fbpx

Des cher­cheurs prouvent que le vieillis­se­ment est réver­sible

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 22 décembre 2016

mice-muscle-cells Une nouvelle étude suggère qu’il est possible de ralen­tir, voire d’in­ver­ser la courbe du vieillis­se­ment – du moins chez les souris. Le 15 décembre dernier, des cher­cheurs de l’ins­ti­tut d’études biolo­giques Salk, à San Diego, ont publié dans la revue scien­ti­fique Cell les résul­tats incroyables de leurs recherches sur le vieillis­se­ment. En annu­lant des chan­ge­ments inter­ve­nus dans certaines cellules de souris, ils sont parve­nus à inver­ser le proces­sus de vieillis­se­ment des animaux. Ces mêmes chan­ge­ments sont causés chez l’homme par des décen­nies d’exis­tence. Au cours de leurs expé­riences, les scien­ti­fiques sont parve­nus à allon­ger la vie d’une souris atteinte d’une mala­die géné­tique accé­lé­rant son vieillis­se­ment. Ces résul­tats appuient davan­tage la thèse selon laquelle le vieillis­se­ment serait un phéno­mène épigé­né­tique, une alté­ra­tion des cellules qui peut être contrô­lée. Chez les êtres humains, les cellules sont alté­rées par nos acti­vi­tés et notre envi­ron­ne­ment : la ciga­rette ou la pollu­tion accé­lèrent ces chan­ge­ments géné­tiques et ampli­fient le vieillis­se­ment. Mais ces chan­ge­ments géné­tiques peuvent semble-t-il être annu­lés en « repro­gram­mant » les gènes. Juan Carlos Izpi­sua Belmonte, le respon­sable de l’étude, affirme que « l’âge est une matière plas­tique qu’on peut mani­pu­ler ». Les auteurs de l’étude ajoutent qu’en théo­rie, il serait possible de repro­gram­mer les gènes d’un indi­vidu cente­naire non seule­ment pour ralen­tir le proces­sus de vieillis­se­ment, mais aussi pour provoquer son rajeu­nis­se­ment. Leur trai­te­ment doit cepen­dant être réalisé avec précau­tion : les souris mani­pu­lées trop fréquem­ment ont déve­loppé des tumeurs et sont mortes en quelques jours. Belmonte et son équipe ont néan­moins pour ambi­tion de mettre au point un trai­te­ment viable. « Vous pour­riez théo­rique­ment rece­voir un trai­te­ment et remon­ter 10 ou 20 ans en arrière. Et lorsque l’âge vous rattra­pera à nouveau, il suffira de reprendre une tour­née. » Source : Cell