fbpx

par Fabien Soyez | 6 mai 2016

par Fabien Soyez

Pour les clients du café, cet homme aux allures de vieux dandy ou de lord anglais, à la mous­tache et aux cheveux gris, n’est qu’un pari­sien comme un autre. Un digne grand-père, peut-être. Mais ont-ils conscience que c’est lui, Louis Pouzin, qui a inventé le proto­cole à l’ori­gine d’In­ter­net ? Y pensent-ils une seconde, tout en mani­pu­lant leur smart­phone, évidem­ment connecté au réseau mondial ? Louis Pouzin, 85 ans, n’a pas inventé Inter­net. Mais sans lui, Inter­net n’exis­te­rait pas. Para­doxal ? Pas tant que cela. Car une inven­tion n’a pas besoin d’être breve­tée pour vivre sa propre vie. Et parce que si nombre d’in­ven­teurs sont passés à la posté­rité, beau­coup d’autres sont restés dans l’ombre. Par choix, par modes­tie, ou par un fâcheux coup du sort. Il est main­te­nant temps de réta­blir la vérité de la créa­tion d’In­ter­net. Croyez-le ou pas, mais si aujourd’­hui nous parlons de « l’In­ter­net » et du TCP/IP, et non de « Cate­net » et du « data­gramme », c’est grâce, ou à cause des PTT. C’est une longue histoire. Qui commence dans les années 1940. À l’époque, l’or­di­na­teur n’existe pas encore.

ulyces-louispouzin-01
Louis Pouzin aujourd’­hui
Crédits : Fabien Soyez

De Bull aux USA

Louis Pouzin a grandi au milieu des outils, dans la scie­rie de son père. « Il ache­tait des arbres et vendait le bois coupé. Il y avait des machines à vapeur, des scies, une affû­teuse, une forge… C’était un para­dis », raconte le vieil homme. Tout en buvant son café, il se souvient : « Dès mon plus jeune âge, je brico­lais. Pour le plai­sir. Je répa­rais des serrures, des horloges. » Cet amour pour le brico­lage et l’in­ven­tion ne le quit­tera jamais. Bon en maths, il passe son bac avec mention, et parce qu’il veut par-dessus tout avoir un diplôme mais sans vrai­ment avoir de métier en tête, il travaille comme un acharné et intègre les rangs de l’École poly­tech­nique en 1950, à 19 ans. Diplômé de « l’X » deux ans plus tard, il rejoint la CIT (Compa­gnie indus­trielle des télé­phones), ancêtre d’Al­ca­tel. « Ingé­nieur débu­tant, je m’oc­cu­pais de la fabri­ca­tion, d’as­su­rer l’ar­ri­vée des pièces et de leur qualité. Un vrai appren­tis­sage du milieu de l’in­dus­trie », raconte-t-il. Louis Pouzin aurait pu rester dans cette filiale télé­coms de la CGE (Compa­gnie géné­rale d’élec­tri­cité) et parti­ci­per au déve­lop­pe­ment de l’in­dus­trie du télé­phone. Mais en 1955, le hasard, ou peut-être le destin, le pousse vers l’in­for­ma­tique après avoir lu un article du Monde consa­cré aux tout premiers calcu­la­teurs élec­tro­niques, qui pren­draient bien­tôt le nom d’or­di­na­teurs. « À l’époque, il n’y avait pas de calcu­lettes : on se servait de machines munies de rouleaux et de mani­velles. Alors ces calcu­la­teurs élec­tro­niques, qui faisaient des milliers d’opé­ra­tions à la seconde, c’était fantas­tique ! » se souvient-il.

ulyces-louispouzin-02
Le calcu­la­teur ENIAC (Elec­tro­nic Nume­ri­cal Inte­gra­tor And Compu­ter)
Crédits : U.S. Army

