Cette colli­sion de trous noirs a provoqué une onde gravi­ta­tion­nelle sans précé­dent

par   Ulyces   | 5 juin 2017

Crédits : LIGO Lorsque deux trous noirs fusionnent, le fracas qu’ils entraînent provoque l’un des événe­ments les plus puis­sants de l’uni­vers. Ils dégagent une onde gravi­ta­tion­nelle qui déforme l’es­pace et libère une éner­gie au moins dix fois supé­rieure à celle émanant de n’im­porte quelle étoile située dans le cosmos. GW170104 est la troi­sième fusion de ce type détec­tée par l’ob­ser­va­toire spatial LIGO. Et cette fois encore, le phéno­mène a présenté des proprié­tés parti­cu­lières. Pour remon­ter jusqu’au lieu de la colli­sion de deux trous noirs, les scien­ti­fiques du LIGO ont suivi la trace propa­gée par l’onde gravi­ta­tion­nelle formée par leur rencontre. Même à trois milliards d’an­nées-lumière de l’évé­ne­ment, les cher­cheurs ont pu se rendre compte qu’au moins un des trous noirs tour­nait sur lui-même. Jusqu’ici, ils se révé­laient plus enclins à suivre un orbite déter­miné. Plus impres­sion­nant, leur jume­lage en trois temps a abouti à la forma­tion d’un nouveau trou noir d’une masse 49 fois supé­rieure à celle du Soleil. Capté et enre­gis­tré par l’ob­ser­va­toire, ce résul­tat est la preuve de l’énor­mité des inci­dents cosmiques et aiguillent plus encore les scien­ti­fiques sur les condi­tions dans lesquelles les trous noirs se réunissent pour former un système à part entière. En amélio­rant la sensi­bi­lité de leurs appa­reils, les cher­cheurs pour­raient obser­ver de tels phéno­mènes à plus de 650 millions d’an­nées-lumière de la Terre. Ils imaginent déjà que leurs futures décou­vertes seront toutes aussi fruc­tueuses. Source : APS Physics

Premium WordPress Themes Download
Premium WordPress Themes Download
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
free download udemy course