Désor­mais, les poli­ciers anglais n’ar­rê­te­ront plus les fumeurs de weed

par   Laura Boudoux   | 9 avril 2019

Les poli­ciers anglais ne sont désor­mais plus dans l’obli­ga­tion d’ar­rê­ter les consom­ma­teurs de weed, rapporte The Times. Jason Harwin, le respon­sable de la poli­tique en matière de drogue pour le Conseil de la police natio­nale anglaise, a annoncé le 6 avril 2019 que les règles seraient désor­mais assou­plies pour les personnes contrô­lées en posses­sion de canna­bis, ou en train de fumer dans un espace public. Il estime en effet qu’il existe des « preuves solides qui suggèrent que le fait de recom­man­der aux délinquants mineurs de suivre un trai­te­ment, plutôt que de les condam­ner, peut empê­cher la réci­dive ».

Les agents de police sont donc désor­mais priés de ne donner aucun aver­tis­se­ment aux personnes commet­tant des délits mineurs asso­ciés au canna­bis, car ils pour­raient avoir un impact néga­tif sur leur vie future en étant inscrits dans leur casier judi­ciaire. La police ne souhaite ainsi pas compro­mettre leurs chances de trou­ver un emploi, d’en­trer à l’uni­ver­sité ou encore de trou­ver un appar­te­ment. Cette déci­sion s’ins­crit dans une nouvelle approche de la marijuana, que le Royaume-Uni met en place progres­si­ve­ment depuis 2015.

Le pays veut ainsi dépé­na­li­ser le canna­bis destiné à un usage person­nel, bien que sa consom­ma­tion récréa­tive soit toujours inter­dite. Entre 2015 et 2018, les pour­suites judi­ciaires liées à la weed en Angle­terre et au Pays de Galles ont dimi­nué de 19 %, et la consom­ma­tion de marijuana à des fins théra­peu­tiques a été léga­li­sée au Royaume-Uni l’an­née dernière. De nombreux patients se sont cepen­dant plaints des diffi­cul­tés d’ac­cès aux produits adap­tés, et d’une mise en appli­ca­tion compliquée de la loi.

Source : The Times

Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
Premium WordPress Themes Download
download udemy paid course for free

Plus de weed