fbpx

Les scientifiques terriens se rapprochent d'objets célestes pas si lointains, susceptibles de receler la vie.

par Malaurie Chokoualé Datou | 3 juillet 2019

Tantôt survo­­lant une crête, tantôt suivant le tracé sinueux d’un cours d’eau, un drone quadri­­co­­ptère avance à bonne vitesse à travers un décor ocre. Les collines sablon­­neuses qui défilent sous son ventre de métal ressemblent aux dunes nami­­biennes. Passant au-dessus d’une vallée, il se pose pour une nouvelle halte, ses huit rotors soule­­vant un nuage de pous­­sière. À la recherche de « maté­­riaux biolo­­gique­­ment perti­­nents », Dragon­­fly (Libel­­lule en français) s’ex­­tirpe à nouveau du sol, repre­­nant son explo­­ra­­tion soli­­taire dans cette atmo­­sphère brumeuse.

Dans quelques années, ces images de synthèse présen­­tées par la NASA devien­­dront réalité. Le 27 juin 2019, l’agence spatiale améri­­caine a annoncé « sa prochaine desti­­na­­tion dans le système solaire » : Titan. « Nous rendre dans ce monde océa­­nique pour­­rait révo­­lu­­tion­­ner ce que nous savons de la vie dans l’uni­­vers », a déclaré l’ad­­mi­­nis­­tra­­teur de la NASA, Jim Bridens­­tine. Lancé en 2026, le drone arri­­vera à bon port en 2034. Tout au long de cette mission qui devrait durer deux ans et huit mois, il analy­­sera diffé­­rentes parties du plus grand satel­­lite natu­­rel de Saturne suivant plusieurs étapes, alors qu’il rece­­vra des signaux lumi­­neux qui mettront 43 minutes à l’at­­teindre depuis la Terre.

C’est la première fois qu’un engin spatial buti­­nera ainsi sur un autre corps céleste, avec comme but ultime de trou­­ver des traces de vie extra­­­ter­­restre. « Cela fait plus de dix ans qu’il existe des propo­­si­­tions de missions vers Titan et celle-ci doit bien être la sixième ou la septième du genre », explique Gabriel Tobie, plané­­to­­logue au CNRS. « Le concept proposé aujourd’­­hui est plutôt origi­­nal car il permet à la fois d’avoir une mission pas trop chère (un milliard de dollars) mais aussi de survo­­ler et d’ob­­te­­nir des données au sol de Titan. » Voilà en outre bien long­­temps que la NASA n’a pas vu la surface de cette lune promet­­teuse, qui pour­­rait bien héber­­ger une vie extra­­­ter­­restre.

Le drone Dragon­­fly sillon­­nera les hauteurs de Titan en 2034  
Crédits : NASA

Titan, cette crème brûlée

Ce même paysage orangé et rocailleux avait accueilli avec une douceur rela­­tive la sonde Huygens, de l’Agence spatiale euro­­péenne (ESA), le 14 janvier 2005. Un impo­­sant para­­chute avait permis à l’en­­gin de 350 kg un atter­­ris­­sage tout en souplesse sur Titan, bien loin de la vitesse de 20 000 km/h avec laquelle il avait péné­­tré dans son atmo­­sphère. En touchant le sol aride, la capsule avait rebondi légè­­re­­ment, proje­­tant des aéro­­sols orga­­niques autour d’elle. Puis elle avait conti­­nué à glis­­ser sur une tren­­taine de centi­­mètres avant de s’im­­mo­­bi­­li­­ser enfin. « C’était la première fois qu’une sonde spatiale se posait sur un corps céleste situé au-delà de l’or­­bite martienne », s’était alors féli­­ci­­tée l’ESA.

