants des deux pays de pouvoir jouer ensemble, rapporte le Guardian.

Si la construction d’un mur à la frontière américano-mexicaine est devenue un symbole cruel de la présidence de Donald Trump, les premières esquisses d’une activité ludique entre les deux pays remontent à 2009. Ronald Rael et Virginia San Fratello, respectivement professeurs d’architecture et de design dans des universités californiennes, ont eu l’idée d’un « mur à bascule » où les enfants s’amuseront des deux côtés de la ligne de démarcation.

Dimanche, le projet est enfin devenu réalité. Les balançoires ont été installées entre El Paso, au Texas, et Ciudad Juárez, dans l’État de Chihuahua au Mexique. « Une des expériences les plus incroyables de ma carrière et de celle de Virginia San Fratello, un événement rempli de joie, d’enthousiasme et de convivialité à la frontière », a écrit Ronald Rael dans un post Instagram.

View this post on Instagram

One of the most incredible experiences of my and @vasfsf’s career bringing to life the conceptual drawings of the Teetertotter Wall from 2009 in an event filled with joy, excitement, and togetherness at the borderwall. The wall became a literal fulcrum for U.S. – Mexico relations and children and adults were connected in meaningful ways on both sides with the recognition that the actions that take place on one side have a direct consequence on the other side. Amazing thanks to everyone who made this event possible like Omar Rios @colectivo.chopeke for collaborating with us, the guys at Taller Herrería in #CiudadJuarez for their fine craftsmanship, @anateresafernandez for encouragement and support, and everyone who showed up on both sides including the beautiful families from Colonia Anapra, and @kerrydoyle2010, @kateggreen , @ersela_kripa , @stphn_mllr , @wakawaffles, @chris_inabox and many others (you know who you are). #raelsanfratello #borderwallasarchitecture

A post shared by Ronald Rael (@rrael) on

Source : The Guardian