Toutes les recettes de l’asado, le trésor culinaire des Argentins

par   Adelie Floch   | 17/06/2016

En Argentine, on a plusieurs fiertés : le foot, Messi, le pape François, mais aussi et surtout l’asado. On pourrait vulgairement assimiler cette technique traditionnelle de cuisson au barbecue, mais c’est beaucoup plus complexe que ça !

14234642323_6d82c93cb5_o

Crédit : Flickr 

Le mot asado signifie en effet « barbecue » mais également « côte de porc ». Ceux qu’on appelle les asadors sont des maîtres en la matière et manient la parrilla (la grille) à la perfection. Ce simple dispositif de cuisson dépasse tous les autres, même les appareils les plus évolués. Il capture l’essence même de la cuisson de la viande grâce au feu et à l’ajout d’une pincée de sel. Une grille et quelques briques suffisent pour préparer un asado et c’est là toute la beauté du plat : il peut se préparer partout, sur n’importe quelle grille de fortune. L’art réside surtout dans l’allumage du feu car les asadors refusent d’utiliser un simple liquide combustible.

334776659_9e79a37c0d_o

Crédit : Flickr 

La tradition veut qu’on mange l’intégralité de l’animal lorsqu’on déguste un asado. Les boyaux sont donc servis en entrée.

Les chinchulines (les tripes de porc) sont marinés dans du jus de citron ou du vinaigre, puis plongées dans du lait ou de l’eau bouillante. L’extérieur est grillé pour donner un met croquant au premier coup de dent, mais qui se révèle ensuite très tendre.

2561767130_f407407a92_o

Crédit : Flickr 

La morcilla est un boudin assaisonné avec du sel, du poivre, de l’ail, des oignons, de la cannelle et du paprika. Elle est juste réchauffée sur la grille quelques instants avant d’être dégustée.

Morcilla-burgos_2

Crédit : Wikimédia 

La provoleta séduira les amoureux du fromage : il s’agit d’un feuilleté de provolone doré, croustillant à l’extérieur et dégoulinant à l’intérieur.

7722588910_fccfe4c4fa_o

Crédit : Flickr 

On connaît tous le chorizo, mais qu’en est-il de celui préparé à la parrilla ? Tout asado se doit d’en contenir. Ces saucisses argentines sont faites à partir de porc ou de bœuf, ou les deux, de préférence bien gras. Préparé avec du paprika, de l’origan, du poivre ou de l’ail, le chorizo est cuit sur la grille, jusqu’à être légèrement carbonisé à l’extérieur et juteux à l’intérieur.

7150058613_5bdc09b23d_o

Crédit : Flickr

La salchicha parrillera ressemble beaucoup au chorizo, mais elle est plus fine, plus longue et se sert enroulée sur elle-même.

salchicha-parrillera-1024x682

Crédit : LuckyPeach

Pour le plat principal, il y a une profusion de choix. La règle veut que l’on compte 1 kg de viande par personne (l’Argentin moyen consomme jusqu’à 86 kg de viande par an).

Pour les vrais carnivores, il y a l’entraña. Ce bifteck savoureux provient des muscles du diaphragme de la vache. Le morceau est recouvert d’une membrane caoutchouteuse qui est laissée intacte par les asadors.

Delicious Argentine Steak

Crédit : Flickr

L’asado n’est pas qu’une technique, c’est aussi le nom argentin pour parler de « côte de porc ». Elles sont souvent longues et coupées finement. Elles sont cuites à feu doux jusqu’à ce qu’elles deviennent croustillantes et légèrement caoutchouteuses.

Preparing_the_Asado

Enfin, le lomo signifie « filet mignon ». Bien qu’un peu cher, il reste un des steaks les plus appréciés. Tellement tendre qu’on pourrait le découper à la cuillère.

lomo

Crédit : wikipédia

¡Buen provecho!

Source : Lucky Peach

Le pays de l’asado n’est pas au mieux en ce moment.

0