Au même moment est orga­nisé au parc des expo­si­tions de la porte de Versailles à Paris la 5e édition du « Salon de l’in­for­ma­tique du commerce de bureau » (SICOB), consa­cré aux machines « de comp­ta­bi­lité à cartes perfo­rées » et aux « calcu­la­teurs » d’IBM et de Bull. C’est le coup de foudre immé­diat. À 24 ans, Louis Pouzin candi­date chez Bull, séduit par les calcu­la­teurs de la société française et bien décidé à se lancer dans ce qu’un ingé­nieur alle­mand bapti­sera, deux ans plus tard, « l’in­for­ma­tique » – ou « trai­te­ment infor­ma­tique de l’in­for­ma­tion ». Louis Pouzin est alors passionné de méca­nique. « Mais quand j’ai connu l’in­for­ma­tique, j’ai immé­dia­te­ment compris que les poten­tia­li­tés étaient bien plus grandes : la méca­nique prend du temps, elle néces­site d’uti­li­ser un tas d’ou­tils… alors qu’a­vec l’in­for­ma­tique, il suffit de prendre un crayon pour créer un programme et faire ce que vous voulez ! » lance Louis Pouzin. L’homme est « l’un des seuls élèves » de sa promo­tion à s’in­té­res­ser à ce tout nouveau domaine, aux côtés de feu Henry Leroy, concep­teur d’un compi­la­teur du langage de program­ma­tion Algol, et de feu Jean-Pierre Brulé, président de Bull dans les années 1970.

Pendant deux ans, le CV du jeune ingé­nieur reste posé sur une pile de dossiers, suite à la crise du canal de Suez. En 1957, il est enfin recruté par Bull, chargé de « faire le pont entre le service tech­nique et les commer­ciaux de la société ». Sa mission : imagi­ner des « gadgets » et des « solu­tions maté­rielles » ne néces­si­tant pas de déve­lop­pe­ment coûteux, mais « répon­dant aux besoins des clients ». À l’époque, IBM domine le monde nais­sant de l’in­for­ma­tique avec le 650, ordi­na­teur de la première géné­ra­tion. « Face à cette 4CV, Bull avait déve­loppé un calcu­la­teur élec­tro­nique. Il avait été conçu pour être auto­nome, mais en réalité il fallait le relier à une machine à cartes perfo­rées, et il ne possé­dait pas de mémoire perma­nente », se souvient Louis Pouzin. L’in­gé­nieur s’oc­cupe alors davan­tage de la méca­no­gra­phie et de conce­voir des lecteurs de bandes perfo­rées – ce qu’il décrit comme des « machines à écrire élec­triques, auxquelles on accro­chait un perfo­ra­teur de cartes en papier rigide ». Le busi­ness des calcu­la­teurs est encore bien loin.

ulyces-louispouzin-03-1
L’IBM 650
Crédits : Texas A&M

En 1960, Bull et IBM se livrent une guerre achar­née pour domi­ner le monde nouveau de l’in­for­ma­tique. « IBM avait commer­cia­lisé le premier ordi­na­teur à disque dur, le Ramac. Et pour contrer cette machine, Bull avait passé un accord avec une société améri­caine, RCA (Radio Commu­ni­ca­tion of America) afin de lancer le Gamma 30, un calcu­la­teur tout aussi puis­sant », raconte Louis Pouzin. Mais pour « frap­per un grand coup » dans le secteur du calcul scien­ti­fique, Bull voit plus loin et projette de créer la « machine française ultime », nom de code Gamma 60. Louis Pouzin, qui commence à rouler sa bosse, se retrouve à la tête d’une équipe de 30 ingé­nieurs char­gés de la program­ma­tion du Gamma 60. « C’était la première fois que des ingé­nieurs program­maient. Jusque-là, ils diri­geaient des équipes mais n’étaient pas entraî­nés à program­mer : c’était une affaire de tech­ni­ciens », raconte-t-il en souriant.

Désor­mais, les ingé­nieurs se mettaient à mani­pu­ler et à program­mer. « Mais le plus souvent en traî­nant des pieds, car pour eux, c’était une tâche ingrate », ajoute l’in­for­ma­ti­cien. Un peu frus­tré par le manque de dyna­misme de ses collègues, Louis Pouzin regarde avec envie les nombreux améri­cains qui débarquent en masse chez Bull France, suite à la prise de pouvoir par Gene­ral Elec­tric, en 1963. « Ils venaient faire leur petit tour d’Eu­rope, pour voir ce qui se passait chez Bull », se souvient-il. « Je voyais bien qu’il y avait beau­coup de choses à faire dans l’in­for­ma­tique, c’était un domaine vrai­ment promet­teur. Alors, j’ai pris des cours d’an­glais à l’école Berlitz et j’ai demandé à mon patron si je ne pouvais pas prendre un congé de longue durée pour partir bosser aux États-Unis », raconte le vieil homme. Conser­vant un salaire symbo­lique afin de « pouvoir conti­nuer à être inscrit à la Sécu », Louis Pouzin embarque donc en 1963 pour les USA, avec femme et enfants. Alors qu’un cher­cheur améri­cain le remplace en France, en vertu d’un programme d’échange, il rejoint l’équipe du profes­seur Fernando J. Corbató, direc­teur adjoint du centre de calcul du MIT (Massa­chu­setts Insti­tute of Tech­no­logy) à Boston. Ce scien­ti­fique est alors le chef du projet Mac (Multi access compu­ter), un projet de program­ma­tion en temps partagé.

