par Servan Le Janne | 10 août 2017

Pablo Esco­­bar est à terre. Alors qu’il s’en­­fuyait sur les toits de Medellín, ce 2 décembre 1993, le trafiquant de drogues le plus célèbre au monde a pris une balle de la police colom­­bienne. Les derniers moments du boss du cartel de Medellín intro­­duisent la nouvelle saison de la série Narcos. À travers ses yeux, on peut aper­­ce­­voir, dans le flou de l’image, deux paires de jambes s’ap­­pro­­cher pour lui porter le coup fatal. Désor­­mais, la voie est ouverte pour ses héri­­tiers. « Le jour où Pablo est tombé, le cartel de Cali est devenu l’en­­nemi numéro un », annonce la voix off de la bande-annonce publiée samedi 5 août.


Crédits : Netflix

Pour ce troi­­sième volet, le réali­­sa­­teur et produc­­teur José Padilha s’est inté­­ressé aux anciens rivaux et succes­­seurs d’El Patrón. Car Narcos, précise-t-il, n’est pas simple­­ment une série « sur Pablo Esco­­bar, mais sur le trafic de cocaïne en géné­­ral. Quand la cocaïne est passée d’une petite produc­­tion au Chili à un commerce en Colom­­bie, qu’elle a fran­­chi les fron­­tières et est deve­­nue un problème pour les États-Unis, il se trouve qu’Es­­co­­bar a eu un rôle prépon­­dé­­rant. » Si ce dernier reste le plus connu, « les auto­­ri­­tés améri­­caines disent que ce sont les frères Rodrí­­guez Orejuela, autre­­ment dit les chefs du cartel de Cali, qui étaient les vrais rois de la cocaïne », indique le jour­­na­­liste Ron Chepe­­siuk, auteur du livre Esco­­bar vs. Cali: The War of the Cartels. En vérité, le marché de la drogue colom­­bienne a plus été marqué de leur sceau que de celui d’Es­­co­­bar.



Ajedre­­cista

Au début du mois de juin 1995, le cartel de Cali possède plus de mille proprié­­tés, dont une centaine de bureaux, plusieurs dizaines de locaux commer­­ciaux, deux bars, autant de parkings et même une clinique. Assis sur une fortune esti­­mée à trois milliards de dollars, son chef, Gilberto Rodrí­­guez Orejuela, occupe un luxueux appar­­te­­ment de Santa Monica, un quar­­tier huppé de Cali. Tout génie des affaires qu’il est, l’homme a besoin de person­­nel pour l’ai­­der à gérer ce patri­­moine. « Contrai­­re­­ment à ce qui est commu­­né­­ment admis, la personne la plus impor­­tante dans la vie d’un narco-trafiquant n’est ni sa mère ni sa femme, mais son comp­­table », observe le géné­­ral Rosso José Serrano Cadena, qui diri­­geait l’opé­­ra­­tion de déman­­tè­­le­­ment de l’or­­ga­­ni­­sa­­tion des frères mafieux. « Ces gars mani­­pulent tant d’argent qu’ils ne savent pas comment le contrô­­ler. » C’est juste­­ment en suivant la trace de ce comp­­table que Serrano parvient à débusquer le patron du cartel de Cali, le 9 juin, alors qu’il était caché dans une pièce derrière une porte en bois dégui­­sée en armoire, au sein de sa rési­­dence de Santa Monica.

Gilberto Rodrí­­guez Orejuela

Quelques mois plus tard, empri­­sonné à Bogotá, Gilberto Rodrí­­guez Orejuela nuance le propos du géné­­ral. « J’ai été initié au trafic de stupé­­fiants en 1975 par l’en­­tre­­mise d’amis proches que je ne souhaite pas citer », déclare-t-il à un procu­­reur. « Ce n’est pas pour m’op­­po­­ser à la justice mais simple­­ment parce que j’ai une famille qui compte plus d’une centaine de personnes, entre mes fils, mes neveux, mes petits-enfants, mes frères… Ils seraient mena­­cés de mort dès le moment où je cite­­rais l’une de ces personnes par son nom. »

