Cette appli­ca­tion permet aux Iraniens de contour­ner la censure et la propa­gande

par   Ulyces   | 26 avril 2017

Crédits : IranWire Maziar Bahari est un jour­na­liste et dissi­dent iranien aujourd’­hui exilé à Londres. En 2009, il a été empri­sonné et torturé par le régime pendant 118 jours. Aujourd’­hui, il est à la tête d’IranWire, un média en ligne écrit en persan et en anglais, qui traite l’ac­tua­lité poli­tique et sociale iranienne. Tandis que l’élec­tion prési­den­tielle iranienne aura lieu le 19 mai prochain, il a lancé Sandoogh96 (« Vote2017 »), une app qui publie des news poli­tique­ment indé­pen­dantes. Un geste fort, car si l’In­ter­net iranien est bâillonné par la censure, le réseau de surveillance numé­rique du régime n’est pas assez perfec­tionné pour impo­ser un contrôle sur les appli­ca­tions. « L’Iran est comme une dicta­ture du XXe siècle qui opère au XXIe siècle », résume-t-il dans une inter­view accor­dée au maga­zine Wired. Avec une inter­face à la Tinder, les utili­sa­teurs de Sandoogh96 swipent les propo­si­tions poli­tiques des diffé­rents candi­dats – d’ac­cord, pas d’ac­cord – jusqu’à trou­ver celui qui repré­sente le mieux leurs convic­tions. Les thèmes abor­dés sont très variés et vont des droits des femmes à la poli­tique étran­gère du pays, en passant par l’éco­no­mie. Selon Maziar Bahari, l’app est déjà très popu­laire dans le pays, où les gens utilisent couram­ment des appli­ca­tions de messa­ge­rie chif­frées comme Tele­gram pour commu­niquer sans craindre l’ire du régime en place. Dans moins d’un mois, il sera possible de juger de son influence sur les scru­tins. Sources : Wired/IranWire

Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes
udemy course download free