fbpx

Ces astro­nomes ont trouvé un trou noir 70 fois plus gros que le Soleil dans la Voie lactée

par   Servan Le Janne   | 28 novembre 2019
Crédits : Yu Jing­chuan

Notre galaxie est pleine de trous noirs stel­laires. Le nombre de ces phéno­mènes sans rayon­ne­ment, engen­drés par la dispa­ri­tion d’une grande étoile, pour­rait dépas­ser les 100 millions. Alors qu’on esti­mait jusqu’à aujourd’­hui que leur masse ne pouvait pas dépas­ser 20 fois celle du Soleil, un groupe d’as­tro­nomes chinois a détecté un trou noir stel­laire 70 fois plus lourd, s’éton­nait la revue Nature le 27 novembre.

Lorsqu’une étoile dispa­raît, les corps célestes lais­sés derrière elle sont si denses qu’ils ne laissent échap­per aucune lumière. Afin de repé­rer ces trous noirs, le scien­ti­fique britan­nique John Michell a suggéré, dès 1783, de s’in­té­res­ser aux objets qui les entourent. En calcu­lant la vitesse de ces satel­lites, on obtient désor­mais des rensei­gne­ment sur la taille du trou noir.

L’équipe d’as­tro­nomes chinois diri­gée par Jifeng Liu est d’abord tombée sur une géante bleue. En complé­tant leurs obser­va­tions, ils se sont rendus compte que cette étoile vieille de 35 millions d’an­nées et grande comme huit fois le Soleil réali­sait un tour de son trou noir tous les 79 jours. Cela a permis de déter­mi­ner que ce dernier, baptisé LB-1, pèse 70 fois plus lourd que le Soleil. Sa masse est donc supé­rieure à celle de GW150914, un phéno­mène issu de la colli­sion entre deux trous noirs repéré à l’ex­té­rieur de la Voie lactée.

LB-1 ne se trouve lui qu’à 15 000 années-lumière de la Terre. « Des trous noirs avec une telle masse ne devraient pas exis­ter dans notre galaxie, selon les modèles d’évo­lu­tion stel­laire actuels », explique Jifeng Liu. « LB-1 est deux fois plus gros que ce que nous pensions possible. Les théo­ri­ciens vont main­te­nant devoir rele­ver le défi d’ex­pliquer sa forma­tion. » S’il est né de la rencontre de deux trous noirs, le compor­te­ment de la géante bleue à son voisi­nage pose problème. Les astro­nomes privi­lé­gient donc l’hy­po­thèse de la dispa­ri­tion d’une super­nova. Mais ils manquent encore d’élé­ments pour tran­cher.

Source : Nature

Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
udemy paid course free download

PLUS DE SCIENCE