En vingt ans, le truand a trans­­formé une petite affaire fami­­liale en véri­­table multi­­na­­tio­­nale du crime. Fils d’un peintre publi­­ci­­taire et d’une blan­­chis­­seuse colom­­biens, Gilberto Rodrí­­guez Orejuela est né le 30 janvier 1939 à Mariquita, dans la province de Tolima. À 13 ans, il gagnait de l’argent de poche en portant des messages pour la petite phar­­ma­­cie La Perla. Amateur de voyage et de rumba, son père se rendait régu­­liè­­re­­ment à Cali, où il finit par instal­­ler la famille. C’est là que naquit l’un des sept frères et sœurs de Gilberto, Miguel, et que l’aîné étudia au collège San Luis Gonzaga. Là aussi que, conti­­nuant de jouer le messa­­ger pour les phar­­ma­­cies, il put monter sa propre offi­­cine, la bien-nommée Droguería Monser­­rate.

Aussi doué pour le commerce que dur à la tâche, le jeune homme parvint à bâtir un petit empire en cinq ans. Son sens des affaires et son entre­gent auprès des déci­­deurs locaux lui valurent le surnom d’ « Ajedre­­cista » (un auto­­mate redou­­table au jeu d’échecs). Mais cela ne suffi­­sait pas à cet homme, qui fut assez fou pour prendre la diago­­nale crimi­­nelle. Accusé de la séques­­tra­­tion de deux étran­­gers en 1969, Gilberto fut vite épaulé de son frère. Leur noms se retrou­­vèrent, à la fin des années 1970, sur une liste des douanes améri­­caines, aux côtés de ceux de 111 des trafiquants les plus dange­­reux au monde. Des char­­ge­­ments de bois aux poteaux en béton en passant par les fruits frais, tout était bon pour dissi­­mu­­ler la poudre blanche sur des navires qui accos­­taient à New York, Los Angeles, la Nouvelle Orléans, Hous­­ton et même Chicago. Afin de satis­­faire la demande améri­­caine en drogues de synthèse, les narco­­tra­­fiquants colom­­biens délais­­sèrent les petits champs de canna­­bis pour orga­­ni­­ser ceux de coca, plus rentables. Peu à peu, « sous l’ef­­fet de l’aug­­men­­ta­­tion de la pres­­sion poli­­cière dans les deux gros pays expor­­ta­­teurs de l’époque, le Pérou et la Boli­­vie, la produc­­tion se déplaça en Colom­­bie », indique Jacobo Grajales, cher­­cheur à l’uni­­ver­­sité Lille 2 et auteur d’un ouvrage sur le para­­mi­­li­­ta­­risme en Colom­­bie. Une crise de surpro­­duc­­tion éclata même au début des années 1980.

Les toits de Cali, dans l’ouest de la Colom­­bie

Dans un article de la revue améri­­caine Foreign Affairs de 1988 sur la « Colom­­bie et la guerre contre la drogue », Bruce Bagley estime que les reve­­nus issus de la vente de drogue en Colom­­bie passèrent d’1,5 milliard de dollars en 1980 à 2,5 milliards cinq ans plus tard. À cette période, « il n’y avait pas de distinc­­tion claire entre les cartels de Medellín et de Cali », juge le jour­­na­­liste améri­­cain William Rempel, auteur de l’ou­­vrage At the Devil’s Table: The Untold Story of the Insi­­der Who Brought Down the Cali Cartel. « Les oppor­­tu­­ni­­tés du trafic étaient assez grandes pour tout le monde. Les respon­­sables de Cali étaient amis et parte­­naires avec ceux du nord. Ils parta­­geaient même les routes de la contre­­bande. » Une paix qui ne dura pas.

