Ces cher­cheurs auraient inventé la première block­chain quan­tique du monde

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 5 juin 2017

Dans une étude publiée le 26 mai dernier, des cher­cheurs russes prétendent avoir déve­loppé et testé la première block­chain du monde capable de résis­ter aux attaques des futurs calcu­la­teurs quan­tiques. Leur inven­tion permet­trait de proté­ger les énormes quan­ti­tés de richesses inves­ties dans les crypto-monnaies tels que le Bitcoin et l’Ethe­reum, qui sont à l’abri des méthodes actuelles de hacking mais pour­raient être expo­sées à des risques inhé­rents aux puis­santes machines quan­tiques de demain. C’est une équipe du Russian Quan­tum Center, basé à Moscou, qui a déclaré avoir testé sa tech­no­lo­gie de block­chain (un système d’échange entre pairs garan­tis­sant l’in­té­grité des opéra­tions) quan­tique avec succès, en parte­na­riat avec l’une des plus grandes banques russes, Gazprom­bank. Ce procédé pour­rait être utilisé à l’ave­nir pour le chif­frage sécu­risé des données de la banque. Pour conce­voir une forte­resse numé­rique qui ne sera pas écra­sée par les calcu­la­teurs quan­tiques (une machine encore théo­rique), la clé est, selon les scien­ti­fiques, d’aban­don­ner une partie de ce qui aide actuel­le­ment à proté­ger les tran­sac­tions de block­chains. « Dans notre confi­gu­ra­tion de block­chains quan­tiques, nous nous débar­ras­sons des signa­ture numé­riques. Au lieu de cela, nous utili­sons la cryp­to­gra­phie quan­tique pour l’au­then­ti­fi­ca­tion », déclare Alexan­der Lvovsky, l’un des cher­cheurs. « Les parties qui se commu­niquent grâce une block­chain quan­tique peuvent être tota­le­ment sûres qu’elles se parlent entre elles, et à personne d’autre. C’est l’idée prin­ci­pale », explique Lvovsky avant d’ajou­ter : « Ensuite, nous avons dû réin­ven­ter toute l’ar­chi­tec­ture de la chaîne de blocs pour adap­ter notre nouvelle tech­no­lo­gie d’au­then­ti­fi­ca­tion, mettant la struc­ture à l’abri des attaques infor­ma­tiques quan­tiques ». Le système que les scien­ti­fiques ont expé­ri­menté est plus qu’en­cou­ra­geant. Néan­moins, leurs recherches demeurent à ce stade hypo­thé­tiques car les cher­cheurs n’ont pas encore subi l’éva­lua­tion par leurs pairs. Source : arXiv.org

Free Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
download udemy paid course for free