fbpx

On a la preuve que les serpents peuvent chas­ser en meute et coor­don­ner leurs attaques

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 25 mai 2017

Crédits : Vladi­mir Dinets Trem­blez, ophio­phobes. Un scien­ti­fique a récem­ment publié une étude dans laquelle il montre que certains serpents chassent en groupe et iraient même jusqu’à coor­don­ner consciem­ment leurs attaques. C’est sur des boas de Cuba que le psycho­logue animal Vladi­mir Dinets, de l’uni­ver­sité du Tennes­see, a basé ses obser­va­tions. Dinets s’est rendu au parc natio­nal Desem­barco del Granma à Cuba pour obser­ver comment les boas cubains, égale­ment appe­lés Chila­bo­thrus angu­li­fer, chassent les chauves-souris jamaï­caines dans les grottes. Leur tech­nique d’at­taque est très parti­cu­lière et bien fourbe : ils se cachent dans de petites cavi­tés qui bordent le plafond et les murs tout proches de l’en­trée des grottes, pour ensuite attendre jusqu’à ce que leur proie vole sur leur trajet quoti­dien pour les frap­per au bon moment. Une séquence docu­men­taire de la BBC illustre cette tech­nique de chasse terri­fiante : https://www.youtube.com/watch?v=UbqVF2qaAcE Mais d’autres fois, ces boas se rassemblent au même endroit pour chas­ser. Après huit jours d’ob­ser­va­tion et 16 diffé­rents types de chasses, Vladi­mir Dinets a constaté qu’à chaque fois que les serpents chas­saient en même temps dans la grotte, ils choi­sis­saient des posi­tions leur permet­tant ainsi d’être très proches les uns des autres. Le témoi­gnage du scien­ti­fique ne laisse aucun doute : les chasses en groupe sont souvent couron­nées de succès tandis que les chasses soli­taires se soldent fréquem­ment par des échecs. Essayez un peu d’at­tra­per une chauve-souris en vol dans le noir complet et sans les mains, si vous voulez vous faire une idée de la diffi­culté de l’opé­ra­tion. D’après Vladi­mir Dinets, près de 3 000 espèces de serpents pour­raient coor­don­ner leur chasse à l’ins­tar du boa cubain. Néan­moins, les scien­ti­fiques n’ont pas encore rencon­tré le phéno­mène en tant que tel car nous connais­sons trop peu ces « tactiques » de chasse. « Il est possible que les chasses coor­don­nées soient quelque chose de commun parmi les serpents, mais il faudra des recherches de terrain impor­tantes ainsi qu’être très patients pour prou­ver cela », explique-t-il. Ce qui est sûr, c’est qu’on en sait assez pour en faire des cauche­mars. Sources : BBC/Animal Beha­vior and Cogni­tion