fbpx

Le canna­bis serait le trai­te­ment le plus effi­cace contre l’en­do­mé­triose, selon cette étude

par   Adrien Gingold   | 13 novembre 2019

Une étude austra­lienne citée mardi 12 novembre par Merry Jane révèle que les femmes consi­dèrent géné­ra­le­ment le canna­bis comme le trai­te­ment le plus effi­cace contre l’en­do­mé­triose.

Selon cette étude récem­ment publiée dans le Jour­nal d’obs­té­trique et de gyné­co­lo­gie du Canada (JOGC), qui se base sur les témoi­gnages de 484 Austra­liennes âgées de 18 à 45 ans souf­frant d’en­do­mé­triose, le canna­bis médi­cal serait le trai­te­ment le plus effi­cace pour les symp­tômes de cette mala­die inflam­ma­toire chro­nique affec­tant envi­ron 10 % des femmes en âge de procréer.

Les cher­cheurs ont demandé aux parti­ci­pantes si elles utili­saient des tech­niques non-conven­tion­nelles pour trai­ter les symp­tômes de leur mala­die et si oui, d’éva­luer leur effi­ca­cité et les éven­tuels effets secon­daires néga­tifs de l’au­to­mé­di­ca­tion.

Sur les 76 % d’entre elles ayant utilisé ce type de tech­niques au cours des six derniers mois, seules 13 % disent s’être tour­nées vers le canna­bis. Mais de toutes les méthodes (chan­ge­ments alimen­taires 44 %, exer­cice 42 %, yoga et pilates 35 %), bien que le canna­bis soit le choix le moins popu­laire, les femmes y ayant recours le consi­dèrent comme la tech­nique la plus effi­cace.

Les femmes qui consomment du canna­bis pour trai­ter leur endo­mé­triose ont égale­ment signalé une dimi­nu­tion des problèmes gastro-intes­ti­naux, des nausées, de l’an­xiété, de la dépres­sion et même de l’in­som­nie.

Source : Merry Jane

Premium WordPress Themes Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
online free course

PLUS DE SCIENCE