par Theo Padnos | 0 min | 22 septembre 2016

Les propos ayant servi à réali­­ser cette histoire ont été recueillis par Nico­­las Prouillac et Arthur Scheuer au cours d’un entre­­tien avec le hacker Fran­­cois Rauten­­bach. Les mots qui suivent sont les siens.

Apollo 1

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été passionné d’élec­­tro­­nique et de program­­ma­­tion. Je viens de Tshwane, en Afrique du Sud, et mon nom est Fran­­cois Rauten­­bach. Je me décris souvent comme un « hacker perpé­­tuel » : je n’aime rien tant que de percer les mystères du fonc­­tion­­ne­­ment des ordi­­na­­teurs. Et pour ça, il faut vrai­­ment se plon­­ger dans leurs entrailles et déchif­­frer la façon dont leurs éléments fonc­­tionnent ensemble. Il y a envi­­ron deux ans, j’ai lu un livre à propos de l’Apollo Guidance Compu­­ter, écrit par l’his­­to­­rien de la NASA Frank O’Brien. Il expliquait comment cet ordi­­na­­teur de navi­­ga­­tion révo­­lu­­tion­­naire avait été inventé dans les années 1960, et détaillait son fonc­­tion­­ne­­ment. Je me suis pris de passion pour cette machine et je l’ai fina­­le­­ment sauvée de la destruc­­tion alors que son posses­­seur s’ap­­prê­­tait à le jeter à la casse…

ulyces-agc-01
Le panneau de contrôle de la fusée Apollo
Crédits : NASA

Il exis­­tait d’autres ordi­­na­­teurs avant l’Apollo Guidance Compu­­ter mais aucun d’eux n’était fabriqué à base de circuits inté­­grés. Ils étaient compo­­sés de tran­­sis­­tors et il n’était pas réel­­le­­ment possible de les repro­­gram­­mer. Ces machines encom­­brantes sont consi­­dé­­rées comme les premiers ordi­­na­­teurs de l’his­­toire, mais ils ne ressem­­blaient pas aux ordi­­na­­teurs modernes à puces élec­­tro­­niques. Le relais élec­­tro­­mé­­ca­­nique a été inventé dans la première moitié du XIXe siècle. À partir de ce moment-là, la tech­­no­­lo­­gie a évolué jusqu’à produire les tran­­sis­­tors utili­­sés sur les premiers ordi­­na­­teurs, un siècle plus tard. Mais ceux d’alors ne pouvaient pas être minia­­tu­­ri­­sés. Grâce aux circuits inté­­grés, les ordi­­na­­teurs d’aujourd’­­hui contiennent faci­­le­­ment des milliards de tran­­sis­­tors – et bien plus dans les proces­­seurs les plus récents. C’était impos­­sible avant l’in­­ven­­tion des circuits inté­­grés, car on ne pouvait pas les minia­­tu­­ri­­ser ni les rendre plus rapides. Tout a changé avec l’ap­­pa­­ri­­tion du sili­­cone et des premiers proces­­seurs. Le circuit inté­­gré utilisé sur l’or­­di­­na­­teur Block I compre­­nait trois tran­­sis­­tors et quatre résis­­tances montés sur une puce. Il s’agis­­sait de la plus petite puce conce­­vable à l’époque – la toute première de l’his­­toire. Tout est parti de là et s’est démul­­ti­­plié jusqu’à donner les ordi­­na­­teurs qu’on connaît aujourd’­­hui. Il s’agis­­sait d’une évolu­­tion majeure. En terme de vitesse, l’or­­di­­na­­teur Block I pouvait exécu­­ter près de 100 000 instruc­­tions par seconde, un chiffre consé­quent mais ridi­­cule au regard des milliards que peuvent exécu­­ter les ordi­­na­­teurs d’aujourd’­­hui. Ces derniers sont litté­­ra­­le­­ment 100 000 fois plus rapides que le Block I. En terme de mémoire, ils sont sûre­­ment plus d’un milliard de fois supé­­rieurs.

