À Haïti, les 78 déte­nus d’une prison s’évadent pendant une mani­fes­ta­tion anti-gouver­ne­ment

par   Laura Boudoux   | 13 février 2019

À Haïti, l’in­té­gra­lité des prison­niers d’un établis­se­ment carcé­ral d’Aquin se sont évadés, alors que la police était occu­pée à enca­drer une mani­fes­ta­tion anti-gouver­ne­ment. Une enquête a été ouverte, pour déter­mi­ner comment ces 78 déte­nus ont réussi à s’échap­per, mardi 12 février 2019, rapporte The Tele­graph. La mani­fes­ta­tion contre le président Jove­nel Moise, élu en février 2017, se tenait devant le poste de police atte­nant au péni­ten­cier.

Ces protes­ta­tions se tiennent partout dans le pays depuis presque une semaine, et ont réuni des milliers de personnes. Les mani­fes­tants dénoncent une violence accrue, et des condi­tions de déten­tion inhu­maines dans les prisons. La lenteur du système judi­ciaire a en effet entraîné une surpo­pu­la­tion carcé­rale, une dété­rio­ra­tion de la qualité des soins appor­tés aux déte­nus, mais aussi un manque d’hy­giène et de nour­ri­ture.

Le Réseau Natio­nal de Défense des Droits Humains révé­lait ainsi en octobre 2018 que sur 11 839 personnes incar­cé­rées en Haïti, trois quarts étaient toujours en attente de juge­ment, certains depuis presque dix ans. L’in­té­grité de Jove­nel Moise est égale­ment mise en cause suite au scan­dale lié aux fonds versés par le Vene­zuela pour aider au déve­lop­pe­ment d’Haïti.

En janvier 2019, la Cour supé­rieure des comptes a en effet publié un rapport dénonçant la mauvaise gestion de l’argent prêté à Haïti, mettant en lumière de possibles détour­ne­ments de fonds. Les mani­fes­tants réclament aujourd’­hui la démis­sion du chef d’État, qui n’a fait aucune décla­ra­tion depuis le début de la mobi­li­sa­tion natio­nale. Quant aux 78 déte­nus, ils sont toujours dans la nature.

Sources : BBC / The Tele­graph

Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
free online course

Plus de monde