Au Moyen-Âge, les hommes buvaient du vin aux testi­cules de porc pour soigner l’in­fer­ti­lité

par   Ulyces   | 1 août 2017

Aux grands maux les grands remèdes. Une récente étude de textes médi­caux datant du Moyen-Âge, effec­tuée par une histo­rienne de l’uni­ver­sité d’Exe­ter, montre que la stéri­lité était diagnos­tiquée chez les hommes dès le XIIIe siècle. Le Dr Cathe­rine Rider, inter­ro­gée le 27 juillet par Phys.org, explique que les femmes n’étaient pas systé­ma­tique­ment tenues pour respon­sables lorsqu’un couple ne parve­nait pas à avoir d’en­fants. Et lorsqu’un homme était jugé infer­tile, on lui admi­nis­trait diffé­rents trai­te­ments en espé­rant le déli­vrer du mal qui l’em­pê­chait d’avoir une descen­dance et d’as­su­rer la péren­nité de sa famille. Le plus bizarre d’entre eux étant la prise répé­tée de testi­cules de porc, sous une forme parti­cu­liè­re­ment repous­sante. À vrai dire, c’est un manuel de gyné­co­lo­gie du XIIe siècle inti­tulé Trotula qui révèle qu’à cette époque, on recou­rait à des analyses d’urine pour déter­mi­ner qui de l’homme ou de la femme était « coupable » de ne pas pouvoir procréer. Mais les labo­ra­toires d’ana­lyses de ce temps-là étaient assez peu perfec­tion­nés : les patients devaient uriner dans un pot de son, qu’on lais­sait mari­ner pendant neuf à dix jours. Si des vers appa­rais­saient dans l’un des pots, on tenait le parte­naire infer­tile. Dans le cas d’un homme, comment le soignait-on ? Le premier remède était la prière. Lorsque cela ne suffi­sait pas – c’est-à-dire la plupart du temps –, on passait à des moyens plus dras­tiques. Dans un livre du XVe siècle, le Liber de Diver­sis Medi­ci­nis, il est écrit que si un homme veut que sa femme lui donne un enfant pres­te­ment, « il doit faire bouillir de l’herbe-aux-chats dans du vin jusqu’à ce qu’il réduise à un tiers de son volume initial, puis il doit boire la décoc­tion l’es­to­mac vide pendant trois jours ». Natu­rel­le­ment, cela ne marchait pas toujours. Aussi, le trai­te­ment le plus extrême, décrit dans un autre ouvrage médié­val conservé à la Well­come Library de Londres, était à base de testi­cules de porc. Pour mettre un terme à l’in­fer­ti­lité, il conve­nait de faire sécher et de moudre les testi­cules de l’ani­mal, avant de les boire dans du vin pendant trois jours. Un peu gluant, mais appé­tis­sant. Source : Phys.org

Free Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
free online course