L’al­cool ne fait pas de vous une personne mora­le­ment diffé­rente, selon cette étude

par   Mathilda Caron   | 28 août 2019
Crédits : Omar Lopez

C’est offi­ciel, l’ex­cuse « j’étais bourré » n’en est pas une. D’après l’étude publiée dans la revue Psycho­phar­ma­co­logy le 9 juillet 2019, l’al­cool ne fait pas de vous une personne « mora­le­ment diffé­rente », même à haute dose. « Vous êtes toujours le ou la même après un verre », résu­mait la psycho­logue Kathryn Fran­cis le 23 août pour The Conver­sa­tion.

En étudiant le compor­te­ment de personnes enivrées à la vodka, les scien­ti­fiques ont certes constaté que leur empa­thie était alté­rée. Mais l’al­cool n’a en revanche aucun effet sur le sens moral, face à des dilemmes corné­liens. Ivre, la conscience du danger demeure et permet en prin­cipe d’évi­ter de commettre des actes périlleux ou illé­gaux.

En clair, l’al­cool affecte bien notre empa­thie et peut nous amener à réagir de manière exagé­rée voire inap­pro­priée, mais nos prin­cipes moraux restent les mêmes. Ainsi, une personne agis­sant de façon dépla­cée voire réprou­vable sous l’em­prise de l’al­cool est suscep­tible de se permettre de faire de même en étant sobre.

Source : Psycho­phar­ma­co­logy

Download Nulled WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
free download udemy paid course

PLUS DE SCIENCE