fbpx

L’Arc­tique se révèle sous nos yeux à cause d’une énorme vague de chaleur

par   Pablo Oger   | 19 mai 2020

Une vague de chaleur sans précé­dent touche en ce moment l’Arc­tique, prin­ci­pa­le­ment dans certaines parties de la Sibé­rie et du Groen­land, révé­lait le Washing­ton Post le 15 mai. Consé­quence : la fonte des glaces et du perma­frost s’ac­cé­lère dange­reu­se­ment.

De l’air anor­ma­le­ment chaud s’est élevé de Sibé­rie au-dessus de l’océan Arctique et de certaines parties du Groen­land. Une chaleur qui inquiète les spécia­listes car elle contri­bue à la propa­ga­tion de vastes incen­dies et au démar­rage précoce de la saison de la fonte des glaces. Il faut remon­ter à 1958 pour trou­ver pareilles tempé­ra­tures dans la région.

Crédits : Climate Change Insti­tute

L’Arc­tique a juste­ment été le théâtre d’un de ces incen­dies récem­ment, car la Russie a connu son hiver le plus chaud jamais enre­gis­tré et des feux immenses font rage dans la province de Sibé­rie. Le calen­drier se tour­nant vers le prin­temps, la chaleur s’est inten­si­fiée et s’est éten­due à tout l’Arc­tique. En raison de ces tempé­ra­tures élevées dans l’Arc­tique, le mois d’avril dernier a été le plus chaud jamais enre­gis­tré sur la planète. Elles ont atteint une moyenne éton­nante de 9,4°C au-dessus de la normale dans la zone, selon les données de la NASA.

L’Arc­tique est la région qui se réchauffe le plus rapi­de­ment sur la planète, et ces vagues de chaleur sont deve­nues un phéno­mène saison­nier. Mais loin de nous y habi­tuer, il ne faut pas oublier qu’elles ont des consé­quences drama­tiques. En fondant, le perma­frost de l’Arc­tique relâche des milliards de tonnes de gaz à effet de serre dans l’at­mo­sphère, accé­lé­rant le réchauf­fe­ment clima­tique global.

Source : The Washing­ton Post

PLUS DE SCIENCE