La lame du poignard de Toutan­kha­mon a été forgée dans un métal extra­ter­restre

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 1 juin 2016

king-tut-dagger-meteorite Crédits : Daniela Comelli Le métal du poignard de Toutan­kha­mon vient tout droit de l’es­pace. C’est une récente étude italienne et égyp­tienne qui le prouve.

Des scien­ti­fiques de l’École poly­tech­nique de Milan, de l’uni­ver­sité de Pise et du Musée égyp­tien du Caire sont parve­nus à démon­trer que le poignard trouvé dans la tombe de Toutan­kha­mon, pharaon de 1335 à 1327 av. J.-C., avait été forgé à partir d’une météo­rite. Grâce à la spec­tro­mé­trie de fluo­res­cence des rayons X, une méthode d’ana­lyse chimique non inva­sive, l’ori­gine du métal de la lame du poignard a pu être confir­mée.

Ce sont ces progrès du domaine scien­ti­fique qui ont permis de déter­mi­ner la compo­si­tion du poignard. « La présence de fer météo­ri­tique est clai­re­ment indiquée par le haut pour­cen­tage de nickel », explique Daniela Comelli de l’École poly­tech­nique de Milan dans une inter­view pour Disco­very News. En effet, les météo­rites sont compo­sées de fer, de nickel et de faibles quan­ti­tés de cobalt, de phos­phore, de souffre et de carbone. Les taux de cobalt et de nickel trou­vés dans la lame corres­pondent à ceux des météo­rites de fer. Le poignard de Toutan­kha­mon contient près de 11 % de nickel, alors que les objets en fer terrestre en contiennent 4 %. Retrou­vée dans le sarco­phage de Toutan­kha­mon et rangée dans un four­reau aux motifs floraux en or, l’arme est actuel­le­ment expo­sée au musée égyp­tien du Caire. Howard Carter, qui décou­vrit la tombe du pharaon en 1922, la décri­vait comme « une dague en or recon­nais­sable par la richesse de ses orne­ments et sa poignée en cris­tal ». Les cher­cheurs supposent que la lame a été faite avec le frag­ment d’une météo­rite retrou­vée en 2000 à plus de 250 km d’Alexan­drie, sur le plateau de Marsa Matruh. Mais le poignard n’est pas le seul objet d’ori­gine météo­rique trouvé dans la tombe. Sur le pecto­ral, on trouve un métal produit par l’im­pact d’une météo­rite ou d’une comète sur le sable du désert libyen. « Il serait inté­res­sant d’ana­ly­ser les autres objets de la tombe », déclare Daniella Comelli. « Cela nous permet­trait de mieux comprendre les tech­niques de métal­lur­gie de l’Égypte et de la Médi­ter­ra­née anciennes. » Une chose est sûre : cette décou­verte atteste de la grande valeur attri­buée au fer météo­ri­tique par les Égyp­tiens. Les plus anciens objets égyp­tiens en fer étaient des perles en fer de météo­rite datant de 3200 av. J.-C. Source : Disco­very News Les Égyp­tiens l’ap­pe­laient la « terre des dieux ». ↓ pppoun  

Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
free download udemy paid course