Alice Le Gall assis­­tait en direct à cet atter­­ris­­sage. « Je ne me doutais pas que, quelques années plus tard, j’au­­rais la chance d’aus­­cul­­ter les dunes, les lacs et les rivières de cet astre fasci­­nant grâce au radar de la mission Cassini », raconte cette spécia­­liste des surfaces et sous-surfaces du système solaire. Aujourd’­­hui ensei­­gnante-cher­­cheuse en plané­­to­­lo­­gie à l’uni­­ver­­sité de Versailles Saint-Quen­­tin-en-Yvelines, elle salue le passage de Titan d’un « statut de lune mysté­­rieuse à celui d’un endroit fami­­lier et de grand inté­­rêt ».

Décou­­vert par l’as­­tro­­nome hollan­­dais Chris­­tiaan Huygens en 1655, Titan a toujours fasciné le monde scien­­ti­­fique. Ce gigan­­tesque caillou est si impo­­sant que son diamètre de 5 150 kilo­­mètres fait de lui le deuxième plus gros satel­­lite du système solaire après Gany­­mède, une lune de Jupi­­ter. « C’est un objet qui a long­­temps été très mysté­­rieux car on ne savait que très peu de choses de sa surface », déve­­loppe Gabriel Tobie à propos de celui qu’on appelle égale­­ment Saturne VI. « Puis, en 1940, on s’est rendu compte qu’il y avait une atmo­­sphère très active assez simi­­laire à celle de la Terre, même si elle est fina­­le­­ment beau­­coup plus froide : – 180°C. »

La sonde Huygens
Crédits : NASA

Les premières images de Titan nous sont parve­­nues grâce aux obser­­va­­tions de la sonde Voya­­ger 1 en 1980. Elles montraient une boule impé­­né­­trable, à cause de couches de brouillards parti­­cu­­liè­­re­­ment opaques qui bloquent une grande partie des rayons du Soleil. De fait, Titan dispose d’une atmo­­sphère de 200 à 880 km d’épais­­seur, alors qu’elle reste en-dessous de 100 km d’al­­ti­­tude sur la Terre.

Puis en octobre 1997, la sonde Huygens a été lancée pour un voyage d’un milliard et demi de kilo­­mètres. Tran­­spor­­tés jusqu’aux alen­­tours de Saturne grâce à l’or­­bi­­teur Cassini de la NASA, les deux modules se sont ensuite sépa­­rés, voguant chacun vers des missions distinctes mais complé­­men­­taires. Projet coopé­­ra­­tif entre la NASA, l’ESA et l’ASI (l’agence spatiale italienne), la mission Cassini-Huygens avait pour but de rassem­­bler des données sur la surface et sur l’at­­mo­­sphère du satel­­lite ; une étude appro­­fon­­die de Titan pouvait ainsi réel­­le­­ment débu­­ter.

Alors que la sonde Huygens four­­ra­­geait à la surface, la sonde Cassini a réalisé sa propre mission, survo­­lant 127 fois la sonde Cassini entre 2004 et 2017. Elle a progres­­si­­ve­­ment construit une image précise de la surface du satel­­lite et permis de confir­­mer que Titan était le seul corps du système solaire, hormis la Terre, à avoir des rivières, des mers et des pluies.

Titan ressemble beau­­coup à une Terre primi­­tive.
Crédits : NASA

La sonde Huygens a elle aussi récolté une quan­­tité extra­­or­­di­­naire de données. Elle a pu établir que toutes ses éten­­dues liquides sont en fait consti­­tuées de méthane, car « le méthane a le même compor­­te­­ment que l’eau sur Terre à cause des tempé­­ra­­tures glaciales », ajoute Tobie. Il pleut donc pério­­dique­­ment du méthane liquide sur Titan. Les scien­­ti­­fiques ont égale­­ment réalisé que l’at­­mo­­sphère épaisse de la lune était compo­­sée majo­­ri­­tai­­re­­ment d’azote et que le sol ressem­­blait à du sable, recou­­vert d’une couche fine et dure – un peu « comme de la crème brûlée », avait avancé avec humour le respon­­sable des instru­­ments scien­­ti­­fiques, John Zarne­­cki.