ulyces-louispouzin-04
Le vision­naire
Crédits : Fabien Soyez

« L’idée du “time sharing”, c’était de parta­ger une grosse machine entre plusieurs program­meurs. En évitant à la machine d’être immo­bi­li­sée par un seul program­meur, le proces­sus serait consi­dé­ra­ble­ment accé­léré », explique Louis Pouzin. Pour lui, ce projet est une chance : « C’était l’oc­ca­sion de program­mer une machine puis­sante, concrè­te­ment cette fois. J’al­lais pouvoir m’ini­tier à un nouveau concept infor­ma­tique qui me semblait révo­lu­tion­naire, et qui néces­si­tait d’écrire, d’in­ven­ter de toutes pièces un programme de gestion de la machine. » Aux côtés de cinq autres « program­meurs système », un métier qui n’exis­tait pas encore en France, Louis Pouzin s’ini­tie au code machine, le langage natif du proces­seur de l’or­di­na­teur. Ensemble, ils déve­loppent le CTSS (Compa­tible Time Sharing System), l’un des tout premiers systèmes d’ex­ploi­ta­tion (OS) à temps partagé. « Il fonc­tion­nait tant en trai­te­ment par lots qu’en temps partagé. Nous pouvions compi­ler et débo­guer, pendant que d’autres faisaient de la gestion ou des calculs scien­ti­fiques », explique l’in­for­ma­ti­cien. De fil en aiguille, il parti­cipe à la concep­tion du suces­seur de CTSS, Multics.

Concrè­te­ment, il propose à son équipe de conce­voir un inter­pré­teur de commandes faisant office d’in­ter­face directe entre l’OS et l’uti­li­sa­teur, qu’il baptise shell (« coquille »). « L’idée était de gagner du temps en centra­li­sant et en auto­ma­ti­sant des tâches répé­ti­tives, comme la lecture des commandes, l’ana­lyse des termes et l’ap­pel des sous-programmes », note-t-il. Grâce au shell, Multics est un succès immé­diat. « Cet OS nova­teur a ensuite été très utilisé comme le symbole de ce dont serait composé la machine du futur », se réjouit Louis Pouzin. Profes­sion­nel­le­ment, le MIT fut un véri­table trem­plin pour l’in­for­ma­ti­cien. « Je pouvais faire des choses que je n’au­rais jamais pu faire en France. J’ai appris énor­mé­ment. Les Améri­cains donnent beau­coup de liberté d’ini­tia­tive aux sala­riés, et j’ai pu en faire preuve en propo­sant de créer le shell. »

L’élec­tron libre

1965. C’est le retour en France pour Louis Pouzin. Il ne le sait pas encore, mais il s’ap­prête à vivre une grande aven­ture, aux origines d’In­ter­net. Un peu rebuté par la vie améri­caine – « la société améri­caine est profon­dé­ment hypo­crite, il faut rester dans les clous… Et moi, je n’ai jamais su rester dans les clous » –, il rentre chez Bull, fort de son expé­rience au MIT. ulyces-louispouzin-05-2« J’étais devenu une vedette. Je connais­sais le temps partagé, et mon boss, Pier Abetti, m’a emmené faire le tour de l’Eu­rope pour parler du time sharing aux grosses socié­tés à qui Bull et Gene­ral Elec­tric voulaient vendre des machines », se souvient Louis Pouzin. Sa connais­sance de l’an­glais est égale­ment un atout : « Bull étant deve­nue une succur­sale de GE, tous ceux qui ne parlaient pas anglais étaient repous­sés dans des tâches secon­daires. » Pendant plusieurs mois, Louis Pouzin enchaîne les aller-retour, dans la plupart des capi­tales euro­péennes et un peu partout en France. « Ça m’a permis d’y être un peu reconnu à l’époque, notam­ment dans les univer­si­tés… Jusqu’ici, les ingé­nieurs de chez Bull n’avaient pas de rapport avec elles, c’était réservé aux commer­ciaux qui leur vendaient des machines », raconte l’in­for­ma­ti­cien. Ainsi, remarque-t-il, ces présen­ta­tions du time sharing ont permis de rappro­cher les milieux. 1966.

