Le MIT a créé un laser qui chuchote des messages à l’oreille d’une personne à distance

par   Ulyces   | 28 janvier 2019

Le Massa­chu­setts Insti­tute of Tech­no­logy (MIT) vient de mettre au point une nouvelle tech­no­lo­gie à la fois sédui­sante et inquié­tante, qui permet à un laser d’uti­li­ser l’hu­mi­dité dans l’air entou­rant l’oreille d’un indi­vidu pour lui murmu­rer un message imper­cep­tible par qui que ce soit d’autre. Cette étude a été publiée le 23 janvier 2019 dans la revue scien­ti­fique OSA, qui réunit les spécia­listes en optique et en photo­nique.

« Notre système peut être utilisé à distance pour trans­mettre des infor­ma­tions direc­te­ment à l’oreille », a déclaré le chef de l’équipe du MIT et physi­cien Charles M. Wynn. Les ingé­nieurs assurent égale­ment que le dispo­si­tif est sans danger. « C’est le premier système qui utilise des lasers entiè­re­ment sécu­ri­sés pour les yeux et la peau, afin d’en­voyer un signal sonore à une personne en parti­cu­lier, dans n’im­porte quel envi­ron­ne­ment », assure-t-il.

La base de cette incroyable tech­no­lo­gie est un laser au thulium de 1,9 micro­mètre. Grâce à un prin­cipe appelé effet photoa­cous­tique, la vapeur d’eau dans l’air absorbe les émis­sions du laser, ce qui les fait vibrer à une fréquence audible. « Cela peut fonc­tion­ner même dans des condi­tions rela­ti­ve­ment sèches, car il y a presque toujours un peu d’eau dans l’air, en parti­cu­lier autour des personnes », explique Wynn, qui ajoute que les scien­ti­fiques ont constaté qu’une grande quan­tité d’eau n’était pas indis­pen­sable s’ils « utilisent une longueur d’onde laser très forte­ment absor­bée par l’eau. C’était essen­tiel parce que l’ab­sorp­tion plus forte conduit à plus de son. »

L’équipe a alors testé deux méthodes de trans­mis­sion du son. La première modi­fiait simple­ment l’am­pli­tude du laser par le biais d’un modu­la­teur à onde conti­nue, créant des vibra­tions pouvant être captées par un micro­phone à 2,5 mètres. Lors de la seconde méthode, ils ont aban­donné le modu­la­teur et l’ont remplacé par un miroir pour balayer le laser à la vitesse du son dans ce qu’on appelle la « spec­tro­sco­pie photoa­cous­tique dyna­mique », créant effec­ti­ve­ment des ondes plus fortes en agitant davan­tage de parti­cules d’eau.

« Il existe des compro­mis entre les deux tech­niquesLa méthode photoa­cous­tique tradi­tion­nelle four­nit un son d’une plus grande fidé­lité, alors que le balayage laser four­nit un son plus puis­sant », détaille Ryan M. Sullen­ber­ger, ingé­nieur en opto-méca­nique. Un incon­vé­nient poten­tiel de la méthode du miroir est qu’elle fonc­tionne à une distance très spéci­fique de l’émet­teur. Plus près, le balayage du laser sera trop aigu. Plus loin, la fréquence n’est plus audible.

Bien qu’il ait été testé avec un volume de 60 déci­bels (le niveau d’une conver­sa­tion normale) à quelques mètres de l’écran, les cher­cheurs pensent qu’ils peuvent augmen­ter la distance et le volume main­te­nant qu’ils disposent d’une preuve que le concept fonc­tionne. « Nous espé­rons que cette tech­no­lo­gie devien­dra un jour une tech­no­lo­gie commer­ciale », a déclare Sullen­ber­ger. Ce qui signi­fie qu’à l’ave­nir, nous pour­rions émettre des chucho­te­ments à l’oreille d’autres personnes depuis des distances consi­dé­rables. Si l’on songe aux appli­ca­tions mili­taires ou publi­ci­taires d’une telle inven­tion, il est clair que Black Mirror n’est pas prêt de tomber à cours d’idées.

Source : OSA Publi­shing

Free Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
download udemy paid course for free

Plus de turfu