fbpx

Les quatre projets les plus fous de la CIA pendant la guerre froide

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 1 novembre 2016

top-secret-typewriterCrédits : Dennis Skley

MKUl­tra

Durant la guerre froide, un programme de la CIA, bapti­sée MKUl­tra, servait à inven­ter lavages de cerveaux et tortures en tout genre. Plusieurs centaines de cher­cheurs, répar­tis dans près de 80 insti­tu­tions, auraient dépensé des millions de dollars, sur une ving­taine d’an­nées, pour tester sur des indi­vi­dus leurs méthodes de torture, allant de la priva­tion de sommeil et de nour­ri­ture à des théra­pies de choc en tout genre. Offi­ciel­le­ment, la mission avait pour objec­tif de tester des méthodes de mani­pu­la­tion mentale. Elle a égale­ment fait des dizaines de victimes. En 1973, Richard Helms, direc­teur de la CIA a décidé de mettre un terme à MKUl­tra, rendant son exis­tence publique.

Acous­tic Kitty

Au début des années 1960, la CIA avait égale­ment orga­nisé l’es­pion­nage de ses alliés et de ses enne­mies par… des chats. Le mensuel améri­cain The Atlan­tic a révélé en 2015 que l’agence de surveillance voulait créer un félin espion, équipé de micros et de trans­met­teurs radios, félin destiné à être placé dans des endroits stra­té­giques pour enre­gis­trer des conver­sa­tions volées. Nom de code ? Acous­tic Kitty. La queue du chat servait d’an­tenne de trans­mis­sion. acoustic-kittyCrédits : CIA

Project Star­gate

Dans les années 1970, la CIA a cher­ché à expé­ri­men­ter la réalité des pouvoirs psychiques au sein d’un sous-projet du gouver­ne­ment fédé­ral baptisé Projet Star­gate. Star­gate visait d’abord à étudier “ la vision à distance ” et la capa­cité à prévoir des événe­ments dans le temps, à visua­li­ser des lieux et des infor­ma­tions. Pour mener ces recherches, la CIA s’est notam­ment appuyée sur l’Insti­tut de recherche de Stan­ford et la Société améri­caine pour la Recherche Psychique. En 1995, après des millions de dollars dépen­sés dans la recherche et des appli­ca­tions poten­tielles toujours floues, la CIA a défi­ni­ti­ve­ment clôturé le projet. Aujourd’­hui encore, on ignore quelles auraient pu être les appli­ca­tions concrètes de Star­gate. On sait simple­ment que le projet a le nom d’une série tv.

Opera­tion Midnight Climax

Dans les années 1950, le projet Opéra­tion Midnight Climax a d’abord été mené par le psychiatre mili­taire Sidney Gottlieb, avant d’être pris en main par la CIA. Midnight Climax, dont la traduc­tion litté­rale en français est “orgasme de minuit ”, était en fait une sorte de réseau d’hô­tels de passe reliant les villes de New York et de San Fran­cisco. La CIA testait secrè­te­ment les effets de psycho­tropes tels que la LSD sur des indi­vi­dus non-consen­tants. Midnight Climax était en fait une sous-opéra­tion de MKUl­tra. Les résul­tats devaient permettre de tester les effets des drogues, afin de s’en servir contre les enne­mies des États-unis dans le contexte de la Guerre Froide.  Le prin­cipe était simple : des filles manda­tées par la CIA choi­sis­saient leurs proies, de jeunes hommes, dans des bars de North Beach, un quar­tier de San Fran­cisco, avant de les rame­ner à l’hô­tel pour expé­ri­men­ter sur eux toutes sortes de drogues. Il reste aujourd’­hui peu de traces de cette opéra­tion, qui aurait duré une dizaine d’an­nées, avant que John F. Kennedy n’y mette fin en accé­dant à la prési­dence. Sources : All That Is Inte­res­ting