Le KGB de Cali

Pour un vendeur de drogue, Gilberto Rodrí­­guez Orejuela était tout sauf discret. À la manière d’un entre­­pre­­neur rapace, il n’hé­­si­­tait pas à inves­­tir dans les secteurs les plus expo­­sés de la société colom­­bienne, deve­­nant action­­naire de la filiale colom­­bienne de Chrys­­ler et prenant la majo­­rité des parts du très popu­­laire Depor­­tivo Cali, le club de foot local. Son empire commer­­cial compre­­nait les labo­­ra­­toires Kress­­ford, la chaîne phar­­ma­­ceu­­tique La Rebaja, la banque des Travailleurs, la Première banque inter-améri­­caine de Panama, et le groupe Radial. Quant à sa main­­mise sur le circuit de la drogue, elle allait crois­­sante. S’agis­­sant de la cocaïne, cette vora­­cité compor­­tait quelques risques. Lors d’un séjour en Espagne au cours duquel il voulait s’ou­­vrir le marché euro­­péen, en 1984, le Joueur d’échecs faillit être extradé vers les États-Unis. Mais Madrid refusa la requête améri­­caine. Et, à son retour en Colom­­bie, il béné­­fi­­cia de l’in­­fluence qu’il avait acquise dans les secteurs écono­­mique et poli­­tique pour échap­­per à la prison. « La concen­­tra­­tion de richesses permit au cartel d’ache­­ter la Colom­­bie tout entière : la police, les poli­­ti­­ciens, quelques géné­­raux, des hommes d’af­­faires et des juges », s’ex­­clame William Rempel. De leur côté, les hommes de Medellín se lancèrent dans une guérilla contre l’État la même année en assas­­si­­nant le ministre de la Justice, Rodrigo Lara Bonilla. « Esco­­bar était violent, sans pitié et vengeur », détaille Ron Chepe­­siuk. « Il essayait de tuer tous ceux qu’il pensait se dres­­ser en travers de son chemin. » Gilberto Rodrí­­guez Orejuela agis­­sait davan­­tage comme un entre­­pre­­neur. Orfèvre en matière d’or­­ga­­ni­­sa­­tion, il éten­­dit son emprise sur la distri­­bu­­tion de la cocaïne par l’in­­ter­­mé­­diaire d’un Colom­­bien installé en tant que joaillier à New-York, Hélmer « Pacho » Herrera. Tandis que, d’après le livre du cher­­cheur améri­­cain Rens­­se­­laer W. Lee, White Laby­­rinth, « cinq syndi­­cats contrô­­laient entre 70 et 80 % de la cocaïne expor­­tée de Colom­­bie et de 60 à 70 % de la cocaïne consom­­mée aux États-Unis », les clans de Medellín et ceux de Cali commen­­cèrent à se faire concur­­rence à New York et Los Angeles.

Dans cette riva­­lité comme dans son oppo­­si­­tion à l’État, Pablo Esco­­bar mettait tout en œuvre pour prendre le dessus, quitte à séques­­trer ou à tuer les inter­­­mé­­diaires indo­­ciles. Aussi réclama-t-il aux frères Rodrí­­guez Orejuela, en vain, qu’on lui remît Pacho Herrera. « Ce conflit n’était qu’une ques­­tion de pouvoir », remarque William Rempel. « Pablo l’a demandé, mais les chefs de Cali ont refusé d’être ses laquais. » Ils tentèrent même de l’as­­sas­­si­­ner le 13 janvier 1988, en plaçant 80 kilos de dyna­­mite dans une voiture garée devant l’im­­meuble Monaco, propriété d’un de ses proches. S’ensuivit une série d’at­­ten­­tats. Le 27 novembre, Esco­­bar fit tuer les 106 passa­­gers du vol 203 Avianca sans parve­­nir à atteindre sa cible, le candi­­dat à l’élec­­tion prési­­den­­tielle César Gavi­­ria – qui n’était pas à bord. Dix jours plus tard, une charge explo­­sive entraî­­nait la mort de 70 personnes au quar­­tier géné­­ral des services de sécu­­rité colom­­biens (ex-DAS).