ulyces-agc-05-1
Crédits : Fran­­cois Rauten­­bach

Mais ce premier ordi­­na­­teur n’était pas programmé en C ou dans un autre langage connu : les ingé­­nieurs de la NASA l’avaient programmé en langage machine. Cela prenait beau­­coup plus de temps, mais cela leur a permis d’écrire un logi­­ciel beau­­coup plus rapide que s’il avait été codé en C. Même s’il ne souffre pas la compa­­rai­­son avec les ordi­­na­­teurs d’aujourd’­­hui, il faut souli­­gner qu’il démar­­rait en une milli­­se­­conde. À peine allumé, il était opéra­­tion­­nel. L’or­­di­­na­­teur a redé­­marré cinq fois pendant que Neil Armstrong marchait sur la Lune et personne ne s’en serait rendu compte si un message ne s’était pas affi­­ché sur l’écran. Aucun ordi­­na­­teur moderne ne lui arrive à la cheville en terme de vitesse d’al­­lu­­mage. L’Apollo Guidance Compu­­ter est le tout premier ordi­­na­­teur à avoir été exclu­­si­­ve­­ment construit avec des circuits inté­­grés. Il a vu le jour à l’aube des années 1960. Il exis­­tait un proto­­type de l’or­­di­­na­­teur qui ressem­­blait à trois réfri­­gé­­ra­­teurs mis l’un à côté de l’autre, construit à base de tran­­sis­­tors. La géné­­ra­­tion suivante a été créée entre la fin 1960 et le début 1961. Après avoir conçu cette version encom­­brante de l’or­­di­­na­­teur, les ingé­­nieurs de la NASA se sont rendus à l’évi­­dence : il fallait le minia­­tu­­ri­­ser. C’est le terme qu’ils ont utilisé. Il fallait qu’ils le minia­­tu­­risent pour pouvoir l’in­­té­­grer à un astro­­nef. Jusqu’ici, les ordi­­na­­teurs néces­­si­­taient de grandes salles remplies d’équi­­pe­­ment pour fonc­­tion­­ner. Mais pour en équi­­per une fusée, il fallait se plier à des contraintes d’es­­pace et de poids.

ulyces-agc-02-1
Un proto­­type du MIT
Crédits : MIT

Utili­­ser des tran­­sis­­tors aurait supposé un ordi­­na­­teur dix fois plus gros et dix fois plus lourd. Les puces élec­­tro­­niques étaient le seul moyen de minia­­tu­­ri­­ser la machine. Elles avaient été inven­­tées en 1958, à peine trois ans plus tôt, par l’Amé­­ri­­cain Jack Kilby. La NASA a alors sous-traité le projet à deux poin­­tures du milieu de la tech de l’époque : sa concep­­tion a été confiée au MIT Instru­­men­­ta­­tion Labo­­ra­­tory et sa fabri­­ca­­tion à une entre­­prise du nom de Raytheon. C’était une autre première pour la NASA, qui n’avait jamais sous-traité de projet aussi impor­­tant – ce contrat donne­­rait le top départ du programme Apollo. Son but ultime était d’at­­ter­­rir sur la Lune et ils ont vite compris qu’ils n’y arri­­ve­­raient pas sans ordi­­na­­teur. Ils ont baptisé cette machine Block I. Il ressem­­blait à un PC de bureau d’aujourd’­­hui. Ce n’était pas un masto­­donte et il était aisé­­ment trans­­por­­table : il pesait dans les 30 kg. Le Block I est l’or­­di­­na­­teur qui a été utilisé le 25 août 1966 lors du second vol test subor­­bi­­tal non habité, connu sous le nom d’AS-202. C’était la première fois qu’un tel ordi­­na­­teur était utilisé à bord d’une fusée. À ce moment-là, il était déjà opéra­­tion­­nel depuis deux ans, mais il restait des amélio­­ra­­tions à appor­­ter aux modules de commande et de service de la fusée.

Block I/II

Ce premier vol fut une semi-réus­­site. L’or­­di­­na­­teur avait fonc­­tionné à merveille, mais le module de commande Apollo a fini sa course dans l’océan. Il a manqué le terrain d’at­­ter­­ris­­sage prévu, mais c’était dû à une erreur d’in­­gé­­nie­­rie et non à un calcul erroné de l’or­­di­­na­­teur. Après cette tenta­­tive, la NASA a décidé qu’il était temps d’en­­voyer des êtres humains dans l’es­­pace grâce au Block I. Ç’au­­rait dû être le vol AS-204, qu’on connaît aujourd’­­hui sous le nom d’Apollo 1. Il s’agis­­sait du premier vol habité du programme, mais il a connu la fin tragique que l’on sait. Un incen­­die s’est déclaré dans le module de commande durant un exer­­cice et les trois membres de l’équi­­page ont été tués, un mois avant de partir pour l’es­­pace. La NASA s’est ensuite rabat­­tue sur des vols non habi­­tés et ne procé­­de­­raient plus à de nouveaux vols habi­­tés avant qu’ils ne soient tota­­le­­ment igni­­fu­­gés. C’est à ce moment-là qu’ils ont conçu le Block II, l’or­­di­­na­­teur de guidage qui serait désor­­mais utilisé pour le programme Apollo – celui sur lequel j’ai fini par mettre la main. Il était légè­­re­­ment plus gros mais aussi plus perfor­­mant. Hormis ses circuits inté­­grés, le Block II se distin­­guait des autres ordi­­na­­teurs conçus à l’époque car il ne pouvait être utilisé que pour une seule tâche : guider la fusée vers la Lune. En réalité, l’Apollo Guidance Compu­­ter était consti­­tué de deux ordi­­na­­teurs. Le premier se trou­­vait dans le module de commande et l’autre dans le module lunaire, l’en­­gin qui atter­­ri­­rait sur la Lune. Leurs logi­­ciels étaient certes diffé­­rents, mais à part ça, il s’agis­­sait des mêmes ordi­­na­­teurs, on aurait pu échan­­ger leurs boulons. Le hard­­ware, lui, pouvait être affecté à d’autres tâches et ce fut le cas dans les années 1970 : ils en ont équipé le premier avion à vol auto­­nome, et même un petit sous-marin.

