Il résout une énigme mathé­ma­tique répu­tée inso­luble en se bros­sant les dents

par   Ulyces   | 11 avril 2017

Crédit : Quanta La vérité sort de la bouche des personnes âgées. C’est ce qu’a démon­tré Thomas Royen, un statis­ti­cien alle­mand à la retraite, qui est parvenu à résoudre un des plus grands mystères des mathé­ma­tiques modernes. Les statis­ti­ciens ont travaillé pendant des décen­nies sur l’iné­ga­lité de corré­la­tion Gaus­sienne (GCI), sans jamais parve­nir à trou­ver la solu­tion. De quoi s’agit-il ? Pour faire simple, si vous faites se chevau­cher un rectangle et un cercle et que vous lancez une flèche au milieu, vous avez plus de chances d’at­teindre les deux formes plutôt qu’une seule. Une déduc­tion qui n’a pas l’air si compliquée que ça mais qui est diffi­cile à théo­ri­ser sur papier. Thomas Royen, 67 ans, a trouvé la solu­tion en se bros­sant les dents. « Je connais des gens qui ont travaillé sur le sujet pendant près de 40 ans. Je dois dire que quand j’ai “vu” le résul­tat, c’était un soula­ge­ment. Je me souviens m’être dit à moi-même que j’étais heureux de voir ça avant de mourir », a révélé Donald Richards, profes­seur en statis­tiques à l’uni­ver­sité de Penn­syl­va­nie, à la revue Quanta. Le problème a d’abord été posé dans les années 1950, avant qu’on se penche réel­le­ment dessus à partir de 1972. Thomas Royen a trouvé la solu­tion le 17 juillet 2014, mais il a opté pour la discré­tion plutôt que pour la grande révé­la­tion publique. Il a choisi de publier la solu­tion sur un site inter­net peu consulté plutôt que dans un maga­zine reconnu. Peut-être par orgueil : la profes­sion n’ayant jamais reconnu son talent à sa juste valeur, elle a long­temps ignoré sa thèse qui s’est pour­tant avérée vraie, après examen par des pairs. Source : Quanta

Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Free Download WordPress Themes
free online course