Dans la presse américaine, les liens entre Donald Trump et la Russie sont légion. Mais une fois démêlé, que démontre ce canevas ?

par Servan Le Janne | 7 novembre 2017

Dans le soupir poussé à la Maison-Blanche, dimanche soir, il y a avait du soula­­ge­­ment et de l’eu­­pho­­rie. Ce 24 mars 2019, la justice améri­­caine venait de recon­­naître qu’elle n’avait pas trouvé de preuve de collu­­sion entre la Russie et la person­­nel de campagne de Donald Trump. Après deux ans d’enquête, le voilà « complè­­te­­ment exonéré », se vantait-il sur Twit­­ter, alors que le procu­­reur Muel­­ler souli­­gnait que « s’il n’est pas démon­­tré que le Président a commis un crime, le rapport de l’exo­­nère pas pour autant. » Car quelques jours plus tôt, dans un autre volet de l’af­­faire, l’an­­cien direc­­teur de campagne Paul Mana­­fort était condamné à 6 ans de prison pour conspi­­ra­­tion contre les États-Unis et entrave à la justice. Alors, que s’est-il vrai­­ment passé entre le milliar­­daire et Moscou ?

Un nouveau Water­­gate

Avant de monter sur scène, Donald Trump a accro­­ché un petit drapeau améri­­cain à sa bouton­­nière et préparé ses effets de manche. À Warren, dans la banlieue de Detroit, le milliar­­daire répète à la foule ce qu’il a lancé quelques jours plus tôt dans l’Iowa. « C’est le plus gros scan­­dale depuis le Water­­gate. » Il redoute « une enquête prolon­­gée proba­­ble­­ment suivie par le procès d’un président en exer­­cice ». Un an plus tard, cela va se confir­­mer. Mais Trump ignore que la crise qu’il promet à sa rivale, Hillary Clin­­ton, le 31 octobre 2016 à Warren, se déchaî­­nera avec ironie contre lui.

Crédits : DonkeyHo­­tey/Flickr

Barack Obama n’a alors pas encore de succes­­seur. Le FBI s’in­­té­­resse offi­­ciel­­le­­ment à l’uti­­li­­sa­­tion négli­­gente d’une adresse e-mail privée de la candi­­date Démo­­crate, du temps où elle était secré­­taire d’État. Rien d’autre. Après son élec­­tion surprise, le Répu­­bli­­cain découvre toute­­fois qu’il est aussi dans le viseur. Désor­­mais, les suspi­­cions l’ac­­cablent. « Pourquoi l’at­­ten­­tion n’est pas portée sur Hillary ? » enrage-t-il le 30 octobre 2017 sur Twit­­ter. Au lieu de cela, les regards se tournent vers son ancien direc­­teur de campagne, Paul Mana­­fort, tout juste inculpé pour des faits présu­­més de blan­­chi­­ment d’argent. « Désolé mais c’était il y a des années, avant qu’il parti­­cipe à la campagne », enchaîne le président. « Et il n’y a pas de collu­­sion ! »

Mana­­fort et son bras droit, Rick Gates, se trouvent au cœur de l’enquête confiée à un procu­­reur spécial, Robert Muel­­ler, sur une « ingé­­rence » suppo­­sée de la Russie dans l’élec­­tion prési­­den­­tielle. On leur reproche d’avoir exercé le rôle « d’agents non enre­­gis­­trés du gouver­­ne­­ment ukrai­­nien et du Parti des Régions entre 2006 et 2015 ». Or, juge le magis­­trat, c’était « une forma­­tion pro-Russie en Ukraine » avant sa disso­­lu­­tion au moment de la révo­­lu­­tion, à Kiev, au prin­­temps 2014. Elle n’a pas survécu à la fuite vers Rostov de son leader, l’an­­cien président Viktor Ianou­­ko­­vitch. En le conseillant, Paul Mana­­fort aurait gagné 12,7 millions de dollars en cash d’après le Bureau natio­­nal anti-corrup­­tion ukrai­­nien en août 2016.

Ces révé­­la­­tions entraî­­nèrent, les jours suivant, sa démis­­sion du poste de direc­­teur de la campagne de Donald Trump. Aujourd’­­hui, la procé­­dure améri­­caine pointe la dissi­­mu­­la­­tion de 75 millions de dollars par le lobbyiste sur des comptes offshore et le blan­­chi­­ment de 18 millions grâce à l’achat de proprié­­tés, de biens et de services dans son pays. Ce schéma frau­­du­­leux présumé est même quali­­fié de « conspi­­ra­­tion contre les États-Unis ». Lundi 30 octobre, Mana­­fort plaide non-coupable. Il encourt 80 ans de réclu­­sion.

