screen_shot_2016-11-11_at_3-19-23_pm Une équipe de chercheurs de l’école Polytechnique fédérale de Lausanne, en Suisse, associée à des chercheurs de l’Institut des maladies neurodégénératives de l’Université de Bordeaux ont réussi la prouesse de rendre à un singe la jambe paralysée sa capacité de marcher. Un neuro-implant à interface neuroprosthétique ( qui permet une communication directe entre un cerveau et un dispositif externe tel qu’un ordinateur ) a directement été placée dans le cerveau du primate. Cette interface a la capacité de décoder l’activité du cortex moteur afin de détecter le désir de marche. Les informations sont ensuite transmise au stimulateur qui active des électrodes placées au niveau de la lésion responsable de la paralysie. Ce processus complexe permet de stimuler les neurones et les muscles associés afin de mettre la jambe en mouvement, selon le désir réel de l’individu et non un processus mécanique. « C’est la première fois qu’une neuroprothèse restaure la marche chez un primate », a déclaré Grégoire Courtine, professeur à l’Ecole Polytechnique de Lausanne, qui a mené l’équipe de recherche. Les deux primates utilisés pour ces essais ont recouvré leur capacité de marche très rapidement, sans qu’aucun entrainement particulier ne soit nécessaire. Les essais cliniques viennent tout justes de débuter à Lausanne afin de tester les effets de cette neuroprothèse sur des patients souffrant de lésions de la moelle épinière. Mais de nombreux paramètres restent encore à éclaircir pour que cette technologie soit transférable à l’homme. Les résultats des recherches ont été publiés la semaine dernière dans la revue Nature . Sources / Crédits : Nature