fbpx

Il écrit tous les jours au jour­nal local pour se plaindre depuis 42 ans

par   Nicolas Pujos   | 3 mars 2020

Depuis 1978, Bernie Carroll a envoyé plus de 15 000 lettres au Liver­pool Echo. Ce Britan­nique de 70 ans a toujours une critique, une propo­si­tion ou une sugges­tion à émettre au jour­nal local, rappor­tait le Guar­dian le 29 février.

« Il n’y a rien qui me laisse sans opinion », écrit Carroll. « Je sais que mes lettres ne mène­ront proba­ble­ment jamais à aucun chan­ge­ment ni ne résou­dront aucun problème, mais c’est une expé­rience cathar­tique pour moi. L’écri­ture me permet de faire face à toute la colère que j’ai en moi. »

L’au­teur a commencé à envoyer ses missives avant de rencon­trer sa femme. « Elles ont proba­ble­ment sauvé mon mariage car ça m’évite de l’em­bê­ter », juge-t-il. Chaque lettre contient envi­ron 250 mots et seules trois ou quatre sont publiées par semaine. Jadis expé­diées par la poste, elles sont désor­mais envoyées par mail, ce qui coûte beau­coup moins cher.

Les premières lettres, qui remontent à la fin des années 1970, avaient un contenu poli­tique qui s’est un peu estompé au fil des années, pour lais­ser place à des préoc­cu­pa­tions plus quoti­diennes comme par exemple, les crottes de chien lais­sées sur les trot­toirs. Tout peut lui servir de sujet pour écrire à son jour­nal préféré.

Source:  The Guar­dian

Download WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
online free course

Plus de monde