Alors que la police annonçait mercredi 17 mars avoir effectuée une saisie record de MDMA d’une valeur de plus d’un million d’euros, les analyses ont démontré qu’il s’agissait en fait de poudre de fraises tagada, nous apprenait Ouest France le 19 mars.

Mercredi dernier, l’heure était à la fête pour la police parisienne qui annonçait fièrement sur son compte Twitter avoir « démantelé à St-Ouen un atelier de conditionnement de produits stupéfiants (MDMA, ecstasy) qui alimentait des soirées clandestines » avec une saisie de plus d’un millions d’euros. Ils avaient même ajouté le hashtag #BelleAffaire.

Mais les sachets de poudre rose saisis par les policiers se sont en fait avéré être des bonbons. Les analyses toxicologiques effectuées jeudi 18 mars au soir ont finalement conclu « que la poudre saisie dans l’appartement était une poudre neutre, ne relevant ni de produits stupéfiants ni de substance vénéneuse » a précisé le parquet de Bobigny.

Un proche de l’enquête révèle qu’il s’agissait des bien connues fraises tagada. C’était de la bonne.

Source : Ouest France