fbpx

Cette patiente avait le sang tota­le­ment bleu

par   Adrien Gingold   | 20 septembre 2019

Les docteurs Warren et Black­wood racon­taient jeudi 19 septembre dans le New England Jour­nal of Mede­cine l’his­toire d’une patiente qui s’est présen­tée à l’hô­pi­tal avec le sang tota­le­ment bleu.

Selon les scien­ti­fiques, il s’agit « d’un cas médi­cal très rare dont on nous parle, que l’on étudie, mais que l’on observe rare­ment ».

Une femme de 25 ans est arri­vée aux urgences de l’hô­pi­tal de Provi­dence, dans l’État améri­cain de Rhode Island. Faible, fati­guée, essouf­flée, elle présen­tait une déco­lo­ra­tion de la peau qui prenait une couleur bleu­tée.

Heureu­se­ment pour elle, le Dr Warren avait déjà vu un cas simi­laire aupa­ra­vant ; il a ainsi pu diagnos­tiquer rapi­de­ment la jeune patiente qui souffre en fait de méthé­mo­glo­bi­né­mie, une réac­tion pouvant être déclen­chée par certains médi­ca­ments qui empêchent le sang de trans­por­ter de l’oxy­gène aux tissus. Ces derniers prennent alors une couleur bleue.

Dans ce cas précis, il s’agit d’un effet secon­daire du benzo­caïne, un anes­thé­siant local que l’on retrouve dans des médi­ca­ments anti-douleur, voire même des sirops contre la toux.

La méthé­mo­glo­bi­né­mie peut être bénigne – comme ce fut le cas pour cette jeune patiente qui fut trai­tée avec du bleu de méthy­lène –, mais égale­ment aller jusqu’à des cas de coma ou de dommages céré­braux.

Source : New England Jour­nal of Medi­cine

Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
download udemy paid course for free

PLUS DE SCIENCE