Visi­tez les infra­struc­tures olym­piques aban­don­nées autour du monde

par   Ulyces   | 3 août 2016

Tous les quatre ans, une nouvelle ville accueille les Jeux olym­piques, ce qui implique une longue prépa­ra­tion et la construc­tion d’in­fra­struc­tures spéci­fique­ment desti­nées à l’évé­ne­ment. Mais que deviennent ces infra­struc­tures après la fête ? Parfois, il arrive qu’elles soient conser­vées. C’est notam­ment le cas de Barce­lone, qui a dura­ble­ment béné­fi­cié des instal­la­tions construites pour les JO de 1992. Du port olym­pique au stade Lluis Compa­nys, la cité cata­lane fait un usage profus de ces infra­struc­tures encore aujourd’­hui et elles sont visibles aux quatre coins de la ville. Il en ira proba­ble­ment diffé­rem­ment de Rio, où certains athlètes ont déjà fui les condi­tions déplo­rables du Village olym­pique, dont on ne compte plus les problèmes d’ali­men­ta­tion élec­trique ou de plom­be­rie. Peut-être ces infra­struc­tures subi­ront-elles le même sort que ces cinq vestiges de JO du passé.

Les trem­plins olym­piques d’Ig­man, en Bosnie-Herzé­go­vine

343034eb9f287a1e98_P1000537 En 1984, les montagnes d’Ig­man étaient le théâtre des Jeux Olym­piques d’hi­ver, non loin de Sarajevo. Aujourd’­hui, les lieux portent les stig­mates du siège de la capi­tale, durant la guerre de Bosnie-Herzé­go­vine. Entre 1992 et 1995, la zone a litté­ra­le­ment servi de champ de bataille. Le podium, quant à lui, a fait office de seuil d’exé­cu­tion. Sur la struc­ture, les symboles de l’ONU se mêlent aux impacts de balles. 343034eb9f287a1e98_P1000507

Le village olym­pique d’Hit­ler, à Berlin

Tris­te­ment surnom­més « les Jeux nazis », les Jeux olym­piques d’été de Berlin de 1936 gardent l’em­preinte histo­rique et symbo­lique d’Hit­ler. Suite aux JO, le complexe olym­pique, situé en bordure de la ville, a notam­ment servi d’hô­pi­tal aux troupes alle­mandes lors de la Seconde Guerre mondiale. Le village olym­pique, quant à lui, a été laissé quasi intact. Sa visite est désor­mais ouverte au public. La dortoir de Jesse Owens, figure symbo­lique des Jeux et sprin­teur épous­tou­flant de l’entre-deux-guerres, a depuis été rénové et reste le seul appar­te­ment ouvert à la visite. e6726f898f3545e73c_5079298848_dc5d5f62e0_ze6726f898f3545e73c_1024px-Berlin_Olympic_swimming_venue

Linna­hall, à Tallin en Esto­nie

Faite d’im­po­santes dalles de béton, Linna­hall est aujourd’­hui une struc­ture fanto­ma­tique et gigan­tesque qui s’élève à 7 mètres au dessus de la mer Baltique. Cons­truite pour les Jeux d’été de Moscou en 1980, Linna­hall a d’abord servi à accueillir les épreuves de voile. Son monu­men­tal amphi­théâtre d’une capa­cité de 5000 personnes a été édifié comme un mani­feste à la gloire de l’Union sovié­tique. Aujourd’­hui réha­bi­li­tée, la bâtisse est deve­nue un lieu cultu­rel singu­lier, qui renferme une pati­noire et une salle de concert. Touristes et esto­niens peuvent toujours emprun­ter les esca­liers exté­rieurs qui grimpent de la base au sommet de la struc­ture, avant d’ap­pré­cier la vue phéno­mé­nale sur la ville de Tallin. 2020f1070fee77cc74_434711837_7455cd7da9_z

Le complexe olym­pique d’Athènes, en Grèce

Ce gigan­tesque complexe spor­tif aux allures de parc d’at­trac­tion a vu le jour en 1980. En 2004, il a été réamé­nagé par l’ar­chi­tecte espa­gnol Santiago Cala­trava Valls, puis utilisé pour les Jeux olym­piques d’Athènes. Aujourd’­hui laissé à l’aban­don et malmené par le temps, le lieu est toujours ouvert au grand public. Les voûtes monu­men­tales se mêlent à la rouille des piscines et aux fontaines brisées, dans un décor chao­tique et déca­dent. 654236932dc26e5546_AOKA 2

Les rampes de bobs­leigh de Sarajevo, en Bosnie Herzé­go­vine

Autre vestige des Jeux d’hi­ver de Sarajevo en 1984, les rampes de bobs­leigh ont égale­ment souf­fert du siège. Les courbes du tracé servaient de posi­tions défen­sives aux forces gouver­ne­men­tales bosniaques. Les rampes ne sont aujourd’­hui plus que des ruines, inves­ties par les street artistes et ponc­tuées de tags en tout genre. 095260c35f733660b5_bobsledtrack351ae5cb34c62a51374_Sarajevo_Olympic_SymbolLe podium olym­pique de Sarajevo – Crédits : Hedwig Klawuttke Source : Wall Street Jour­nal/Flickr Mark Pollock a beau être aveugle et para­plé­gique, rien ne l’ar­rête. ulyces-bionicman-couv

Premium WordPress Themes Download
Premium WordPress Themes Download
Download Premium WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
free download udemy paid course