Le même jour, le procu­­reur spécial Robert Muel­­ler annonce qu’un autre ancien de la campagne de Donald Trump, George Papa­­do­­pou­­los, a pris la déci­­sion inverse. Il recon­­naît depuis le 5 octobre avoir menti au FBI « à propos de ses rela­­tions avec […] le minis­­tère des Affaires étran­­gères russe ». Au cours d’un inter­­­ro­­ga­­toire conduit le 27 janvier 2017, ce consul­­tant en poli­­tique étran­­gère a affirmé avoir rencon­­tré un profes­­seur britan­­nique disposé à lui four­­nir des éléments compro­­met­­tants au sujet d’Hillary Clin­­ton avant d’in­­té­­grer l’équipe de Trump. Selon l’acte d’ac­­cu­­sa­­tion, il savait déjà que le rôle lui revien­­drait lors du rendez-vous.

La nièce de Poutine

Le 14 mars 2016, George Papa­­do­­pou­­los atter­­rit en Italie pour y rencon­­trer Rob Gold­s­tone. Cet ancien jour­­na­­liste de tabloïds anglais est lui plus coutu­­mier des vols pour Moscou, où il se rend régu­­liè­­re­­ment. Il y côtoie notam­­ment Emin Agala­­rov, le fils de l’homme d’af­­faires azéri Aras Agala­­rov. Une semaine plus tard, Papa­­do­­pou­­los intègre offi­­ciel­­le­­ment l’équipe de campagne de Trump, sur quoi il revoit Gold­s­tone à Londres. L’avo­­cate russe Nata­­lia Vesel­­nits­­kaya se joint à eux.

Nata­­lia Vesel­­nits­­kaya
Crédits : Nata­­lia Vesel­­nits­­kaya/Face­­book

Dans un e-mail adressé à l’équipe de campagne, Papa­­do­­pou­­los confie avoir rencon­­tré « la nièce de Poutine » afin « d’ar­­ran­­ger une rencontre entre nous et le pouvoir russe permet­­tant de discu­­ter les rela­­tions améri­­cano-russes sous le président Trump ». Vesel­­nits­­kaya n’a aucun lien de parenté avec l’an­­cien membre du KGB, mais elle est présen­­tée comme une proche du Krem­­lin.

Mis en rela­­tion avec un membre du minis­­tère des Affaires étran­­gères russe par Rob Gold­s­tone, Papa­­do­­pou­­los indique à ses collègues, le 25 avril, que « le gouver­­ne­­ment russe a formulé une invi­­ta­­tion de Poutine à rencon­­trer M. Trump quand il sera prêt ». Le lende­­main, le conseiller d’ori­­gine grecque apprend de la bouche de Gold­s­tone, dans un hôtel londo­­nien, que « les Russes » détiennent des éléments compro­­met­­tants (« dirt ») au sujet d’Hillary Clin­­ton. Le fils du président améri­­cain, Donald Trump Jr., en est informé le 3 juin 2016 par e-mail. Gold­s­tone lui fait savoir qu’il possède des docu­­ments qui « pour­­raient incri­­mi­­ner Hillary et ses rela­­tions avec la Russie, et pour­­raient être très utiles à [son] père. Il s’agit évidem­­ment d’in­­for­­ma­­tion sensible mais qui fait partie du soutien du gouver­­ne­­ment russe pour M. Trump. »

Pour asseoir sa crédi­­bi­­lité, le Britan­­nique annonce écrire de la part d’un « ami commun », Emin Agala­­rov, dont le père a été décoré par Vladi­­mir Poutine et s’est enri­­chi dans l’im­­mo­­bi­­lier notam­­ment grâce à la commande publique. Les familles Agarov et Trump ont joint leurs efforts afin que Moscou orga­­nise le concours Miss Univers en 2013. À en croire Gold­s­tone, les infor­­ma­­tions compro­­met­­tantes ont été données à Emin par le procu­­reur géné­­ral de Russie, Yury Yakov­­le­­vich Chaika. L’avo­­cate Nata­­lia Vesel­­nits­­kaya a reconnu être en contact avec ce dernier dans une inter­­­view accor­­dée au Wall Street Jour­­nal en juillet 2017. Au lende­­main d’une conver­­sa­­tion télé­­pho­­nique entre le fils Agarov et le fils Trump, début juin, Gold­s­tone se fend d’un nouveau cour­­riel. « Emin a demandé que je plani­­fie une rencontre entre vous et l’avo­­cate russe du gouver­­ne­­ment qui arri­­vera de Moscou ce jeudi [8 juin]. Je crois que vous êtes au courant – et je me deman­­dais si 15 heures ou plus tard, jeudi, vous irait. »