Après un an passé à faire « le tour des popotes euro­péennes », Louis Pouzin commence à se lasser.  Le discours qu’il tient lors de ses présen­ta­tions est toujours le même : « Je parlais aux entre­prises des bien­faits du temps partagé, surtout de la perfor­mance de mise au point des programmes. Je leur expliquais qu’on pouvait mettre un programme au point en une jour­née ou deux. Alors qu’a­vant il fallait deux ou trois semaines. Ça inté­res­sait beau­coup de socié­tés en France et à l’étran­ger. » À force, l’en­vie lui revient de chan­ger d’ac­ti­vité. « J’ai voulu reprendre un projet et juste­ment, il y avait la météo­ro­lo­gie française », se souvient-il. La Direc­tion de la météo­ro­lo­gie natio­nale, ancêtre de Météo France, avait commandé à Bull une grosse machine pour pouvoir faire de la prévi­sion. Un milieu inha­bi­tuel pour Bull, qui apporte son aide tech­nique. La météo néces­si­tant une machine spéciale, Louis Pouzin monte une petite équipe de trois ingé­nieurs et entre­prend d’adap­ter l’or­di­na­teur de Gene­ral Elec­tric, le GE 600, à la gestion des infor­ma­tions météo­ro­lo­giques « reçues par Télex du nord au sud du pays ». Pour l’in­gé­nieur, il s’agit d’un projet nova­teur. « On sentait que le monde allait chan­ger, c’était quelque chose de jamais vu », raconte-t-il. Louis Pouzin finit par imagi­ner un système permet­tant au GE 600 de « sortir en temps voulu des prévi­sions à court, moyen et long terme » qu’il baptise « météo­nome ». Mais en 1967, après un an de travail, coup de théâtre : Gene­ral Elec­tric trouve que le GE 600 ne rapporte pas assez d’argent et décide de ne plus le distri­buer. « À la météo, ils étaient un peu embê­tés : ils étaient contraints de comman­der une autre machine, mais ils voulaient aussi me garder. Et moi, je voulais pour­suivre ce projet », raconte Louis Pouzin. La machine comman­dée par la DMN est un ordi­na­teur concur­rent, fabriqué par la Control Data Corpo­ra­tion. « Le patron de cette société améri­caine est allé voir Bull en propo­sant un arran­ge­ment : il four­ni­rait le calcu­la­teur, et Bull conti­nue­rait à faire travailler notre équipe sur le météo­nome. Mais le direc­teur de Bull n’a rien voulu entendre », déplore Louis Pouzin.

ulyces-louispouzin-06
Série GE 600 de Bull-GE
1967

« Ce qui m’in­té­res­sait vrai­ment, c’était le travail à faire, pas l’en­tre­prise. Si la société dans laquelle j’étais me ralen­tis­sait dans mon évolu­tion, je n’avais aucun scru­pule à partir ailleurs. Mon but, c’était de créer de grands systèmes », explique-t-il. En 1967, l’in­for­ma­ti­cien claque la porte de Bull et rejoint la SACS (Société d’ana­lyse et de concep­tion de systèmes), une entre­prise de services desti­née aux déve­lop­pe­ments de systèmes pour les entre­prises, qui devien­dra plus tard Atos. Il pour­suit alors son travail sur le météo­nome, cette fois avec une équipe de 5 ingé­nieurs. « Le météo­nome, c’était une machine et un système d’ex­ploi­ta­tion inédits. Au lieu d’un seul proces­seur, il utili­sait huit proces­seurs péri­phé­riques, ce qui était tout à fait inha­bi­tuel », décrit Louis Pouzin. En conce­vant ce système, l’homme apprend beau­coup. « À la fin, j’étais capable de travailler sur des machines de struc­tures assez diffé­rentes. Alors que souvent, même encore aujourd’­hui, vous trou­vez des infor­ma­ti­ciens doués mais qui n’ont qu’un seul schéma mental de machine en tête. Ils ne savent pas chan­ger de struc­ture de machine, et refont ce qu’ils ont déjà fait », explique-t-il. À la même époque, il commence à donner les tout premiers cours dispen­sés en France sur les systèmes d’ex­ploi­ta­tion, à l’uni­ver­sité Pierre-et-Marie-Curie (UPMC). C’est dans ce milieu bouillon­nant d’idées nouvelles qu’il puisera plus tard pour trou­ver les nombreuses jeunes recrues de ses équipes de recherche.

