Après avoir écrit « J’ai une bombe » dans un avion, cet ado a été expulsé de Nouvelle-Zélande

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 11 janvier 2019

Sa blague n’est pas passée auprès des auto­ri­tés néo-zélan­daises. Alors qu’il se trou­vait encore sur le tarmac de l’aé­ro­port d’Au­ck­land, un adoles­cent austra­lien a utilisé l’ap­pli­ca­tion de la compa­gnie avec laquelle il voya­geait, Air New Zealand, pour envoyer un message. « J’ai une bombe », a écrit le jeune homme de 19 ans mercredi 9 janvier. Un canu­lar impro­visé qui a obligé l’équipe de l’A320 à annu­ler son vol en direc­tion de Sydney, rapporte The Austra­lian.

Accusé d’avoir enfreint la loi en ayant fourni de faux rensei­gne­ments sur la sécu­rité d’un avion, Meke Fifita a été placé en garde à vue et a passé une nuit en prison. Le père du jeune homme a dû verser une amende de 2 600 euros après la compa­ru­tion de son fils devant le tribu­nal de Manu­kau, le 10 janvier. Son avocate, Me Jane North­wood, a assuré qu’il s’agis­sait là de « l’évé­ne­ment le plus scan­da­leu­se­ment stupide du siècle », et que le jeune Austra­lien regret­tait son geste.

« Je n’ai jamais vu personne d’aussi angoissé, plein de remord et acca­blé », a-t-elle déclaré. La juge Anna Johns a pour sa part souli­gné que le message de Meke Fifita avait eu de graves consé­quences finan­cières sur « les contri­buables néo-zélan­dais, les services d’ur­gence et l’aé­ro­port d’Au­ck­land ». 

« N’im­porte qui possé­dant la moitié d’un cerveau compren­dra que ce n’est pas quelque chose de drôle à faire, compte tenu de l’époque dans laquelle nous vivons », a-t-elle estimé.  De son côté, Meke Fifita s’est justi­fié en expliquant qu’il « trou­vait ça marrant ». Un vol retour lui a été réservé jeudi après son audience.

Sources : The Austra­lian / NZ Herald

Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes
online free course

Plus de monde