fbpx

Les Cana­diens se battent pour sauver un chêne deux fois plus vieux que le Canada

par   Sarah Ben Bouzid   | 31 août 2020

La ville de Toronto cherche à préser­ver un chêne majes­tueux vieux de 300 ans, mais la pandé­mie menace son avenir. Cet impo­sant chêne rouge du nord, haut de 24 mètres, a poussé à l’époque où les explo­ra­teurs français y avait établi un poste de traite, rapporte l’AFP. Le tronc de l’arbre, d’une circon­fé­rence de cinq mètres, frôle aujourd’­hui la cour arrière d’une maison.

En 2015, cette maison a trouvé un nouvel acqué­reur, qui aujourd’­hui s’inquiète de ne pas pouvoir prendre en charge l’en­tre­tien de l’arbre et de voir ses racines fissu­rer les fonda­tions de sa propriété. Le voisi­nage craint égale­ment qu’il ne soit un jour endom­magé par des vents violents ou abattu lors d’une tempête. Pour le proté­ger, le conseil muni­ci­pal de Toronto a voté en 2018 pour rache­ter la propriété, raser la maison et trans­for­mer le terrain en petit parc public.

Un accord a donc été conclu avec le proprié­taire l’an­née dernière pour vendre la propriété à la ville. « Un arbre comme celui-ci est coûteux à entre­te­nir. Si le terrain est un espace public, la ville pourra en prendre soin mieux que moi », explique Ali Simaga, proprié­taire de la maison. « Je ne veux pas non plus être égoïste et le garder pour moi. »

Les experts affirment qu’a­vec des soins et dans de bonnes condi­tions, l’arbre pour­rait vivre encore 200 ans ou plus, mais l’af­faire n’est pas encore conclue. L’offre d’achat de la ville est condi­tion­née par des dons privés, et la collecte de fonds a pour objec­tif de réunir 430 000 dollars cana­diens (plus de 275 000 euros) d’ici la fin de l’an­née. Après des débuts promet­teurs, les contri­bu­tions ont cepen­dant ralenti pendant la pandé­mie

À la mi-juillet, 30 % de l’objec­tif ont été recueillis. Si l’objec­tif n’est pas atteint à la date limite, l’argent collecté sera utilisé pour soute­nir la plan­ta­tion d’arbres dans toute la ville, tandis que l’ave­nir du chêne histo­rique sera remis en ques­tion.

Source : AFP

Plus de monde