Être végé­ta­rien aide gran­de­ment à lutter contre le réchauf­fe­ment clima­tique

par   Laura Boudoux   | 8 août 2019

Dans un rapport rédigé par le Groupe d’ex­perts inter­gou­ver­ne­men­tal sur l’évo­lu­tion du climat (GIEC) de l’ONU, 107 scien­ti­fiques appellent les popu­la­tions occi­den­tales à réduire leur consom­ma­tion de viande. Publiées ce 8 août, les conclu­sions de leur étude montrent en effet que les régimes végé­ta­riens aident à lutter contre le réchauf­fe­ment clima­tique. Si les gens rédui­saient leur consom­ma­tion de produits animaux, plus de personnes pour­raient ainsi être nour­ries, avec moins de terre, rapporte la BBC. Les terres restantes seraient mieux utili­sées, pour stocker plus de carbone.

« Certains choix alimen­taires néces­sitent plus de terre et d’eau, et génèrent plus d’émis­sions de gaz rete­nant la chaleur que d’autres », analyse Debra Roberts, copré­si­dente du groupe de travail II du GIEC. « Des régimes équi­li­brés compre­nant des aliments d’ori­gine végé­tale, tels que les céréales, les légu­mi­neuses, les fruits et les légumes, ou des aliments d’ori­gine animale produits de manière durable dans le cadre de systèmes à faibles émis­sions de gaz à effet de serre, repré­sentent des oppor­tu­ni­tés majeures d’adap­ta­tion et de limi­ta­tion des chan­ge­ments clima­tiques », assure-t-elle.

« Nous ne disons pas aux gens d’ar­rê­ter de manger de la viande. Dans certains endroits, les gens n’ont pas d’autre choix. Mais il est évident qu’en Occi­dent, nous en consom­mons beau­coup trop », explique pour sa part le profes­seur Pete Smith. Le rapport appelle égale­ment à une action rapide et effi­cace des États pour mettre fin aux dommages causés aux sols et à la déser­ti­fi­ca­tion des terres, qui contri­buent gran­de­ment au chan­ge­ment clima­tique.

Sources : IPCC / BBC

Download Nulled WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
udemy course download free

Plus de monde