fbpx

La gravité serait créée par de curieux éclairs au sein du monde quan­tique

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 25 septembre 2017

Crédits : Emma John­son À ce jour, plusieurs théo­ries tentaient d’ex­pliquer la physique de l’uni­vers. La rela­ti­vité géné­rale, d’Ein­stein, qui réunit le temps et l’es­pace pour créer la gravité, la loi univer­selle de la gravi­ta­tion de Newton et la physique quan­tique. Bien que les cher­cheurs aient toujours tenté de réunir les idées « clas­siques » et les quan­tiques, elles sont mathé­ma­tique­ment incom­pa­tibles. Toute­fois, une nouvelle publi­ca­tion pour­rait les réunir, selon New Scien­tistElle est l’œuvre d’An­toine Tilloy, cher­cheur français à l’Ins­ti­tut Max Planck d’op­tique quan­tique. Sa théo­rie soutient que la créa­tion des champs gravi­ta­tion­nels serait issue de la colli­sion entre deux systèmes quan­tiques. Dans la théo­rie quan­tique, l’état d’une parti­cule est décrit par sa fonc­tion. En l’étu­diant, les scien­ti­fiques sont alors en mesure de prédire la loca­li­sa­tion de celle-ci. Enfin, de tenter tant bien que mal de la prédire. Dans ses recherches, Antoine Tilloy a exploité ce modèle. Il a observé que, lorsqu’un flash vient trou­bler la fonc­tion d’une parti­cule et que celle-ci rejoint sa posi­tion finale, un champ gravi­ta­tion­nel appa­raît au même moment dans l’es­pace-temps. Les obser­va­tions de Tilloy corres­pondent alors au compor­te­ment des parti­cules décrit par la loi de la gravité univer­selle d’Isaac Newton, qui explique la gravi­ta­tion comme une force respon­sable de la chute des corps et du mouve­ment des corps célestes. Nous obte­nons donc un mélange de théo­ries quan­tique et clas­sique. Une première. Source : New Scien­tist