fbpx

par Nicolas Prouillac | 13 décembre 2016

Le peuple syrien est assas­siné. Alep, autre­fois la capi­tale écono­mique du pays, est aussi l’une des plus anciennes cités du monde à avoir été conti­nuel­le­ment habi­tée. La deuxième décen­nie du XXIe siècle pour­rait connaître la fin de cette extra­or­di­naire histoire. Les civils fuient la ville en masse pour échap­per aux combats qui dévastent ses rues et des milliers d’entre eux y ont perdu la vie. Depuis la mi-novembre et le déclen­che­ment d’une offen­sive sans précé­dent de la part de l’ar­mée du régime de Bachar el-Assad, qui vise à terras­ser les rebelles et reprendre le contrôle total de la ville, les civils fuient massi­ve­ment. D’après l’Ob­ser­va­toire syrien des droits de l’homme, ce sont plus de 120 000 citoyens désar­més qui ont quitté la partie est de la ville, dernier bastion des factions rebelles, face aux attaques des soldats du régime.

14906887_321035998262165_8855621801620239517_n
Alep au crépus­cule
Crédits : Waad Alka­teab

D’autres y vivent toujours et lancent des appels déses­pé­rés sur les réseaux sociaux, à l’ap­proche des forces du régime. La rumeur de leurs exac­tions est sur toutes les lèvres. Waad Alka­teab est l’épouse d’un des derniers méde­cins présents à Alep et mère de plusieurs enfants. Depuis des mois, Waad docu­mente la situa­tion terrible d’Alep-Est et fait parve­nir ses vidéos aux médias anglo­phones. Ses images, retrans­mises par Chan­nel 4, montrent la violence des attaques perpé­trées par l’ar­mée syrienne et la terri­fiante confu­sion dans laquelle vivent les derniers civils de cette partie de la ville. « Ces derniers jours, nous avons entendu parler de l’éven­tua­lité d’un accord entre le gouver­ne­ment et les rebelles, les États-Unis et la Russie, mais au sol nous n’avons rien vu », commente-t-elle d’une voix calme. « Les forces du régime sont proches, c’est tout ce que nous savons. Et il y aura un grand massacre s’ils reprennent notre quar­tier. » Son témoi­gnage comme ceux d’autres civils dans la zone font état d’un dange­reux piège tendu par les soldats d’As­sad. « J’ai vu des hommes, des femmes et des enfants terri­fiés », raconte Waad. « Ils ont été surpris d’être pris pour cible alors qu’ils se rendaient en groupe dans la zone aux mains du régime, pour sauver leurs vies. » Les messages de détresse postés sur Twit­ter ces dernières heures incluent pour beau­coup la mention [last message]. Waad est pour­tant déci­dée à rester. « Je ne veux pas partir, c’est mon Alep, ma ville adorée », dit-elle sur les images d’un parc en ruine où jouent encore des enfants. « Peut-être que si nous avons assez de foi et de force dans nos cœurs, le désastre sera terminé. Tout ira bien. »

14680859_312562299109535_170746281637821215_o
Les enfants d’Alep
Crédits : Waad Alka­teab

7 grands repor­tages sur le conflit

Les malheurs de la Syrie auront-ils une fin ?

Quand elle sera vieille, que dira la jeunesse syrienne à ses enfants ? Ils auront tous des histoires à racon­ter dans lesquelles ils se recroque­villent dans leurs habi­ta­tions précaires pendant que les bombes pleuvent, mènent une exis­tence avilis­sante dans les camps de réfu­giés, ou bien s’en­fuient par des routes dange­reuses et des mers hostiles pour recom­men­cer une vie incer­taine dans des terres incon­nues… Lire l’ar­ticle ulyces-syriandeadlands-map

Un archéo­logue tente de sauver son pays du pillage

Tandis que l’État isla­mique pille et détruit le patri­moine archéo­lo­gique syrien, un homme a monté une équipe de choc pour tenter de sauver l’his­toire millé­naire du pays. Lire l’ar­ticle ulyces-monumentssyria-couv01

La tragé­die des Pales­ti­niens de Syrie, deux fois réfu­giés

Ils ne sont pas consi­dé­rés comme des citoyens normaux là-bas. Après avoir fui le pays, ils font face aux mêmes diffi­cul­tés en Europe. Lire l’ar­ticle ulyces-palestiniansyrians-08

Ces 600 000 docu­ments prouvent qu’As­sad a instauré une torture d’État

Depuis 2011, les services de rensei­gne­ment syriens enlèvent et torturent de nombreux indi­vi­dus, civils ou combat­tants. Ces enquê­teurs risquent tout pour rassem­bler les preuves des exac­tions. Lire l’ar­ticle ulyces-theassadfiles-couv01

Qui sont les nouveaux rois du marché noir de Damas ?

Depuis le début du conflit, les sanc­tions infli­gées à l’éco­no­mie syrienne ont donné nais­sance à un marché dont profite une poignée d’en­tre­pre­neurs véreux. Lire l’ar­ticle ulyces-blackmarketdamas-couv

La guerre sale du régime contre les méde­cins

L’éminent chirur­gien anglais David Nott est volon­taire en Syrie depuis 2012. Au cœur de l’hor­reur, il forme les méde­cins locaux aux opéra­tions d’ur­gence. Lire l’ar­ticle ulyces-shadowdoctors-couv

Alep, avant/après

Les compa­rai­sons avant/après de la ville d’Alep laissent sans voix. Ancienne capi­tale écono­mique du pays, elle est divi­sée depuis juillet 2012 entre les quar­tiers tenus par les rebelles et les zones contrô­lées par le régime. Désor­mais dévas­tée par les bombes, Alep était connue avant la guerre pour ses jardins, qui figu­raient au patri­moine mondial de l’UNESCO. Aujourd’­hui, elle n’est plus qu’un amas de ruines.

syrie-aleppo-avant-apres-top
syrie-aleppo-avant-apres-11

syrie-aleppo-avant-apres-7 syrie-aleppo-avant-apres-12 syrie-aleppo-avant-apres-2 syrie-aleppo-avant-apres-14 syrie-aleppo-avant-apres-5 syrie-aleppo-avant-apres-18 syrie-aleppo-avant-apres-4 syrie-aleppo-avant-apres-9 syrie-aleppo-avant-apres-15 Source: Bored Panda


Couver­ture : Des frappes du régime à Alep-Est. (Reuters)


 

Plus de monde