~

Deux ans plus tard, en 1969, Louis Pouzin se remet en mouve­ment. « Une fois le météo­nome opéra­tion­nel, la météo n’avait plus besoin de moi, et la SACS ne pouvait plus me payer. Il fallait que je trouve du travail ailleurs. » Il se dirige vers le milieu de l’in­dus­trie et rejoint Simca, construc­teur auto­mo­bile contrôlé à l’époque par l’Amé­ri­cain Chrys­ler. Louis Pouzin rejoint le centre de calcul, avec pour mission de « faire marcher le système ».

ulyces-louispouzin-07
Louis Pouzin

Il découvre « la vie dans une grande entre­prise », avec ses cahiers de charge, ses méthodes de mana­ge­ment, ainsi que ses syndi­cats et ses bras de fers entre les diffé­rents services (finances, achats, produc­tion, etc.). Aller­gique à ce type de cadre de travail, Louis Pouzin sent que ce n’est pas son milieu. Chez Simca, il avait aussi « lancé des trucs pas courants, et qui avaient fait frémir le patron ». La fin des années 1960 était « l’époque où il y avait des “compa­tibles” sur le marché » – des machines compa­tibles IBM, conçues par des indus­triels qui n’étaient pas IBM. Certaines armoires de disques « étaient plus rapides et coûtaient moins cher que chez IBM. Alors au lieu de ne louer notre maté­riel qu’à IBM, j’ai commandé deux armoires à une autre société améri­caine », raconte Louis Pouzin, l’air amusé. « Très emmerdé », IBM tente de convaincre le direc­teur de Simca que de telles pratiques sont risquées. Mais Pouzin réus­sit à convaincre son entre­prise qu’IBM n’est pas l’unique solu­tion.

En 1970, devenu chef du système infor­ma­tique, il se frotte à nouveau à la société améri­caine. « Rien ne fonc­tion­nait à distance à l’époque. L’idée moderne de pouvoir enre­gis­trer les infor­ma­tions online n’était pas de mise chez Simca. Mais la direc­tion aurait tout de même bien voulu un système en ligne pour pouvoir suivre la produc­tion depuis un termi­nal », explique Louis Pouzin. Alors l’in­for­ma­ti­cien a l’idée de recou­rir à un système d’ex­trac­tion de données repo­sant sur les cartes perfo­rées, des modems de télé­phone et un télé­type (un appa­reil qui permet de géné­rer et de rece­voir des messages via des signaux élec­triques). « Catas­trophe : le télé­type en ques­tion n’était pas un appa­reil IBM ! » s’amuse Louis Pouzin. Pire : le télé­type ne figu­rait pas, à l’époque, dans son cata­logue. « Il coûtait peu cher car il utili­sait le réseau télé­pho­nique, et non une câble­rie spéciale. Alors les gars d’IBM sont montés au créneau et ont essayé de convaincre mon patron que c’était encore une fois une mauvaise idée. » Louis Pouzin n’a en tout cas aucune inten­tion de rester dans ce milieu de bagarres perpé­tuelles, où beau­coup d’éner­gie est « dépen­sée pour défendre son auto­rité, son budget ». L’in­for­ma­ti­cien veut davan­tage. « Je voulais conti­nuer à inven­ter des choses », explique celui qui passe alors aux yeux de ses collègues pour « un élec­tron libre, un rebelle » qui, pour couron­ner le tout, vient de poly­tech­nique et non des Arts et métiers, comme la plupart des ingé­nieurs de Simca. « Je n’étais pas de la confré­rie ! » lance Louis Pouzin en riant. « J’avais donc depuis un moment l’idée de partir ailleurs. J’avais fait pas mal de socié­tés, alors pourquoi pas une de plus ? » Il l’ignore encore, mais le destin lui a réservé bien plus que d’en­trer dans une énième société où exer­cer son talent. Bien plus.

