En Esto­nie, faire de la balançoire est un sport extrême

par   Ulyces   | 10 février 2017

image Les Esto­niens ne rigolent pas avec la balançoire. Gamins, assis sur nos balançoires, on a tous rêvé de faire des tours complets et des figures qui lais­se­raient l’au­dience bouche bée. En Esto­nie, ils ont réalisé ce rêve et ça s’ap­pelle le kiiking – un sport extrême à base de balançoire. Inventé dans les années 1990, il a des racines profon­dé­ment ancrées dans la culture esto­nienne. « Les balançoires en bois sont typiques de la culture esto­nienne », explique Raili Laan­salu, qui s’exerce au kiiking depuis ses huit ans. Sa famille a lancé le site Kiiking.com, la réfé­rence natio­nale en la matière. « Durant les fêtes de villages, les gens se rassemblent autour des balançoires et font des concours. » Faire le tour complet de ces balançoires tradi­tion­nelles est possible, mais périlleux. C’est en 1993 qu’un Esto­nien du nom d’Ado Kosk a créé la struc­ture qui permet­trait le déve­lop­pe­ment dans la foulée du kiiking (la contrac­tion de kiik et swin­ging, les mots esto­nien et anglais pour « balançoire »). image (1) Aujourd’­hui, il s’agit d’un sport extrême tenu en haute estime dans le pays. Un peu comme au saut à la perche, les spor­tifs fixent la hauteur à laquelle ils vont faire le tour complet de la struc­ture. Le record inscrit dans le livre Guin­ness, réalisé en 2015 par l’ac­tuel cham­pion de la disci­pline, est de 7,15 m. Verti­gi­neux. Il faut une force consi­dé­rable dans les jambes et les bras pour parve­nir à effec­tuer un 360° debout sur une telle balançoire. On aime­rait VRAIMENT que le concept soit importé en France. image (2)Source : Kiiking.com

Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
free download udemy course