Cette taren­tule décou­verte en Angola porte une longue corne molle sur le dos

par   Malaurie Chokoualé Datou   | 16 février 2019
Crédits : Ian Enel­brecht

Une telle exten­sion n’avait encore jamais été docu­men­tée. Trou­vée dans la savane boisée en Angola, cette taren­tule Cera­to­gy­rus atto­ni­ti­fer possède une étrange corne sur son dos velus, rapportent ses décou­vreurs dans le jour­nal scien­ti­fique Afri­can Inver­te­brates.

Si les habi­tants du coin l’ap­pe­lait « chan­da­chouli », les cher­cheurs ont nommé la taren­tule « atto­ni­ti­fer » car -fer en latin signi­fie « porteur de » et atto­nit- « éton­ne­ment ». Si elle n’est pas très veni­meuse, elle reste toute­fois dange­reuse ; une morsure peut provoquer une infec­tion ou être mortelle si elle n’est pas rapi­de­ment prise en charge.

Des espèces avaient déjà été obser­vées avec des excrois­sances de ce type, mais la taille de cette saillie est sans précé­dent. « Son utilité est un mystère absolu », a déclaré l’arach­no­logue Ian Engel­brecht de l’uni­ver­sité de Preto­ria en Afrique du Sud.

Crédits : Okavango Wilder­ness Project

Quand il a trouvé cette taren­tule, Engel­brecht était en pleine explo­ra­tion avec son collègue John Midgley de l’uni­ver­sité de Rhodes dans le cadre du Okavango Wilder­ness Project de Natio­nal Geogra­phic. Ce projet vise à établir de nouvelles zones proté­gées sur un terri­toire qui s’étend à la fois en Angola, en Nami­bie et au Bots­wana.

Source : Afri­can Inver­te­brates

Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
free download udemy paid course

Plus de wild