fbpx

Il dépose un chèque gagné dans un procès pour discri­mi­na­tion raciale, sa banque le prend pour un voleur

par   Adrien Gingold   | 25 janvier 2020

Mardi 21 janvier, Saun­tore Thomas, 44 ans, a voulu dépo­ser des chèques au guichet de sa banque, près de Detroit, dans le Michi­gan. La direc­trice adjointe a trouvé la démarche de l’Afro-Améri­cain louche et a aussi­tôt appelé la police, nous appre­nait News­week jeudi 23 janvier.

Ironie du sort, ce vété­ran de l’US Air Force venait dépo­ser des chèques gagnés dans un procès pour discri­mi­na­tion raciale contre son ancien employeur. Mais lorsque l’an­cien mili­taire se présente au guichet, la direc­trice adjointe se montre méfiante d’em­blée et lui indique que le système de véri­fi­ca­tion des chèques ne fonc­tionne pas, et qu’il faut donc qu’elle passe un coup de fil pour certi­fier leur authen­ti­cité.

Au lieu de cela, elle appelle la police et explique qu’un indi­vidu tente de dépo­ser des chèques frau­du­leux. Dix minutes plus tard, quatre poli­ciers inter­rogent Thomas. « Je n’ai montré aucun signe d’éner­ve­ment. Je ne voulais pas être le prochain à me retrou­ver allongé sur le sol à ne pas pouvoir respi­rer », dit-il en réfé­rence au meurtre d’Eric Garmer par des poli­ciers du NYPD.

Au télé­phone, l’avo­cat de Thomas confirme la léga­lité des chèques de son client, mais la direc­trice adjointe persiste : « On ne peut même pas prou­ver que c’est votre avocat au télé­phone. » L’an­cien mili­taire a fina­le­ment ouvert son compte dans une autre banque, non sans avoir déposé plainte contre l’agence pour discri­mi­na­tion raciale. Comble de l’his­toire, la direc­trice adjointe de l’éta­blis­se­ment est elle aussi afro-améri­caine.

Source : News­week

Plus de monde