ulyces-agc-03
L’Apollo Guidance Compu­­ter dans son coffre et le panneau du module
Crédits : NASA

On aurait pu imagi­­ner qu’à la fin du programme Apollo, les ingé­­nieurs de la NASA décident de conser­­ver précieu­­se­­ment l’or­­di­­na­­teur en l’ex­­po­­sant dans un musée, mais ce n’est pas ce qu’il s’est passé. Cette incroyable relique tech­­no­­lo­­gique, le point de départ de toute l’in­­for­­ma­­tique moderne, s’est retrou­­vée à la casse et a bien failli dispa­­raître à jamais. On ne peut que spécu­­ler sur l’en­­chaî­­ne­­ment des événe­­ments, mais j’ai l’in­­tui­­tion qu’il est arrivé ce qui arrive lorsqu’on travaille sur des projets de cette enver­­gure. Jusqu’à sa réali­­sa­­tion, les membres de l’équipe sont hyper enthou­­siastes et travaillent d’ar­­rache-pied, mais une fois la mission accom­­plie, ils se serrent la main et partent vers d’autres hori­­zons. Les quelques personnes restées sur place ont alors la tâche ingrate de débar­­ras­­ser les bureaux et de faire de la place pour accueillir d’autres projets. Une vente aux enchères a été orga­­ni­­sée à la hâte en 1976 pour bazar­­der l’équi­­pe­­ment avant de l’en­­voyer à la fonte. Fort heureu­­se­­ment, un collec­­tion­­neur de Hous­­ton en a fait l’ac­qui­­si­­tion avant qu’il ne soit trop tard. Peu après, il a d’ailleurs reçu une visite surprise du FBI. À l’époque, un type avait été arrêté pour avoir revendu au noir des pièces prove­­nant d’un musée. Il est possible que le FBI se soit dit qu’il pouvait y avoir un lien entre les deux affaires, et le nouveau proprié­­taire de l’or­­di­­na­­teur de la NASA a dû leur prou­­ver qu’il l’avait acheté léga­­le­­ment. Il l’a ensuite laissé prendre la pous­­sière dans un entre­­pôt au Texas, avant que je ne prenne contact avec lui pour le rame­­ner à la vie. Avec un ordi­­na­­teur normal, il ne reste­­rait pas grand-chose à sauver après 50 ans d’ou­­bli. Mais l’Apollo Guidance Compu­­ter avait été conçu pour aller dans l’es­­pace : le Block II était tota­­le­­ment igni­­fugé et complè­­te­­ment hermé­­tique, ni eau ni pous­­sière ne l’avait péné­­tré. Il était infi­­ni­­ment plus résis­­tant que les ordi­­na­­teurs d’aujourd’­­hui et c’est ce qui l’a sauvé. Jusqu’ici, j’ai eu l’oc­­ca­­sion de tester quelques-unes de ses puces élec­­tro­­niques et elles fonc­­tionnent toutes à merveille. Mais il en contient 3 800 : c’est un proces­­sus très long et comme elles ne sont plus produites depuis la fin des années 1970, il faut croi­­ser les doigts pour qu’elles marchent toutes et qu’on puisse le rame­­ner à la vie.

ulyces-agc-04
Il en a sous le capot
Crédits : Fran­­cois Rauten­­bach

Les seuls compo­­sants qui ne fonc­­tionnent plus aujourd’­­hui sont ses conden­­sa­­teurs, mais ils peuvent être chan­­gés. En atten­­dant, il serait malavisé de tenter de les bypas­­ser : en allu­­mant ses conden­­sa­­teurs à sec, on risque de voir tout l’équi­­pe­­ment partir en fumée. Vous avez déjà vu une télé­­vi­­sion ou un autre appa­­reil élec­­tro­­nique s’éteindre bruta­­le­­ment pour ne plus se rallu­­mer ? C’est le conden­­sa­­teur qui rend l’âme.

LISEZ ICI LA SUITE DE L’HISTOIRE

COMMENT FONCTIONNAIT L’ORDINATEUR DE NEIL ARMSTRONG


Traduit de l’an­­glais par Nico­­las Prouillac et Arthur Scheuer d’après un entre­­tien avec Fran­­cois Rauten­­bach. Couver­­ture : Le Block II ouvert par Fran­­cois Rauten­­bach.
Premium WordP­ress Themes Down­load
Free Down­load WordP­ress Themes
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
free down­load udemy course
Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
online free course

PLUS DE SCIENCE

Rencontre avec les inven­teurs de l’ex­pé­rience qui fait tomber amou­reux

292k 14 février 2019 stories . science

Peut-on soigner son corps en soignant son esprit ?

249k 12 février 2019 stories . science

Peut-on vivre jusqu’à 200 ans ?

265k 30 janvier 2019 stories . science