De fait, il y a de la matière orga­­nique sur Titan, de l’éner­­gie solaire (bien qu’il soit dix fois plus éloi­­gné du Soleil que la Terre) et ther­­mique (après un impact ou un événe­­ment cryo-volca­­nique), et « il peut y avoir de l’eau liquide de façon tran­­si­­toire à la surface, après un impact météo­­ri­­tique ou un événe­­ment cryo-volca­­nique », explique Alice Le Gall avant de résu­­mer : « La présence simul­­ta­­née de molé­­cules carbo­­nées, d’éner­­gie et d’eau liquide sur Titan en fait l’un des endroits du système solaire les plus propices à l’émer­­gence de la vie. » Toute­­fois, si la vie existe à la surface de Titan, elle pour­­rait aussi être d’un autre type que la nôtre (c’est-à-dire sans eau liquide). « Il pour­­rait s’agir d’une vie qui s’est déve­­lop­­pée dans les lacs et mers d’hy­­dro­­car­­bures de Titan », précise la cher­­cheuse.

Ces décou­­vertes ont achevé de convaincre la commu­­nauté scien­­ti­­fique de l’in­­té­­rêt de cet astre pour l’hu­­ma­­nité afin d’y « recher­­cher des biosi­­gna­­tures – des traces de vie ». D’autres missions ont bien tenté de se frayer un chemin vers cette lune depuis 2007, mais « avant le terme de la mission Cassini-Huygens en 2017, il a été diffi­­cile de moti­­ver de nouvelles missions », ajoute Tobie. C’est désor­­mais chose faite avec Dragon­­fly.

Un monde de possi­­bi­­li­­tés

Alors que Dragon­­fly s’en ira dans quelques années véri­­fier que toutes les condi­­tions requises pour l’émer­­gence d’une vie extra­­­ter­­restre existent bien sur Titan, d’autres astres attirent égale­­ment l’at­­ten­­tion des scien­­ti­­fiques et ils sont nombreux à pouvoir poten­­tiel­­le­­ment accueillir une forme de vie. 

Titan face à Saturne
Crédits : NASA

« On a déjà trouvé plusieurs objets », confirme Gabriel Tobie. « La prochaine étape est main­­te­­nant d’al­­ler s’y poser pour récol­­ter des éléments plus perti­­nents, pour aller au-delà de la spécu­­la­­tion. » Titan est ainsi le premier sur la liste, mais le satel­­lite Europe ne devrait pas tarder à suivre. C’est aussi une « cible prio­­ri­­taire ». Cette lune de Jupi­­ter de 3 121 km de diamètre possède une surface compo­­sée de glace, dont la tempé­­ra­­ture s’élève à –150°C. La sonde Voya­­ger 2 a permis aux scien­­ti­­fiques d’émettre une hypo­­thèque sur ce qu’elle recouvre. Selon cette théo­­rie, un océan liquide de 90 km de profon­­deur se trouve en deçà. En cours de déve­­lop­­pe­­ment, la mission Europa Clip­­per de la NASA devrait s’en­­vo­­ler pour ces froides contrées entre 2022 et 2025.

Il faut aussi comp­­ter sur les nouveaux candi­­dats à la vie, comme Ence­­lade, sixième plus grande lune de Saturne, de 500 km de diamètre seule­­ment. « Mais celle-ci est parti­­cu­­lière parce que nous avons déjà les réponses à toutes nos ques­­tions et que nous savons aujourd’­­hui qu’elle est habi­­table », ajoute Tobie. « Il nous faudra donc bien­­tôt y aller pour détec­­ter des signes de vie. » Des molé­­cules orga­­niques complexes ont été décou­­vertes sur cette petite lune glacée. Ence­­lade renferme en outre un océan liquide d’au moins 10 km de profon­­deur sous sa tren­­taine de kilo­­mètres de glace et possède de véri­­tables geysers d’eau de mer extra­­­ter­­restre, suggé­­rant qu’elle pour­­rait égale­­ment abri­­ter une vie micro­­bienne.

