Ces décou­vertes mysté­rieuses ont été faites grâce à Google Earth

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 21 avril 2017

Le logi­ciel de visua­li­sa­tion Google Earth n’est pas qu’une machine à fantasmes. Au hasard d’une navi­ga­tion, ses utili­sa­teurs ont tout loisir de devi­ner des signes extra­ter­restres, mais ils peuvent aussi faire des décou­vertes parfai­te­ment tangibles. En voici cinq exemples hors du commun. En 2005, alors qu’il obser­vait les alen­tours de son domi­cile parme­san, l’Ita­lien Lucas Mori a détecté une trace noire ovale. Croyant à un bug, il a malgré tout alerté le musée natio­nal d’ar­chéo­lo­gie – sait-on jamais. Bien lui en a pris puisque les fouilles dans le secteur ont mis au jour des pièces en céra­mique, prou­vant qu’une villa s’y trou­vait sous l’Em­pire romain, avant la nais­sance de Jésus-Christ. La décou­verte de Lee Berger est moins hasar­deuse. En 2008, pour trou­ver des traces de nos ancêtres, le paléoan­thro­po­logue sud-afri­cain a ciblé une région qu’il suspec­tait riche en restes humains. Après l’avoir carto­gra­phiée sur Google Earth, il s’est rendu sur place avec son fils, un étudiant et son chien. Il s’est avéré qu’une cinquan­taine de grottes et de sites incon­nus rece­laient des osse­ments vieux de deux millions d’an­nées. Mieux, certains combinent des carac­tères primi­tifs et modernes. Un scien­ti­fique britan­nique du Kew Royal Bota­nic Gardens a contourné les obstacles natu­rels du Mozam­bique en 2005 grâce au logi­ciel de Google. Julian Bayliss est ainsi tombé sur une zone incon­nue de la forêt du mont Mabu. Trois ans plus tard, une expé­di­tion y listait plus d’une centaine de nouvelles espèces de plantes et d’ani­maux parmi lesquels on trouve des oiseaux, des papillons, des singes et des serpents. Certaines régions de l’Ara­bie saou­dite ne sont pas beau­coup plus faci­le­ment acces­sibles que l’ar­rière-pays mozam­bi­cain. L’uni­ver­si­taire austra­lien David Kennedy a donc fait du repé­rage satel­li­taire dans les coins les plus recu­lés du royaume. Deux milliers de sites archéo­lo­giques ont été recen­sés de la sorte. Ensuite, le travail de terrain a permis de déni­cher plusieurs centaines de vestiges, de la Syrie au Yémen. En 2008, à l’aide de quelques algo­rithmes et de Google Earth, des cher­cheurs ont retrouvé une pyra­mide enfouie dans le désert péru­vien de Cahua­chi. Elle se trouve non loin des célèbres lignes de Nazca et s’étend sur envi­ron 9 000 mètres carrés. Nazca, au Pérou Sources : Wiki­pe­dia/Daily­mail  

Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
udemy course download free