fbpx

Ricard accusé de pous­ser ses sala­riés à la surcon­som­ma­tion d’al­cool

par   Adrien Gingold   | 18 novembre 2019

Trois commer­ciaux de l’en­seigne Pernod-Ricard affirment avoir subi une « pres­sion perma­nente » pour boire et expliquent être deve­nus dépen­dants à l’al­cool et malades, écrit ce 18 novembre le Pari­sien. Une déci­sion sera rendue à la fin du mois.

Sur les trois plai­gnants, l’un est encore en poste dans l’en­seigne reine de la bois­son anisée. Ces commer­ciaux racontent comment, pour vendre leur produit, ils sont obli­gés de le consom­mer, avec les symp­tômes qui en découlent. Même si l’en­seigne nie les accu­sa­tions, le diagnos­tic est sans appel : « Les méde­cins m’ont dit que l’al­cool m’avait grillé les neurones », confie l’un des témoins au Pari­sien.

Sur les trois victimes montées au créneau, l’une est toujours en poste. Elle explique avoir peu à peu sombré dans l’al­coo­lisme et résis­ter grâce à des cache­tons. Elle parle d’in­ci­ta­tions perma­nentes à boire, on lui répond qu’elle devrait être contente d’être payée à faire la fête. Sauf que le climat festif des débuts vire rapi­de­ment au drame. Elle est aujourd’­hui en arrêt mala­die après un burn-out, et elle affirme avoir des hallu­ci­na­tions et entendre des voix.

Le troi­sième, un ex-commer­cial, se faisait appe­ler Monsieur Ricard. Car en effet, il a terminé à 12 jaunes par jour.

En septembre, Ricard a été mis devant ses respon­sa­bi­li­tés face aux prud’­hommes. Verdict attendu à la fin du mois.

Source : Le Pari­sien

Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
free download udemy paid course

Plus de monde