ulyces-louispouzin-08
Une carte de l’Ar­pa­net

Cyclades, l’Ar­pa­net à la française

1971. Louis Pouzin s’ap­prête à révo­lu­tion­ner l’in­for­ma­tique, qui commence tout douce­ment à s’im­po­ser dans les entre­prises – en atten­dant l’ère, plus si loin­taine, du PC person­nel. À quelques jours d’in­ter­valle, soudai­ne­ment, il reçoit des coups de fil d’an­ciens collègues qui lui annoncent que la Délé­ga­tion géné­rale à l’in­for­ma­tique – une instance créée en septembre 1966 à l’époque de De Gaulle dans le cadre du Plan Calcul, pour stimu­ler la produc­tion de logi­ciels et de maté­riels infor­ma­tiques à desti­na­tion des admi­nis­tra­tions notam­ment – voudrait « faire en France un réseau semblable à l’Ar­pa­net ». Plus tard, la DGI lui propose, à lui l’ex­pert reconnu du time sharing, de diri­ger le projet. « Je n’ai pas réflé­chi une seule seconde : j’ai dis oui, trois fois oui », dit-il en riant. Basé sur le concept du temps partagé, l’Ar­pa­net (Advan­ced Research Projects Agency Network) est alors le premier réseau à trans­fert de « paquets » (des morceaux de données). Déve­loppé aux États-Unis par la DARPA, l’agence de recherche de l’ar­mée améri­caine, entre 1969 et 1971, il utilise ainsi le packet swit­ching plutôt que la tradi­tion­nelle commu­ni­ca­tion par circuit élec­tro­nique. Autant dire que créer une version euro­péenne de l’Ar­pa­net est alors tout à fait dans les cordes de Louis Pouzin, fervent suppor­ter du temps partagé et des réseaux, qui a suivi de très près les avan­cées du projet améri­cain dans les revues scien­ti­fiques. L’idée de la Délé­ga­tion géné­rale à l’in­for­ma­tique n’est alors pas de concur­ren­cer Arpa­net mais de « rattra­per, en France, le retard sur les États-Unis dans le domaine stra­té­gique des réseaux ». Autre­ment dit, de monter en compé­tences à travers un nouveau projet. « En Europe, on ne savait pas ce qu’é­tait un réseau ! » affirme Louis Pouzin. Sous l’im­pul­sion de la DGI, un consor­tium euro­péen de l’in­for­ma­tique avait été créé en 1970 : Unidata. Dans ses rangs : Philips, Siemens et la CII (Compa­gnie inter­na­tio­nale pour l’in­for­ma­tique). ulyces-louispouzin-09La CII avait été créée en 1966 dans le cadre du plan Calcul lancé par le gouver­ne­ment du géné­ral de Gaulle. La mission de cette société privée, finan­cée prin­ci­pa­le­ment par l’État : déve­lop­per l’in­for­ma­tique scien­ti­fique et l’in­for­ma­tique de gestion face aux construc­teurs d’or­di­na­teurs Control Data, IBM et Bull-GE. L’idée du gouver­ne­ment étant de « déve­lop­per une capa­cité tech­no­lo­gique française ». Or, du côté d’Uni­data, l’objec­tif est de « créer une puis­sante gamme de produits d’in­for­ma­tique euro­péenne, à l’iden­tique d’Air­bus dans l’aé­ro­nau­tique », chacun des membres s’oc­cu­pant de son secteur d’ex­per­tise : à Philips la tech­no­lo­gie élec­tro­nique, à Siemens les péri­phé­riques méca­niques, et à CII l’ar­chi­tec­ture des machines et le logi­ciel. Mais « face à Siemens et Philips, deux poids lourds, la CII, rela­ti­ve­ment jeune, était toute petite. Alors l’idée de la délé­ga­tion, très poli­tique, fut de créer en France une tech­no­lo­gie de réseau permet­tant à la CII d’être en avance sur ses parte­naires », explique Louis Pouzin. « Poli­tique­ment, créer un Arpa­net français, c’était très bien vu », ajoute-t-il avec un sourire narquois. Fin 1971, l’in­for­ma­ti­cien rejoint donc la Délé­ga­tion à l’in­for­ma­tique. Il s’ins­talle à l’IRIA (Insti­tut natio­nal de recherche en infor­ma­tique et en auto­ma­tique), à Rocquen­court dans les Yvelines. Il mobi­lise immé­dia­te­ment son réseau afin de consti­tuer une équipe d’une demi-douzaine de personnes. Louis Pouzin commence par « se faire prêter » Jean-Pierre Touchard, ancien insti­tu­teur devenu infor­ma­ti­cien, par la CII. Un ancien de chez Bull.

Autre recrue de choix : un ingé­nieur de l’ar­me­ment, Hubert Zimmer­mann. Poly­tech­ni­cien, il travaille alors à la SEFT (élec­tro­nique pour l’Ar­mée de terre) et vient d’ache­ver le projet Syco­more, visant à créer plusieurs systèmes de comman­de­ment pour l’Ar­mée de terre. « C’était un type remarquable », se souvient Louis Pouzin, un brin ému. Avec Zimmer­mann, il déve­lop­pera plus tard, à la CII, la distri­bu­ted system archi­tec­ture (DSA), une archi­tec­ture de réseau en couches.