Appre­­nant que cela n’est fina­­le­­ment pas possible à ce moment, Trump Jr. fait suivre le fil de la discus­­sion à Paul Mana­­fort et au gendre de son père, Jared Kush­­ner, préci­­sant que le rendez-vous est décalé au 9 juin 2016, 16 heures, dans son bureau. L’aîné du milliar­­daire avoue que « Jared et Paul » sont passés. Nata­­lia Vesel­­nits­­kaya s’y trou­­vait égale­­ment. Mais « le sujet n’était pas la campagne », se défend-t-il avant de chan­­ger de version en appre­­nant l’enquête du New York Times : « Après un échange de plai­­san­­te­­ries, la femme a indiqué qu’elle possé­­dait l’in­­for­­ma­­tion que des indi­­vi­­dus liés à la Russie finançaient le Comité natio­­nal démo­­crate et soute­­naient Mme Clin­­ton. » Et de préci­­ser : « Ses décla­­ra­­tions étaient vagues, ambi­­guës et n’avaient pas de sensAucun détail n’a été fourni ou même offert. Quand il est devenu clair qu’elle n’avait rien, nous avons changé de conver­­sa­­tion. » Rob Gold­s­tone donne de la rencontre une version simi­­laire.

Crédits : Adriel Reboh/Patrick McMul­­lan

Une bonne nouvelle

Les dernières notes de « We Are the Cham­­pions » ont fini de réson­­ner depuis plusieurs minutes lorsqu’un écho se fait soudain entendre. Entré dans une salle de son golf de West­­ches­­ter, au nord de New York, sur le tube de Queen, Donald Trump en donne une version person­­nelle. « Souve­­nez-vous de ça, je vais être votre cham­­pion », lit-il sur un promp­­teur en levant le doigt au plafond.

Ce lundi 6 juin 2016, l’homme d’af­­faires célèbre sa victoire aux primaires répu­­bli­­caines. Mais il a une autre bonne nouvelle à annon­­cer. Alors qu’en coulisse, son fils vient juste de prendre rendez-vous avec Nata­­lia Vesel­­nits­­kaya, Donald Trump attaque sa rivale démo­­crate. « La secré­­taire d’État Clin­­ton a travaillé sur un serveur privé tota­­le­­ment illé­­gal », tempête-t-il. « Je vais proba­­ble­­ment donner un discours majeur lundi prochain et nous allons discu­­ter tout ce qui s’est tramé avec les Clin­­ton. Je pense que vous allez trou­­ver ça très très inté­­res­­sant. » À quoi fait-il réfé­­rence ? Mystère. Le discours majeur n’aura jamais lieu, contrai­­re­­ment à la réunion.

Julian Assange sur ITV
Crédits : ITV

Habi­­tué à poster des photos de lui en Russie, où il s’est rendu au moins 19 fois depuis 2013, Rob Gold­s­tone affiche ce 9 juin 2016 fière­­ment sa présence à New York sur Face­­book. Mieux, il annonce carré­­ment à ses amis être en train de « prépa­­rer la rencontre » à la Trump Tower de la capi­­tale écono­­mique améri­­caine.

L’ex-jour­­na­­liste passé commu­­ni­­cant dans la musique n’est pas pudique. Trois jours plus tard, Julian Assange fait savoir sur la chaîne ITV qu’il s’ap­­prête à rendre publics des e-mails d’Hillary Clin­­ton. Son site, Wiki­­leaks, en a déjà partagé une bras­­sée au mois de mars. D’où viennent-ils ? Le 15 juin, le Comité natio­­nal démo­­crate recon­­naît avoir été attaqué par des pirates infor­­ma­­tiques russes. L’un d’eux, « Gucci­­fer 2.0 », est en posses­­sion de docu­­ments internes. Les e-mails du direc­­teur de campagne d’Hillary Clin­­ton, John Podesta, seront fina­­le­­ment publiés en octobre par Wiki­­leaks, juste avant l’élec­­tion prési­­den­­tielle améri­­caine du 8 novembre.

Le duel

Avant le départ de Barack Obama, appelé à passer la main au vainqueur du scru­­tin, Donald Trump, le 20 janvier 2017, le gouver­­ne­­ment expulse 35 diplo­­mates russes du terri­­toire améri­­cain. Fin décembre, cette déci­­sion est assor­­tie de la publi­­ca­­tion d’un rapport du FBI sur les cyber-attaques qui ont touché le Comité natio­­nal démo­­crate (DNC). Après son infil­­tra­­tion par un groupe baptisé « Cozy Bear » à l’été 2015, ce dernier a été ciblé par « Fancy Bear » au prin­­temps 2016. Ils s’em­­parent des infor­­ma­­tions « de plusieurs caciques du parti », note le rapport. La commu­­nauté du rensei­­gne­­ment améri­­cain garan­­tit ne pas avoir de doute quant aux comman­­di­­taires des attaques dans un docu­­ment publié le 6 janvier 2017.

