fbpx

Les arai­gnées mangent plus de viande que l’en­semble de l’hu­ma­nité

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 16 mars 2017

Les arai­gnées ne font rien pour amélio­rer leur image. Non contentes de susci­ter les pires phobies, elles figurent égale­ment au rang des plus grands préda­teurs. En une année, entre 400 et 800 millions de tonnes d’in­sectes finissent dans leurs toiles, estime le biolo­giste de l’uni­ver­sité de Bâle Martin Nyffe­ler. Un régime carné poten­tiel­le­ment deux fois plus impor­tant que celui de l’Homme. Une telle vora­cité s’ex­plique notam­ment par leur abon­dante présence. En moyenne, chaque mètre carré de la planète est peuplé par mille arai­gnées. De quoi donner quelques fris­sons. Ceci étant, ces inver­té­brées à huit pattes jouent bien sûr un rôle majeur dans l’éco­sys­tème. « De concert avec d’autres insec­ti­vores tels que les four­mis ou les oiseaux, elles aident à réduire la popu­la­tion d’in­sectes », observe l’uni­ver­si­taire suisse. « En ce sens, les arai­gnées contri­buent à l’équi­libre écolo­gique de la nature. » Publiées dans la revue The Science of Nature, ces données montrent la place qu’elles occupent dans la chaîne alimen­taire. D’ailleurs, les arai­gnées repré­sentent des proies pour les oiseaux et les héris­sons. Quand elles ne sont pas anéan­ties par la main de l’Homme. Source : Univer­sity of Basel