Louis Pouzin recrute aussi Jean-Louis Grangé – un ancien de Simca rencon­tré à la SACS, qu’il avait déjà débau­ché pour le météo­nome –, Jean Le Bihan, qui conce­vait alors les tout premiers systèmes de temps réel des aéro­ports français ; Michel Gien, l’au­teur de Fanny, un langage utilisé pour des systèmes de macro-instruc­tions et ingé­nieur système au centre de calcul de l’IRIA.

ulyces-louispouzin-10
Instal­la­tion d’un ordi­na­teur CII

L’in­for­ma­ti­cien recrute aussi de nombreux jeunes ingé­nieurs travaillant alors dans des socié­tés de service, comme la SACS, Cap Sogeti ou la SESA. « Ces entre­prises étaient toutes inté­res­sées par ce projet de réseau, et contre ma promesse de les prendre comme sous-trai­tants (déve­lop­peurs), j’ai pu leur louer des gens de top niveau, à plein temps, qui seraient formés dans mon équipe », raconte Louis Pouzin.

Des années plus tard, la plupart de ces jeunes recrues parti­ci­pe­ront à des projets de réseaux français. « À l’époque, quand il y avait un réseau à construire, par exemple pour Air France ou pour les douanes, on passait le contrat à une société française, mais qui était pure­ment de façade, sous-traité en réalité à une société améri­caine », explique Louis Pouzin. « Après notre aven­ture, tous les projets de réseaux ont été faits par des socié­tés françaises, et non plus améri­caines. » Le projet de réseau de la DGI, Louis Pouzin se l’ap­pro­prie et lui trouve un nom : Cyclades, du nom de l’ar­chi­pel grec. « Tout comme il faut des bateaux pour relier ces bandes d’îles, il fallait trou­ver un système pour relier les centres non-connec­tés du futur réseau », explique-t-il en riant. « Mon état d’es­prit, à ce moment là ? Je n’avais qu’une réflexion en tête : enfin un projet inté­res­sant ! » Le premier réflexe de Louis Pouzin, surex­cité, est de faire « le tour des popotes » aux États-Unis. « Je suis allé voir 5 ou 6 scien­ti­fiques que je connais­sais depuis l’époque du MIT, qui travaillaient dans des centres de recherches utili­sant l’Ar­pa­net. Je voulais voir comment ils s’y prenaient, afin de récu­pé­rer des idées », se souvient l’in­for­ma­ti­cien. De son voyage aux États-Unis, Louis Pouzin revient avec l’idée de conce­voir pour Cyclades un système basé sur la commu­ta­tion de paquets, mais avec un réseau « qui serait inter­con­nec­table avec tous les autres réseaux de son espèce, quelle que soit la tech­no­lo­gie, avec les mêmes inter­faces d’échange comme seule condi­tion ». « L’idée, c’était de consi­dé­rer ça comme un ensemble de réseaux et non pas comme un réseau unique », explique Louis Pouzin. Ce système de commu­ta­tion de paquets et de réseaux de commu­ni­ca­tion inter­con­nec­tés via des passe­relles, Pouzin le baptise le Cate­net, qui signi­fie « chaîne » en grec. « Le terme sera utilisé pendant un temps, mais il ne pren­dra pas face au mot “Inter­net”, qui sonnait mieux », sourit-il.

ulyces-louispouzin-11
L’un des premiers ordi­na­teurs du réseau Cyclades
Crédits : IMAG

