fbpx

Ce menui­sier échan­giste troquait sa femme contre des objets de la déchè­te­rie

par   Adrien Gingold   | 23 décembre 2019

Un habi­tant de Loire-Atlan­tique habi­tué des soirées échan­gistes compa­rais­sait mercredi 11 décembre devant le tribu­nal correc­tion­nel de Nantes pour des faits de harcè­le­ment et violences sur son ex-épouse, écri­vait Le Cour­rier du Pays de Retz vendredi 13 décembre. Cet homme de 55 ans faisait boire sa femme alcoo­lique afin de « l’échan­ger » contre diffé­rents objets.

Le couple a été marié 20 ans mais leur rela­tion échan­giste a commencé à bascu­ler dans l’hor­reur en 2013. Cette année-là, le prévenu explique à sa femme qu’il serait de bon ton de rendre service à un ami « pas gâté par la nature » et travaillant dans une déchè­te­rie. S’ins­talle alors un sordide manège : le mari échange à son ami un peu de temps avec sa femme contre des pièces que ce dernier lui rapporte de la déchet­te­rie.

Une table de massage, des éléments pour se construire un spa… En 6 ans, l’ami du prévenu serait venu pas moins d’une ving­taine de fois abuser de la femme de celui-ci, que son mari faisait boire au préa­lable, contre divers objets. Abomi­nable.

Contre toute attente, le mari faisait égale­ment preuve de jalou­sie exces­sive. L’enquête a permis d’éta­blir que ce menui­sier avait installé un système de géolo­ca­li­sa­tion sur le télé­phone portable de son épouse ainsi que des camé­ras dans sa maison. Il tenait même un tableau Excel pour surveiller l’em­ploi du temps de sa femme qu’il soupçon­nait d’en­tre­te­nir une rela­tion avec un homme de 70 ans chez qui elle travaillait comme aide à domi­cile.

Le cinquan­te­naire a nié tout harcè­le­ment ou violence, recon­nais­sant tout au plus avoir mauvais carac­tère. « Vous n’avez pas affaire à un gros nounours bourru au carac­tère de con, mais bien à un tyran domes­tique qui se fait passer pour le bon Sama­ri­tain », a reca­dré Me Anne Bouillon, l’avo­cate de son ex-épouse, tout en indiquant qu’il était « rare de voir dans les dossiers une emprise psycho­lo­gique aussi abou­tie, orches­trée, huilée, machia­vé­lique ».

L’homme, qui a évité de justesse l’in­cul­pa­tion pour proxé­né­tisme, risque 10 mois de prison avec sursis.

Source : Cour­rier du Pays de Retz

Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
download udemy paid course for free

Plus de monde