Après l’at­ten­tat de Christ­church, la Nouvelle-Zélande inter­dit les fusils d’as­saut

par   Laura Boudoux   | 21 mars 2019
Crédits : Sky News

Moins d’une semaine après l’at­taque meur­trière de deux mosquées à Christ­church, Jacinda Ardern, la Première ministre de la Nouvelle Zélande, a annoncé qu’elle comp­tait bannir les fusils d’as­saut et les armes semi-auto­ma­tiques du pays, fait savoir la BBC. « Notre histoire a changé à tout jamais. Désor­mais, nos lois vont elles aussi chan­ger », a-t-elle déclaré le 21 mars, préci­sant que la régle­men­ta­tion devrait être effec­tive dès le 11 avril 2019.

Les 50 victimes tuées dans les deux mosquées de Christ­church ont toutes été iden­ti­fiées et Bren­ton Tarrant, un supré­ma­ciste blanc austra­lien, a été iden­ti­fié comme le coupable du massacre. Il aurait notam­ment utilisé lors de son attaque un fusil d’as­saut AR-15. Bren­ton Tarrant aurait égale­ment modi­fié ses armes afin de leur offrir une capa­cité de stockage de muni­tion plus impor­tante. Plusieurs armes ont été reclas­sées dès le 21 mars, pour être dési­gnées comme « armes à feu semi-auto­ma­tiques de style mili­taire », ce qui rendra leur acqui­si­tion plus diffi­cile – voire impos­sible – dans le futur.

Tous les proprié­taires d’armes semi-auto­ma­tiques et de fusils d’as­saut sont donc aujourd’­hui sommés de rendre leur arse­nal, un système de rachat ayant été mis en place. L’opé­ra­tion pour­rait coûter plus de 120 millions d’eu­ros au pays, mais il s’agit là « du prix à payer pour assu­rer la sécu­rité de toutes les commu­nau­tés », a estimé Jacinda Ardern. Pour mettre fin aux tueries de masse, l’Aus­tra­lie aussi avait établi un contrôle strict de la circu­la­tion des armes en 1996 – plus aucune attaque de ce genre n’a eu lieu sur son terri­toire depuis lors.

Sources : BBC

Premium WordPress Themes Download
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
free download udemy paid course

Plus de monde