Max Hodak, le cofondateur avec Elon Musk de l’entreprise de neurotechnologie Neuralink, a récemment fait parler de lui en expliquant que l’interface cerveau-machine de son entreprise allait révolutionner le jeu vidéo. Mais c’est loin d’être la seule idée de l’entrepreneur américain. En effet, il estime aussi que la science a d’ores et déjà les moyens de bâtir un vrai Jurassic Park, dans un tweet posté le 4 avril.

Basée sur le roman à succès de Michael Crichton, l’idée de recréer un parc contenant des animaux préhistoriques n’est pas nouvelle. Mais l’impossibilité de redonner vie aux dinosaures à partir de leur ADN a vite tempéré les ardeurs des scientifiques. Pour autant, elle continue de séduire l’imaginaire de nombreuses personnes. C’est le cas de Max Hodak, qui a cofondé la société d’implants cérébraux Neuralink aux côtés d’Elon Musk.

https://twitter.com/max_hodak/status/1378572465610256385

Dans un message posté sur Twitter, il explique que nous aurions la capacité de créer un tel parc, même s’il ne s’agirait pas d’authentiques clones de dinosaures. D’après lui, 15 ans d’ingénierie génétique suffiraient à concevoir des créatures entièrement nouvelles et « super exotiques », grâce aux progrès de la génétique. Et en pleine crise de la biodiversité, être capable de faire revivre des espèces entières pourrait être un outil primordial, selon lui.

« La biodiversité est définitivement précieuse ; la conservation est importante et logique », a écrit Max Hodak. « Mais pourquoi s’arrêter là ? Pourquoi n’essayons-nous pas de générer une nouvelle diversité de façon intentionnelle ? »

Sauf que les écosystèmes dans lesquels ces espèces vivaient ont, pour une raison ou une autre, évolué sans elles. Au final, si l’idée est défendable, elle risque d’être extrêmement contre-productive, comme ont su le démontrer les films. Mais la Silicon Valley a le droit de rêver.

Source : Twitter