La fonte du pergé­li­sol va coûter 62 000 milliards d’eu­ros à l’hu­ma­nité, selon cette étude

par   Malaurie Chokoualé Datou   | 23 avril 2019

Personne n’avait encore calculé l’im­pact écono­mique de la fonte du pergé­li­sol et de la réduc­tion de l’al­bédo (soit le pouvoir réflé­chis­sant d’une surface) dans l’Arc­tique. The Guar­dian expose en ce 23 avril ses conclu­sions publiées le même jour dans la revue Nature Commu­ni­ca­tionsSi les nations ne suivent pas les Accords de Paris sur le climat, ces phéno­mènes désas­treux vont accé­lé­rer le réchauf­fe­ment clima­tique, coûter 62 billions d’eu­ros de plus à l’éco­no­mie mondiale, et ainsi aggra­ver les inéga­li­tés plané­taires comme jamais.

Pour obte­nir ces résul­tats, les cher­cheurs·euses ont tenté de prédire la quan­tité de gaz qui sera libéré à diffé­rents niveaux de réchauf­fe­ment avec des logi­ciels de simu­la­tion. Iels ont ensuite évalué les coûts probables selon des modèles d’im­pact écono­mique anté­rieurs. Si l’étude comporte un degré d’in­cer­ti­tude consi­dé­rable, ils ont établi que des systèmes natu­rels désta­bi­li­sés par les émis­sions d’ori­gine humaine fini­ront par rendre le problème de plus en plus coûteux et diffi­cile à résoudre.

La fonte du pergé­li­sol arctique est au centre de toutes les préoc­cu­pa­tions. Les scien­ti­fiques consi­dèrent qu’à ce jour, l’im­pact est faible sachant que 10 giga­tonnes de CO2 ont été libé­rés par la fonte du pergé­li­sol. Mais ce nombre pour­rait rapi­de­ment augmen­ter si la hausse des tempé­ra­tures dépassent les 1,5°C.

Sources : The Guar­dian/Nature Commu­ni­ca­tions

Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
free online course

PLUS DE SCIENCE