Entre août et décembre 1989, le cartel de Medellín tua 107 offi­­ciels et civils, orga­­nisa 205 attaques à la bombe et causa 501 millions de dollars de dommages. À cet empi­­le­­ment de violences vinrent s’agré­­ger une myriade de petits groupes crimi­­nels, de para­­mi­­li­­taires et de rébel­­lions armées telles que celle des FARC. Certains entre­­te­­naient « des liens forts avec les milieux de la poli­­tique et de l’éco­­no­­mie, légale comme illé­­gale », selon Jacobo Grajales ; d’autres vivaient du kidnap­­ping de person­­na­­lité et de barons de la drogue. En butte à la corrup­­tion des hautes sphères de l’État, quelques digni­­taires de l’ar­­mée menaient des opéra­­tions dans leur coin pour combattre tel ou tel groupe. Ils envoyèrent le fils d’un géné­­ral de l’ar­­mée, Jorge Salcedo, à Londres pour cher­­cher des merce­­naires à même d’abattre Esco­­bar. L’opé­­ra­­tion échoua, mais produi­­sit quelques échos. « Des gens à Cali veulent vous parler », enten­­dit Salcedo au télé­­phone en janvier 1989. Prompt à s’op­­po­­ser à Pablo Esco­­bar, le jeune mili­­taire devint le chef de la sécu­­rité de Miguel Rodrí­­guez Orejuela. « Il se voyait comme le protec­­teur des femmes, des enfants et des maîtresses du boss », explique William Rempel. « Il diri­­geait un groupe de gardes du corps et de spécia­­listes de la surveillance, mais maniait rare­­ment une arme. Il évitait aussi d’être impliqué dans le trans­­port ou le trafic de drogue. » Si le cartel de Cali adop­­tait une approche moins violente que celui de Medellín, préfé­­rant user de son pouvoir d’in­­fluence dès que néces­­saire, son service de rensei­­gne­­ment était parti­­cu­­liè­­re­­ment bien orga­­nisé. Au point que les agents de la DEA l’ap­­pe­­laient le KGB de Cali.

Gilberto et Miguel Rodrí­­guez Orejuela

Le comp­­table

Au bout d’une route caho­­teuse grim­­pant sur les hauteurs d’En­­vi­­gado, dans la banlieue sud de Medellín, un grillage blanc entoure quelques blocs surplom­­bés d’un mira­­dor. De l’in­­té­­rieur, le complexe ressemble à un hôtel doté de télé­­vi­­seurs derniers cris, d’un bar, d’un billard et d’un jacuzzi. Mais on ne paye pas pour venir à La Cate­­dral, du moins pas direc­­te­­ment. À sa reddi­­tion le 19 juin 1991, Pablo Esco­­bar a été trans­­féré dans cette prison tranquille, cage dorée pour délinquant milliar­­daire. Après avoir échappé à plusieurs tenta­­tives d’as­­sas­­si­­nat fomen­­tées par Cali, El Patrón a négo­­cié son arres­­ta­­tion contre l’as­­su­­rance de ne pas être extradé et de pouvoir gérer ses affaires ici, dans le luxe. Crai­­gnant son trans­­fè­­re­­ment vers les États-Unis, il s’évada à l’été 1992. Esco­­bar était alors « devenu un homme parano qui tuait ses propres hommes », observe William Rempel. Lesquels, pour certains, se sont mis à ses trousses au sein de Los Pepes (« Les Persé­­cu­­tés par Pablo Esco­­bar »), un groupe rejoint par les frères Rodrí­­guez Orejuela. Le cartel de Cali mit ses énormes moyens finan­­ciers, ses armes et sa grosse machine de rensei­­gne­­ment au service de cette alliance de circons­­tance. Esco­­bar « avait énervé à peu près tout le monde en Colom­­bie », constate Ron Chepe­­siuk. Bien que les agents améri­­cains l’aient toujours nié, le jour­­na­­liste assure qu’une coopé­­ra­­tion exis­­tait entre Los Pepes, la DEA et la CIA. Toujours est-il que leur objec­­tif commun de faire tomber Esco­­bar fut atteint le 2 décembre 1993.

Le président colom­­bien dut se résoudre à agir pour faire taire les accu­­sa­­tions.