« Nous esti­­mons que le président Vladi­­mir Poutine a ordonné une campagne visant à influen­­cer l’élec­­tion prési­­den­­tielle améri­­caine. » Le FBI et la CIA ont un « haut degré de confiance » dans cette conclu­­sion tandis qu’une « confiance modé­­rée » est mani­­fes­­tée par la NSA. Sans en faire la démons­­tra­­tion, les trois agences soutiennent que la Direc­­tion géné­­rale des rensei­­gne­­ment russes (GRU) a utilisé Gucci­­fer 2.0, DCLeaks.com et Wiki­­leaks pour diffu­­ser des données obte­­nues par des opéra­­tions de hacking. Elles rappellent aussi que Julian Assange a travaillé pour Russia Today (RT). Pas moins de sept pages sur treize du rapport sont d’ailleurs consa­­crées à analy­­ser la « propa­­gande » de la chaîne d’in­­for­­ma­­tion publique russe.

Crédits : FBI

Le 27 janvier, soit une semaine après l’in­­tro­­ni­­sa­­tion de Donald Trump, le direc­­teur du FBI, James Comey, est invité à dîner à la Maison-Blanche. Au nouveau président qui lui demande sa loyauté, l’an­­cien promet son « honnê­­teté ». Il ne lui explique cepen­­dant pas clai­­re­­ment que l’agence enquête sur les liens entre sa campagne et la Russie. La presse se charge alors des révé­­la­­tions. Pour s’être entre­­tenu en secret avec l’am­­bas­­sa­­deur russe aux États-Unis, le conseiller à la sécu­­rité natio­­nale, Michael Flynn est poussé à la démis­­sion le 13 février 2017. Il aurait par ailleurs reçu 50 000 dollars en 2015 de la part de trois entre­­prises russes, dont 31 000 dollars pour sa parti­­ci­­pa­­tion à une confé­­rence de Russia Today où il était placé à côté de Vladi­­mir Poutine.

Égale­­ment suspecté par le Washing­­ton Post d’avoir parlé à l’en­­voyé de Moscou à Washing­­ton, le procu­­reur Jeff Sessions nie en bloc. Comey finit par révé­­ler l’enquête du FBI le 20 mars, devant une commis­­sion parle­­men­­taire sur le rensei­­gne­­ment. Le 3 mai, il appa­­raît convaincu du rôle de Moscou : « La Russie est la plus grande menace sur Terre. Une des meilleures leçons que nous avons apprises est qu’elle inter­­­fé­­rera  encore dans la poli­­tique améri­­caine. À cause de l’élec­­tion de 2016, elle sait que cela fonc­­tionne. » Une semaine plus tard, il apprend son renvoi par la télé­­vi­­sion. Dans un entre­­tien à NBC, le 12 mai, Donald Trump en donne la raison : « En fait, quand je me suis décidé, je me suis dit : “Ce truc avec la Russie, Trump et la Russie, c’est une histoire inven­­tée.” »

Côté russe, personne n’est semble-t-il inquiété.

Le numéro deux du minis­­tère améri­­cain de la Justice, Rod Rosen­­stein, est loin d’en être persuadé. Le 17 mai, il donne pour mission à Robert Muel­­ler d’enquê­­ter en tant que procu­­reur spécial. Cinq mois plus tard, il inculpe George Papa­­do­­pou­­los, Paul Mana­­fort et Rick Gates. Mais côté russe, personne n’est semble-t-il inquiété. « Les agences de rensei­­gne­­ment améri­­caines ont attri­­bué l’at­­taque aux services de rensei­­gne­­ment russes mais n’ont pas fourni d’in­­for­­ma­­tions détaillées démon­­trant comment ils ont conclu à leur respon­­sa­­bi­­lité », observe à juste titre le Wall Street Jour­­nal, le 2 novembre 2018. Le dépar­­te­­ment de la Justice a depuis annoncé avoir iden­­ti­­fié six membres du gouver­­ne­­ment russe impliqués dans le hacking du Comité natio­­nal démo­­crate. Mais Robert Muel­­ler n’a fina­­le­­ment pas trouvé de preuve suffi­­sante de collu­­sion.


Couver­­ture : Poupées russes. (Bloom­­berg/Getty)


 

Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Premium WordP­ress Themes Down­load
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
free online course
Download WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
online free course

Plus de monde