Le 8 février 1974, après deux ans de travail, Pouzin et son équipe présentent le Cate­net devant le gratin de l’ad­mi­nis­tra­tion – parmi eux, Jean Char­bon­nel, ministre du Déve­lop­pe­ment indus­triel et scien­ti­fique, et Hubert Germain, ministre des Postes et Télé­com­mu­ni­ca­tions. « On leur a fait une démons­tra­tion comme quoi on pouvait entrer une commande à Rocquan­court et l’en­voyer à Grenoble pour l’exé­cu­ter alors qu’à Rocquan­court, il s’agis­sait d’une machine CII, et qu’à Grenoble, on utili­sait une machine IBM », se souvient l’in­for­ma­ti­cien. Offi­ciel­le­ment, l’objec­tif de Cyclades, premier projet-pilote de l’IRIA, était de permettre l’uti­li­sa­tion de l’en­semble des bases de données de l’ad­mi­nis­tra­tion. « À l’époque, c’était la mode des bases de données, et chaque admi­nis­tra­tion voulait garder ses données. Le but, c’était donc de pouvoir les échan­ger entre admi­nis­tra­tions, et ainsi de faire des écono­mies, car on utili­se­rait un réseau adapté au trans­port de données, et non celui des appels télé­pho­niques », explique-t-il. Mais offi­cieu­se­ment, Cyclades est surtout « un projet indus­triel pour mettre la CII et la recherche en France, à un niveau compa­rable aux Améri­cains », estime Louis Pouzin. Le système d’Ar­pa­net, basé sur un circuit virtuel, n’a pas convaincu Louis Pouzin. « C’était un réseau de paquets qui faisait en réalité la même chose que ce que feront les PTT plus tard : on livre des paquets, en séquences, dans le même ordre à l’en­trée et à la sortie », explique-t-il. « Pourquoi les trans­mettre en séquence, alors qu’il est tout à fait possible de les envoyer dans le désordre et de les remettre dans l’ordre plus tard ? » Pour bien me faire comprendre le concept de la commu­ta­tion de paquets, il me décrit son système, qu’il avait baptisé « data­gramme », comme des cartes postales : « Plutôt que d’en­voyer des données en séquence sur un canal prééta­bli, comme les wagons d’un train, ce qui a toujours été le dogme des télé­coms, l’idée était d’en­voyer des paquets comme des cartes postales. Les paquets ont une adresse de desti­na­tion, et ils avancent dans le réseau en fonc­tion de celle-ci. »

ulyces-louispouzin-12
L’homme qui n’a pas inventé Inter­net
Crédits : Fabien Soyez

Un data­gramme est ainsi un « paquet incluant sa propre adresse de desti­na­tion ». Chaque fois qu’il passe dans un nœud du réseau (un routeur), « il est orienté vers la direc­tion la plus inté­res­sante par le réseau lui-même, les nœuds commu­niquant en perma­nence et échan­geant des infor­ma­tions sur les adresses des paquets ». Ce système fonc­tionne grâce à un proto­cole de trans­port qui « utilise les infos conte­nues dans le paquet », explique Louis Pouzin, en bon profes­seur. L’adresse de desti­na­tion peut « être située à l’in­té­rieur comme à l’ex­té­rieur du réseau, par exemple s’il s’agit de l’or­di­na­teur d’un client », ajoute-t-il. « La commu­ta­tion de paquet n’était pas un prin­cipe nouveau : c’est un anglais, Donald Davies, qui l’a imaginé dans les années 1960. Mais Cyclades a été le premier réseau à lui donner vie, à travers le data­gramme », note Louis Pouzin. « Mon idée était révo­lu­tion­naire, et elle l’est encore ! » s’amuse l’in­for­ma­ti­cien. « Parce que d’une part, ça ne s’était jamais fait, et parce que d’autre part, ça permet­tait de faire des réseaux beau­coup plus écono­miques : les commu­ta­teurs de paquets ont beau­coup moins de travail à faire. Il y a plusieurs chemins possibles, ce qui permet de passer par plusieurs réseaux en paral­lè­le… Toutes les faci­li­tés qu’on utilise aujourd’­hui dans l’In­ter­net », ajoute-t-il, pensif.

Un tel système était « indé­pen­dant de la qualité du réseau, car le but de l’opé­ra­tion, c’était d’avoir un système de commu­ni­ca­tion de données qui ne soit dépen­dant ni de la topo­lo­gie, ni de la qualité de service des réseaux », se souvient-il. « Évidem­ment, c’était une idée presque crimi­nelle vis-à-vis des PTT, car ça voulait dire qu’on ne leur faisait pas confiance, notam­ment pour la conti­nuité du service, en cas de chan­ge­ment de système. »

LISEZ ICI LA SUITE DE L’HISTOIRE

COMMENT LOUIS POUZIN A CONTRÉ L’HÉGÉMONIE AMÉRICAINE SUR INTERNET

ulyces-louispouzin-couv01


Couver­ture : Louis Pouzin par Fabien Soyez (créa­tion graphique par Ulyces).


 

PLUS DE SCIENCE

Le hambur­ger ultime est-il végé­ta­rien ?

135k 13 octobre 2020 stories . science

Y a-t-il une vie extra­ter­restre dans le Système solaire ?

259k 15 septembre 2020 stories . science

Y a-t-il un remède contre le coro­na­vi­rus ?

107k 10 septembre 2020 stories . science