Dès lors, les frères Rodrí­­guez Orejuela se savaient mena­­cés. Pour se mettre à l’abri, ils offrirent de finan­­cer la campagne du candi­­dat à la prési­­den­­tielle, Ernesto Samper, fina­­le­­ment élu en août 1994. Cela suffi­­rait-il ? De son côté, Washing­­ton restait déter­­miné à faire tomber les cartels l’un après l’autre. « Dans sa guerre contre la drogue, le gouver­­ne­­ment améri­­cain employa la stra­­té­­gie du pivot », analyse Ron Chepe­­siuk. « Il cibla des profils connus pour faire du bruit dans les médias et donner l’illu­­sion que cette guerre était en train d’être gagnée. Ça aidait surtout à obte­­nir du budget… » Après le déman­­tè­­le­­ment de canaux de distri­­bu­­tion en Floride, l’ad­­mi­­nis­­tra­­tion Clin­­ton pres­­sait Samper. Quand le finan­­ce­­ment de sa campagne avec l’argent de la pègre fut attesté, le président colom­­bien dut se résoudre à agir pour faire taire les accu­­sa­­tions.

En 1995, le gouver­­ne­­ment mobi­­lisa 500 soldats et poli­­ciers dans une unité appe­­lée le « Groupe de recherche » afin de pour­­chas­­ser les deux frères. Une récom­­pense d’1,6 million de dollars était aussi promise. Mis sur la trace de l’aîné en suivant son comp­­table, les forces de l’ordre finirent par le débusquer le 9 juin. « Ne tirez pas, je suis un homme de paix », s’ex­­clama Gilberto avant d’en­­fi­­ler les menottes. Restait Miguel, devenu à son tour « parano », d’après Joge Salcedo. Forcé à regar­­der la pendai­­son de cinq traîtres suppo­­sés, le respon­­sable de la sécu­­rité ne suppor­­tait plus la situa­­tion. Quand on lui demanda de trou­­ver l’un de ses amis, le comp­­table Guillermo Pallo­­mari, pour le faire tuer, il appela la police. À son arri­­vée à l’en­­droit indiqué par Salcedo, elle ne trouva personne. Sur la radio du cartel, le déser­­teur enten­­dit alors Miguel dire à son fils qu’il venait d’être exfil­­tré par un capi­­taine de la police locale. « Quel cauche­­mar, je suis mort », pensa Salcedo. Pendant plusieurs semaines, il put cepen­­dant conti­­nuer à jouer un double-rôle pour permettre, le 6 août, l’ar­­res­­ta­­tion du deuxième chef du cartel de Cali. Pacho Herrera tomba quant à lui le 1er septembre. Comme Esco­­bar en son temps, les frères Rodrí­­guez Orejuela « pouvaient faire à peu près ce qu’ils voulaient depuis leur cellule, car le système judi­­ciaire colom­­bien était corrompu », raconte Ron Chepe­­siuk. Mais leurs affaires n’échap­­pèrent pas à Washing­­ton. Sur la foi des preuves rassem­­blées par les auto­­ri­­tés améri­­caines, Gilberto fut extradé en décembre 2004 et Miguel en mars 2005. Avec leur arres­­ta­­tion, l’ère des grands cartels colom­­biens décli­­nait. La chaîne du trafic de drogues se retrouve aujourd’­­hui dissé­­mi­­née entre plusieurs petits acteurs qui veillent davan­­tage sur leurs familles que sur leurs comp­­tables.

Gilberto Rodrí­­guez Orejuela lors de son extra­­­di­­tion
Crédits : Reuters

Couver­­ture : Les puis­­sants du cartel de Cali.


 

Down­load Nulled WordP­ress Themes
Free Down­load WordP­ress Themes
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load WordP­ress Themes Free
free online course
Download Nulled WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Premium WordPress Themes Download
free online course

Plus de monde

Comment Medellín est deve­nue une ville cool

256k 21 mai 2019 stories . monde

L’hu­ma­nité peut-elle survivre à Ebola ?

233k 20 mai 2019 stories . monde

Comment en finir avec le plas­tique ?

262k 16 mai 2019 stories . monde