Un Québé­cois vole un orteil humain utilisé comme ingré­dient à cock­tail

par   Ulyces   | 21 juin 2017

« Nous sommes furieux. On ne trouve pas des orteils tous les jours », a confié le barman d’un hôtel de Dawson City, au Canada, à CBC News le 19 juin. Terry Lee a des raisons d’être en colère, puisqu’un indi­vidu sans remords lui a volé l’or­teil humain qu’il conserve précieu­se­ment dans du gros sel pour servir à ses clients les plus auda­cieux le Sour­toe Cock­tail. La recette est simple : prenez un shot de whisky (ou d’un autre alcool fort au choix), plon­gez un orteil momi­fié dedans, et ajou­tez une bonne dose de courage pour avaler le breu­vage. Car comme il est écrit sur le site offi­ciel du cock­tail, « vous pouvez le boire d’un trait, vous pouvez le siro­ter lente­ment, mais vos lèvres doivent toucher l’or­teil ». Tard dans la soirée du 17 juin, un homme ne s’est pas contenté de boire l’éprou­vant cock­tail : il a dérobé son précieux ingré­dient. Dawson City et tout le Yukon est sous le choc. Si l’in­di­vidu, soupçonné d’être québé­cois, est attrapé, il devra payer 2 500 dollars d’amende pour son méfait – il avait évoqué le forfait plus tôt dans la soirée. Inventé par un marin local du nom de Dick Steven­son en 1973, le Sour­toe Cock­tail n’a cessé de faire parler de lui depuis et d’at­ti­rer des aven­tu­reux soif­fards du monde entier à Dawson City. Plus de 100 000 personnes sur la planète ont reçu leur certi­fi­cat après avoir bu le cock­tail. Sur les diffé­rents orteils utili­sés pour faire trem­pette durant toutes ces années, plusieurs ont été avalés par le client (l’hor­reur abso­lue) ou égarés. Mais les vols sont heureu­se­ment un fait rare. « Un coup comme celui-ci affecte toute la commu­nauté, pas seule­ment le Dawson Hotel », écrit Terry Lee, dépité. Comment se procure-t-on un orteil comme celui-ci ? Il s’avère que le tout premier avait été décou­vert par Steven­son dans le chalet d’un mineur décédé, qui l’avait amputé dans les années 1920 après une sévère enge­lure et l’avait conservé toutes ces années dans un bocal rempli d’al­cool. Comme quoi l’al­cool, ça conserve (les orteils morts). Depuis, chaque fois que l’un d’eux a été perdu (ou autre mésa­ven­ture ayant conduit à sa dispa­ri­tion), des habi­tants de Dawson City ont géné­reu­se­ment offert des orteils perdus dans des acci­dents ou des ampu­ta­tions. Le dernier en date était arrivé l’été dernier, et il avait passé six mois dans du gros sel avant de servir. « C’était un excellent orteil », déplore Terry Lee. À présent, il faudra comp­ter sur la géné­ro­sité des voya­geurs ou l’in­for­tune d’un habi­tant pour répa­rer l’ir­ré­pa­rable. À vot’ bon cœur, m’sieurs dames. Source : CBC

Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
Download Best WordPress Themes Free Download
free download udemy course