Le chirur­gien de la greffe de tête aurait réussi à faire remar­cher des chiens à la moelle épinière brisée

par   Laura Boudoux   | 29 mars 2019

Xiao­ping Ren et Sergio Cana­vero, les deux chirur­giens contro­ver­sés qui veulent effec­tuer la première greffe de tête humaine, affirment avoir fran­chi un nouveau cap dans leurs recherches. Ils ont ainsi publié les conclu­sions de leur étude mardi 26 mars, qui montre comment ils ont réussi à faire remar­cher des singes et des chiens après leur avoir « complè­te­ment sectionné » la moelle épinière, raconte USA Today. À l’uni­ver­sité médi­cale de Harbin, en Chine, Xiao­ping Ren et Sergio Cana­vero auraient ainsi pratiqué une chirur­gie répa­ra­trice, pour « recon­nec­ter » la colonne verté­brale de ces cobayes.

Les neuro­chi­rur­giens assurent qu’il s’agit d’une réus­site « sans précé­dent », esti­mant que pendant trop long­temps, la méde­cine a « persé­véré dans l’idée qu’une moelle épinière section­née ne pouvait en aucun cas être répa­rée ». Xiao­ping Ren estime désor­mais que des essais simi­laires doivent être effec­tués sur des humains, assu­rant qu’il était prêt à opérer « n’im­porte où dans le monde ».

La procé­dure consiste à appliquer une substance à base de poly­éthy­lène glycol, ou PEG, « pour répa­rer » les cordons rachi­diens coupés ou endom­ma­gés. Une chirur­gie qui pour­rait d’après Xiao­ping Ren et Sergio Cana­vero aider à faire avan­cer la recherche pour des futures greffes de tête. Une telle trans­plan­ta­tion est esti­mée à 100 millions de dollars par le chirur­gien italien, qui estime qu’il faudrait plusieurs dizaines de spécia­listes sur place lors de l’in­ter­ven­tion.

Quant au donneur, il s’agi­rait d’une personne en état de mort céré­brale dont la tête serait rempla­cée par celle d’un patient dési­reux de retrou­ver un corps fonc­tion­nel.

Sources : USA Today

Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
free download udemy paid course

PLUS DE SCIENCE