Les forêts tropi­cales émettent désor­mais plus de carbone qu’elles n’en absorbent

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 2 octobre 2017

Crédits : AFP/Getty ImagesUne étude menée par des cher­cheurs de l’uni­ver­sité de Boston et du Woods Hole Research Center, relayée par The Inde­pendent, montre qu’à cause des destruc­tions fores­tières, les tropiques émettent désor­mais davan­tage de carbone qu’ils n’en absorbent. Les forêts tropi­cales, censées trans­for­mer le carbone en oxygène, ne jouent plus leur rôle de poumon de la planète, d’après les cher­cheurs. Comme l’ex­plique Ales­san­dro Baccini, qui dirige l’équipe, « les forêts sont la seule “tech­no­lo­gie” de capture et de stockage de carbone que l’on connaît qui soit sûre, écono­mique, dispo­nible immé­dia­te­ment, et capable de four­nir des effets de rico­chet béné­fiques ». Pour réali­ser leurs travaux, les scien­ti­fiques ont utilisé une nouvelle méthode d’éva­lua­tion de la densité de carbone, qui ne se foca­lise pas unique­ment sur les zones de défo­res­ta­tion massive des forêts, mais égale­ment là où les dégra­da­tions sont plus subtiles. Or, les résul­tats montrent que la quan­tité de carbone émise est deux fois plus forte que celle absor­bée : pour 437 téra­grammes consom­més, seuls 862 sont recra­chés. « Ces résul­tats appellent le monde à se réveiller vis-à-vis des forêts », alerte Baccini. Plus de 60 % des émis­sions tropi­cales sont issues d’Amé­rique latine, région qui connaît d’im­menses dévas­ta­tions de la forêt amazo­nienne. Mettre un terme à la défo­res­ta­tion permet­trait, selon les cher­cheurs, de dimi­nuer de 8 % les émis­sions de carbone mondiales. Source : The Inde­pendent  

Free Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes
download udemy paid course for free