fbpx

Il pleut des pierres sur cette planète couverte de lave

par   Sarah Ben Bouzid   | 6 novembre 2020

Sur la planète K2–141b, il pleut des pierres et le vent passe le mur du son quand il souffle. Sale temps pour les marins qui voudraient navi­guer sur son océan de magma de plus de 100 km de profon­deur. Cette planète extrême a été décrite dans une étude publiée dans la revue Monthly Notices of the Royal Astro­no­mi­cal Society, rappor­tait The Inde­pendent le 4 novembre.

Ce n’est pas la première « planète de lave » que les astro­nomes découvrent. Elles s’ex­pliquent par le fait qu’elles sont si proches de leur étoile hôte que leur surface est couvert de magma en fusion. En effet, les deux tiers de K2–141b sont piégés dans la lumière brûlante de son étoile hôte.

Sa face expo­sée à la lumière présente des tempé­ra­tures d’en­vi­ron 3000°C, soit un air assez chaud pour vapo­ri­ser les roches en une fine atmo­sphère. Mais de son côté obscur, les tempé­ra­tures sont infé­rieures à –200°C. K2–141b ne fait pas dans la nuance.

De cette atmo­sphère proviennent des préci­pi­ta­tions, comme sur Terre. Tout comme l’eau s’éva­pore dans l’at­mo­sphère puis retombe sous forme de pluie, le sodium, le monoxyde de sili­cium et le dioxyde de sili­cium de K2–141b s’éva­porent eux aussi… et une fois emme­nés du côté obscur par des vents super­so­niques, ils retombent à la surface sous forme de roche.

La planète, située à plus de 200 années-lumière de la Terre, a été décou­verte en 2018. Les scien­ti­fiques qui ont parti­cipé à son étude, comme Giang Nguyen ou Nico­las Cowan, cherchent aujourd’­hui à en apprendre davan­tage sur les condi­tions de « vie » à la surface de cette planète.

Source : The Inde­pendent

PLUS DE SCIENCE