Crédits : Pascal Mauerhofer

Depuis le mois de février 2019, une tête et deux corps de phoques ont été retrouvés à Concarneau et Trégunc, dans le Finistère. Pour la gendarmerie maritime, cela ne fait aucun doute : il s’agit bel et bien de l’œuvre barbare d’un être humain. Dans l’espoir de faire avancer l’enquête, elle a lancé un appel à témoignages, explique France Info.

À la mi-février, une tête de phoque avait été découverte « au bout de la digue de l’entrée du port de Concarneau », attachée à un cordage. Puis, au mois de mars, les deux corps ont été retrouvés décapités. Depuis le départ et jusqu’à aujourd’hui, la gendarmerie « ne comprend pas l’acte de barbarie » et son auteur·rice.

Crédits : Gendarmerie nationale

La gendarmerie a discrètement ouvert une enquête pour « destruction non autorisée d’espèce animale protégée », mais les enquêteurs·rices font du surplace. Face à ces actes de cruauté encore inexpliqués, et de peur qu’ils ne se reproduisent, la gendarmerie rappelle que s’attaquer à cette espèce protégée constitue un délit pénal qui peut se solder par une amende de 3 750 euros.

Source : France Info