« Chauffé par l’ef­­fet de marée de leur planète, le plan­­cher de ces océans pour­­rait abri­­ter des sources hydro­­ther­­males simi­­laires aux fumeurs noirs qui seraient en partie à l’ori­­gine de la vie sur Terre », pour­­suit Alice Le Gall. Une mission privée soute­­nue par la NASA a été annon­­cée en 2017 pour cher­­cher d’éven­­tuelles signa­­tures biolo­­giques sur Ence­­lade, mais sa faisa­­bi­­lité doit encore être éprou­­vée. Une telle véri­­fi­­ca­­tion s’an­­nonce peu aisée à cause de ses kilo­­mètres de glace.

Image prise par la sonde Cassini montrant les geysers du satel­­lite Ence­­lade
Crédits : NASA, JPL-Caltech/Space Science Insti­­tute

Mars et Vénus font égale­­ment partie des cibles à venir. Rappe­­lez-vous : en juin 2018, la NASA avait annoncé avoir décou­­vert de la matière orga­­nique à base d’hy­­dro­­car­­bures sur la Planète rouge, relançant le débat sur la présence de traces de vie. Décou­­vertes à la surface de Mars par le rover Curio­­sity, ces molé­­cules avaient été préser­­vées pendant 3 milliards d’an­­nées dans des sédi­­ments. « Cela ne veut pas dire qu’il y a de la vie, mais les compo­­sés orga­­niques sont les pierres de construc­­tion de la vie », a nuancé Sanjeev Gupta, profes­­seur de science de la terre à l’Im­­pe­­rial College de Londres, égale­­ment coau­­teur de l’étude en ques­­tion.

Pour Vénus, le mystère demeure. Mais des scien­­ti­­fiques ont suggéré qu’une vie sous forme de microbes pour­­rait se nour­­rir du carbone à 50 km de la surface de la jumelle de la Terre, où il fait tout de même 462°C et où la pres­­sion atmo­s­phé­­rique est 92 fois supé­­rieure à celle d’ici bas. Par ailleurs, la mission russe Venera-D à desti­­na­­tion de Vénus pour­­rait bien être lancée en 2027 depuis le cosmo­­drome de Vostochny.

Pour l’heure, alors que le début de la mission de Dragon­­fly se fait attendre, ses promesses sont déjà extra­­or­­di­­naires. Rendez-vous compte : alors que le rover améri­­cain Curio­­sity a parcouru 20 kilo­­mètres en sept ans sur Mars, il est prévu que ce robot propulsé au pluto­­nium vole 175 kilo­­mètres au cours de sa mission sur Titan.

Pour Tobie, il faut toute­­fois rester réaliste car les défis sont encore grands. « Je pense que les instru­­ments qui sont sur Dragon­­fly permet­­tront de détec­­ter des indi­­ca­­teurs, mais pas encore de repé­­rer des formes de vie », explique-t-il. « Nous n’avons pas d’ins­­tru­­ment assez puis­­sant pour cela, mais la mission de Dragon­­fly nous permet­­tra quand même de préci­­ser les condi­­tions physiques et chimiques qui permettent l’émer­­gence d’une forme de vie, bien diffé­­rente de la nôtre ».

Le satel­­lite Europe, monde de glace.
Crédits : JPL-Caltech/Nasa

Couverture : Cassini/NASA.


 

Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Nulled WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
free online course
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
download udemy paid course for free

PLUS DE SCIENCE

Peut-on hacker son ADN de chez soi ?

183k 30 octobre 2019 stories . science

Mon métier ? Conseiller scien­ti­fique pour Holly­wood

250k 25 octobre 2019 stories . science

Peut-on cloner la mémoire ?

151k 23 octobre 2019 stories . science