fbpx

Des momies de lamas incas en parfait état décou­vertes au Pérou

par   Sarah Ben Bouzid   | 23 octobre 2020

Quatre lamas momi­fiés ont été décou­verts lors des fouilles de Tambo Viejo, une ville péru­vienne en péri­phé­rie de Lima, rappor­tait le Guar­dian le 22 octobre. Cette décou­verte met en lumière une pratique sacri­fi­cielle très courante à l’époque inca, celle de l’of­frande rituelle de lamas.

Selon les archéo­logues, ces animaux extra­or­di­nai­re­ment bien préser­vés, sacri­fiés il y a plus de 500 ans, auraient été tués non seule­ment pour plaire aux dieux afin de s’as­su­rer des récoltes fruc­tueuses et des victoires en tant de guerre, mais aussi afin que les Incas puissent gagner la confiance des habi­tants nouvel­le­ment conquis.

« Les docu­ments histo­riques dont nous dispo­sons indiquent que les sacri­fices d’ani­maux étaient impor­tants pour les Incas, qui les utili­saient comme offrandes à leurs divi­ni­tés », explique le Dr Lidio Valdez, de l’uni­ver­sité de Calgary. « C’était surtout le cas des lamas, qui avaient la plus grande valeur sacri­fi­cielle après les humains. »

Dans ses écrits, Bernabé Cobo, un chro­niqueur espa­gnol de la période colo­niale, racon­tait que les lamas bruns étaient sacri­fiés au dieu créa­teur Vira­co­cha, et les lamas blancs au dieu du soleil. Les lamas étaient déco­rés de précieux brace­lets et enter­rés vivants. Leurs tombes étaient marquées de plumes tropi­cales, pour cimen­ter davan­tage la nouvelle auto­rité des Incas sur ces terres.

D’autres fouilles ont aussi révélé des traces d’une grande célé­bra­tion qui aurait eu lieu autour des tombes. « Les offrandes faisaient proba­ble­ment partie de fêtes beau­coup plus impor­tantes, parrai­nées par l’Em­pe­reur », ajoute Valdez. « Le souve­rain s’était lié d’ami­tié avec les popu­la­tions locales en leur offrant de la nour­ri­ture et des bois­sons, conso­li­dant ainsi les alliances poli­tiques, tandis que le fait de placer des offrandes de lamas permet­tait aux Incas de reven­diquer la terre comme leur appar­te­nant. »

Source : The Guar­dian

Plus de monde