En Russie, un tueur buveur de sang se faisait passer pour un méde­cin depuis 2 ans

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 4 février 2019
Boris Kondra­shin

Boris Kondra­shin a utilisé des faux diplômes pour se faire passer pour un méde­cin, après avoir passé dix ans dans un hôpi­tal psychia­trique. Vendredi 1er février 2019, l’homme de 36 ans a été accusé de falsi­fi­ca­tion de docu­ments, qui lui ont permis d’exer­cer pendant deux ans et demi dans un hôpi­tal russe, à Chelya­binsk, rapporte le DailyMail. Il a été démasqué par des patients, qui se sont souve­nus de son passé macabre.

En 1998, Boris Kondra­shin a en effet assas­siné un étudiant et ami de son univer­sité, avant de boire son sang et de manger une partie de son rein. Ce fils de psychiatre avait commis ce meurtre de manière très ritua­li­sée, conser­vant un œil et le cœur de sa victime, avant de boire son sang dans un verre en argent, « sur ordres de Satan ». Au moment de son arres­ta­tion, l’homme auto­pro­clamé « Baron von Ginzel » avait assuré aux poli­ciers qu’il était un vampire.

Diagnos­tiqué schi­zo­phrène en août 2000, Boris Kondra­shin avait été placé dans un hôpi­tal psychia­trique, où il a passé dix ans. Peu de temps après sa libé­ra­tion, il a été embau­ché à l’hô­pi­tal de Chelya­binsk au sein du dépar­te­ment de toxi­co­lo­gie, où il accom­pa­gnait les patients souf­frant d’ad­dic­tions. Il a ensuite égale­ment exercé comme méde­cin géné­ra­liste et psychiatre. Dénoncé par plusieurs patients l’ayant reconnu, Boris Kondra­shin a été inter­pellé en novembre 2018. Sa sœur, égale­ment méde­cin, a assuré qu’il avait été libéré parce qu’il ne présen­tait plus aucun danger pour les autres, mais qu’il était toujours sensé être sous surveillance médi­cale.

Sources : The DailyMail 

Free Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
free online course

Plus de mystère